Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’essuyer’

Rondeau de la dernière goutte de pluie (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2020



Illustration
    
Rondeau de la dernière goutte de pluie

La dernière goutte de pluie
Sait-elle qu’elle est la dernière ?
Elle se hâte vers la terre
Derrière elle le soleil luit

Déjà les grands arbres s’essuient
Pendant qu’elle tombe, légère
La dernière goutte de pluie

Au creux d’une feuille de buis
Qui l’abrite de la lumière
Elle s’évapore sans bruit
La dernière goutte de pluie

(Jacques Roubaud)

 

Recueil: Rondeaux poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APRÈS LA PLUIE (Tristan Corbière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020



APRÈS LA PLUIE

J’aime la petite pluie
Qui s’essuie
D’un torchon de bleu troué !
J’aime l’amour et la brise,
Quand ça frise…
Et pas quand c’est secoué.

— Comme un parapluie en flèches,
Tu te sèches,
Ô grand soleil ! grand ouvert…
A bientôt l’ombrelle verte
Grand’ouverte !
Du printemps — été d’hiver. —

La passion c’est l’averse
Qui traverse !
Mais la femme n’est qu’un grain :
Grain de beauté, de folie
Ou de pluie…
Grain d’orage — ou de serein. —

Dans un clair rayon de boue,
Fait la roue,
La roue à grand appareil,
— Plume à queue — une Cocotte
Qui barbote ;
Vrai déjeuner de soleil !

(Tristan Corbière)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La grenouille (Issa)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2018


 

Une goutte de pluie
Elle s’essuie la tête
La grenouille

(Issa)

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Chanson du paillasson (François Caradec)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017




    
Chanson du paillasson

Je suis couché devant ta porte
comme une bête grise et morte
ton paillasson.

Tous ceux qui chez toi sont entrés
sur moi ont essuyé leurs pieds
sans dir’ pardon.

Je hais les hommes malpolis
qui vont tout droit jusqu’à ton lit
et puis s’en vont

sans même feindre de me voir
je suis seul à m’apercevoir
de ce qu’ils sont.

(François Caradec)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entrez donc (François Caradec)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017



Illustration: Vincent Van Gogh
    
Entrez donc

Si vous voulez mais entrez donc
vous reposer quelques minutes
vous rafraîchir prenez un verre
prenez mon lit mais entrez donc
si vous voulez pour un instant
partager avec moi ma tranche de silence
entrez donc essuyez vos pieds
vous ne mettrez pas très longtemps
à m’oublier

(François Caradec)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie de printemps (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2017



 

assiette pluie

la pluie de printemps
tombe à verse
sur les assiettes sales
une jeune fille
s’essuie les mains
sur sa jupe fleurie

(Abbas Kiarostami)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pauvre banlieue parisienne (Louis-Ferdinand Céline)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2016



Pauvre banlieue parisienne,
paillasson devant la ville où chacun s’essuie les pieds,
crache un bon coup,
passe,
qui songe à elle?
Personne.
Abrutie d’usines,
gavée d’épandages,
dépecée, en loques,
ce n’est plus qu’une terre sans âme,
un camp de travail maudit
où le sommeil est inutile,
la peine perdue,
terne la souffrance.
« Paris, capitale de la France! »
Quelle chanson!
Quelle publicité!
La banlieue tour autour qui crève,
qui s’en soucie?
Personne, bien-sûr!
Elle est vilaine, voilà tout!
Banlieue de hargne vaguement mijotante
d’une espèce de révolution
que personne ne pousse ni n’achève,
malade à mourir toujours et ne mourant pas.

(Louis-Ferdinand Céline)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le coeur blessé (Marie-Claude Pommier)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2016



Le coeur blessé
s’essuie les yeux
contre les carreaux
de son mouchoir

(Marie-Claude Pommier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Si vite (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2016



On a frôlé les villages du monde,
On s’arrache à ces jours qu’on n’a pas vus,
On s’écarte de soi. Tout va si vite.
juste eu le temps de m’essuyer les mains.
j’aurais aimé avoir longtemps vingt ans
Comme un busard qui plane.

(Jean Grosjean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle était déchaussée, elle était décoiffée… (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2015



Elle était déchaussée, elle était décoiffée,
Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants;
Moi qui passais par là, je crus voir une fée,
Et je lui dis : Veux-tu t’en venir dans les champs?

Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis : Veux-tu, c’est le mois où l’on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds?

Elle essuya ses pieds à l’herbe de la rive;
Elle me regarda pour la seconde fois,
Et la belle folâtre alors devint pensive.
Oh! comme les oiseaux chantaient au fond des bois!

Comme l’eau caressait doucement le rivage!
Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,
La belle fille heureuse, effarée et sauvage,
Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

(Victor Hugo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :