Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’éprouver’

Départ (Joseph von Eichendorff)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Départ

l’air plus tiède arrive par bandes
le printemps me rencontre-t-il
des bois partent des cors de chasse
l’ardeur dans les yeux pétille
et toujours plus le clair tumulte
par vague magique sauvage
le monde est beau descends
ce fleuve de la vie t’appelle

et qui ne voudrait s’éprouver
loin de vous le vent m’entraîne
je veux descendre le fleuve
un rayon pur bonheur m’aveugle
mille voix séductrices claquent
de flamme est le vent
et voyage je ne demande pas
où tu vas

***

Frische Fahrt

Laue Luft kommt blau geflossen,
Frühling, Frühling soil es sein !
Waldwärts Hörnerklang geschossen,
Mut’ger Augen lichter Schein ;
und das Wirren bunt und bunter
Wird ein magisch wilder Fluß
In die schöne Welt hinunter
Lockt dich dieses Stromes Gruß

Und ich mag mich nicht bewahren !
Weit von euch treibt mich der Wind
Auf dem Strome will ich fahren,
Von dem Glanze Selig blind !
Tausend Stimmen lockend schlagen,
Hoch Aurora flammend weht,
Fahre zu ! ich mag nicht fragen,
Wo die Fahrt zu Ende geht !

(Joseph von Eichendorff)

 

Recueil: Poèmes de l’étrange départ
Traduction: Philippe Marty
Editions: Grèges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Habiter poétiquement le monde (Roger Caillois)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2016



Habiter poétiquement le monde
c’est le fait de mieux s’éprouver,
le fait de ressentir chacun de ses atomes
et d’être capable
d’être plus près de nos occasions
de nous faire tressaillir,
de les prolonger,
d’en augmenter la saveur
autrement dit :

c’est le fait d’être étonné.

(Roger Caillois)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :