Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘séparation’

Travaillez le « comment» qui est tout (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



Max Jacob  
    

Travaillez le « comment» qui est tout.
Le « qui ?» Le « quoi ? » Le «pourquoi ?».

Le premier geste du travail est la séparation.
Il faut, présent et visible,
se séparer de ce qui est présent et visible.

Creuser un abîme entre le toi et le moi,
bâtir une citadelle du moi

– quand cet abîme sera creusé vous aurez déjà bien travaillé :
il y faut du temps et une application minutieuse.

Le deuxième geste du travail est
le silence.

(Max Jacob)

 

Recueil: Conseils à un jeune poète
Traduction:
Editions: Gallimard
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DÉPART D’UN AMI (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018




    
LE DÉPART D’UN AMI
Li-Taï-Pé

Par la verte montagne, aux rudes chemins,
je vous reconduis jusqu’à l’enceinte du Nord.

L’eau écumante roule autour des murs, et se perd vers l’orient.
C’est à cet endroit que nous nous séparons…

Je m’en retourne, solitaire, et je marche péniblement.
Il me semble, maintenant, que j’ai plus de dix mille lis à parcourir.

Les nuages légers flânent, paresseusement, comme mes pensées.
Bientôt le soleil se couche,
et je sens plus vivement encore, la tristesse de la séparation.

Par-dessus les broussailles une dernière fois,
j’agite la main, au moment où vous allez disparaître.

D’un long hennissement, mon cheval cherche à rappeler le vôtre…
Mais c’est un chant d’oiseau qui lui répond !…

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA SÉPARATION (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



 

LA SÉPARATION

Le jour! Il faut que je parte.
Amie bien-aimée, ne te lève pas!
Donne-moi ta petite lampe,
afin que je te regarde encore,
que je te mette toute dans mon coeur et dans mon âme.
Je veux voir encore tes yeux.

Maintenant, tes lèvres!
J’entends résonner le gong du veilleur de nuit.

Adieu, amie bien-aimée!
Je vais au travail.
Le travail conduit au soir,
et chaque soir me ramène dans tes bras,
qui sont ma récompense.

Regarde… Les feuilles ont des perles de rosée.
Un merle siffle.
A ce soir…
Adieu!

(La Flûte de Jade)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Séparation (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




Séparation

Devant moi le chemin
En pente douce dans le soir.
Hier encore, épris,
Il disait: «ne m’oublie pas».

Aujourd’hui il y a le vent,
Et les cris des bergers,
Et des cèdres tourmentés
Près des sources pures.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Patricia Blondel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si quitter ce monde (Rabîndranâth Tagore)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Si quitter ce monde est une réalité aussi forte que l’aimer,
Alors il doit y avoir une signification dans les rencontres
et les séparations de la vie.

(Rabîndranâth Tagore)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Séparation (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




Séparation

Devant moi le chemin
En pente douce dans le soir.
Hier encore, épris,
Il disait : « ne m’oublie pas ».
Aujourd’hui il y a le vent,
Et les cris des bergers,
Et des cèdres tourmentés
Près des sources pures.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Munch

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

YE-KIÉN (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Yoshitoshi  S

YE-KIÉN

Ma bien-aimée sait que je te contemple
quand tes rayons la caressent, ô lune,
et notre séparation est moins cruelle.

(La Flûte de Jade)

Illustration: Tsukioka Yoshitoshi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi me donnes-tu la main timidement (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Pourquoi me donnes-tu la main
Timidement et comme en secret ?
Viens-tu d’un pays si lointain,
Que tu ne connais pas notre vin ?

Ne connais-tu pas notre plus beau brasier
— Serait-ce que tu vis si seul ? —
N’être qu’un en l’autre
Avec le coeur, avec le sang ?

Ne sais-tu pas, plaisirs du jour,
Marcher avec l’être le plus cher,
Ne sais-tu pas, la séparation du soir venue,
Marcher tout seul le coeur lourd ?

Viens avec moi et aime-moi,
Ne pense pas à tes effrois,
Ne peux-tu donc te confier à personne,
Viens, prends et donne.

Puis traversons les blés mûrs
– Coquelicot et trèfle de nature —
Plus tard dans le vaste monde,
Nous aurons bien de la peine,

Quand nous sentirons le souvenir
Flotter avec force dans le vent.
Quand dans le doux souffle du rêve
Notre âme sera prise de frissons.

***

Warum gibst Du mir die Hand
Scheu und wie geheim?
Kommst Du aus so fernem Land,
Kennst nicht unsern Wein?

Kennst nicht unsere schönste Glut
— Lebst Du so allein? —
Mit dem Herzen, mit dem Blut
Eins im andern sein?

Weißt Du nicht des Tages Freuden,
Mit dem Liebsten gehen ?
Weißt Du nicht des Abends Scheiden,
Ganz in Schwermut gehen?

Komm mit mir und hab mich lieb,
Denk nicht an Dein Graun,
Kannst Du Dich denn nicht vertraun,
Komm und nimm und gib.

Gehen dann durchs reife Feld
— Mohn und wilder Klee —
Später in der weiten Welt
Tut es uns wohl weh,

Wenn wir spüren, wie im Wind
Stark Erinnerung weht.
Wenn im Schauder traumhaft lind
Unsere Seele weht.

(Hannah Arendt)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le vingt et un. La nuit. Lundi. (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Le vingt et un. La nuit. Lundi.
Les contours de la ville dans la brume.
Je ne sais quel nigaud a prétendu
Que l’amour existe sur terre.
Paresse? Ennui? On y a cru.
On en vit; on attend le rendez-vous.
On craint la séparation.
On chante des chansons d’amour.
D’autres découvrent le secret;
Un silence descend sur eux…
Je suis tombée là-dessus par hasard.
Depuis, je suis comme malade.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Erich Heckel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MADRIGAL ÉCRIT EN HIVER (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




MADRIGAL ÉCRIT EN HIVER

Au fond profond de la mer profonde,
dans la longue nuit aux rais de lumière,
ainsi qu’un cheval au galop
silencieux ton nom de silence.

Place-moi sur ton dos, ay, accueille-moi,
apparais-moi dans ton miroir, soudain,
sur la feuille solitaire, nocturne,
surgie de l’ombre, dans ton dos.

Fleur de la douce et totale lumière,
offre-moi ta bouche de baisers,
violente de séparations,
ta bouche fine et décidée.

C’est vrai, de loin en loin,
d’oubli en oubli résident avec moi
les rails, le cri de la pluie :
ce que la sombre nuit protège.

Accueille-moi dans la trame du soir,
quand l’aube de la nuit apprête
son habit et que palpite dans le ciel
une étoile pleine de vent.

Que ton absence me saisisse jusqu’au fond,
lourdement, et qu’elle m’aveugle,
que ton existence me traverse, tout comme si
mon coeur en devenait néant.

(Pablo Neruda)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :