Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘serrée’

L’Olivier (James Sacré)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2019



 

L’Olivier

L’arbre est maintenant tout pénétré de lumière
Sauf dans une touffe plus serrée en son milieu.
C’est comme une fête légère et changeante
De sa couleur incertaine jouée
Entre son feuillage et l’air qui la baigne :
Un fin gris de verts pétris par le bleu du ciel.
L’oeil s’épuise à démêler de la lumière
Ce qui serait la couleur de l’olivier.

(James Sacré)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous vivons ici-bas une main serrée sur la gorge (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018




Nous vivons ici-bas une main serrée sur la gorge.
Que rien ne soit possible était chose connue de
ceux qui inventaient des pluies et tissaient des
mots avec la torture de l’absence. C’est pourquoi il
y avait dans leurs prières un son de mains éprises
du brouillard.

(Alejandra Pizarnik)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils m’ont dit (Frédéric Ohien)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2017



 

Ils m’ont dit

Ils m’ont dit :
« Prends l’arbre, plante-le
Dans la terre noire
À l’ombre de la case.

Prends ta parole aussi
Plante-la sous le soleil
Dans la terre d’ici.

Que ta parole s’enracine
Qu’elle étende au loin ses branches
Qu’elle pousse au loin ses pas. »

Ils m’ont dit :
« La parole n’est pas
vent invisible
fumée légère
frisson de feuilles

mais

l’oeil sauvé de la boue
le corps droit sur la pierre
la gorge serrée
le ventre qui gargouille
le frémissement de la joie. »

(Frédéric Ohien)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :