Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘séparément’

PRENDS TON ENVOL, POÈMЕ… (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



    

PRENDS TON ENVOL, POÈMЕ…

Prends ton envol et dis, poème,
A chaque homme séparément,
Que nous vivons, espérons même;
Que l’instant peut saisir le temps.

Paix au riche à la petite âme:
Dans la peur la grâce l’attend.
L’amour, la liberté réclament
La source simple, non le sang.

Gueule de veau mélancolique,
Parle aux pauvres traîne-sabots,
Dis-leur : quand toute chance abdique,
Rien ne sert d’être un héros.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Absence (Ismaïl Kadaré)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2017



Absence

Quelques gouttes de pluie ont frappé à la vitre
et j’ai soudain senti combien tu me manquais;
Nous habitons pourtant la même ville
Sans pour ainsi dire nous voir jamais.
Ce matin j’ai l’impression que l’automne
débute avec de drôles d’idées:
pas de cigognes dans le ciel morne,
pas d’arcs-en-ciel après l’ondée.
Une phrase d’Héraclite, il me semble,
m’est revenue je ne sais trop comment:
«Les gens éveillés vivent ensemble;
ceux qui dorment, séparément.»
En quel mauvais rêve avons-nous été engloutis
pour ne plus pouvoir nous réveiller?
A la vitre ont frappé quelques gouttes de pluie
et j’ai soudain senti combien tu me manquais.

(Ismaïl Kadaré)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oui, rêver que je suis (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2017



christian-girault-couple-riviere

Oui, rêver que je suis, par exemple,
en même temps et séparément, sans confusion,
l’homme et la femme d’une promenade
que cet homme et cette femme
font au bord de la rivière.

(Fernando Pessoa)

Illustration: Christian Girault

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

IMPLORATION (László Marsall)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



IMPLORATION

Aie pitié de moi.
Décime mon escorte :
les orties de fer.
Ôte de mes mains
mes gants de clous.
Souffle les braises
de mes mots blessants.
Fais choir de ma tête
la corbeille en fil-de-fer

Je ne désire
briser ni mordre ni torturer
m’y installer ni la main y poser
faire la cour ni me venger
trembler de peur ni me défendre.

Aie pitié de moi.
Je suis las
de ce qu’ici tout pareil à la
même si ce n’est qu’un peu
mais tout le monde est malgré tout
un quelqu’à part.

Je suis las
de ce qu’à la fin
chacun
en soi
séparément :
Moi.

(László Marsall)

 Illustration: Misha Gordin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Séparément s’envolent (Takano Suju)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2016



Séparément
S’envolent là-bas
Des corbeaux au nouvel an.

(Takano Suju)

 Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :