Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘siège’

Le chant que je devais chanter (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2019




    
Le chant que je devais chanter n’a pas été chanté jusqu’à ce jour.
J’ai passé mes jours à accorder et à désaccorder ma lyre.
Je n’ai pu trouver le juste rythme;
les mots n’ont pas été bien assemblés;
il reste seulement l’agonie du souhait dans mon coeur.
La fleur ne s’est pas ouverte; seulement, auprès d’elle, le vent soupire.
Je n’ai pas vu sa face, je n’ai pas prêté l’oreille à sa voix;
seulement, j’ai entendu ses pas tranquilles sur la route devant ma maison.
Tout le long jour de ma vie s’est écoulé tandis que je dressais dans ma maison son siège;
mais la lampe n’a pas été allumée, et je ne puis l’inviter à entrer.
Je vis dans l’espoir de sa rencontre;
mais cette rencontre n’est pas encore.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: L’offrande lyrique
Traduction: André Gide
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES CHAISES (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



LES CHAISES

C’est une chaise qui a créé le monde au commencement,
il n’y avait que des chaises.
Elles s’ennuyaient.
Faisons-nous un homme, dit une chaise,
un homme qui posera son séant sur notre siège,
qui s’appuiera contre notre dossier, qui nous changera de place,
qui nous polira, nous cirera, nous caressera.
Cette chaise-là pensa l’homme si fortement que l’homme fut.
Et l’homme, enfant de la chaise, vit de plus en plus assis.

(Norge)

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CHAUFFEUR À LA CHEMISE BLANCHE (Vangelis Kassos)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018




    
LE CHAUFFEUR À LA CHEMISE BLANCHE

le chauffeur à la chemise blanche
à quoi voulez-vous qu’il ressemble
dévalant
traversant la nuit
à quoi voulez-vous qu’il ressemble
sinon à une hirondelle qui a tardé
et s’empresse de regagner son nid
le chauffeur à la chemise blanche
soudain qu’est-ce qui lui prend
qu’est-ce qui lui prend de serrer
d’une telle rage le volant
comme pour se projeter au ciel
comme pour se pétrifier au siège
le chauffeur roule vite
il ouvre les fenêtres
et s’approche à toute allure
du virage dangereux
des bras qui l’attendent
il se moque
il ouvre les fenêtres
et jure
il jure doucement
comme en prière

(Vangelis Kassos)

 

Recueil: Cent poèmes
Traduction: Ioannis Dimitriadis
Editions: http://www.ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dommage (Florian Jose Ordonez)(Olivio Laurentino Ordonez)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018




    
Dommage

Allez, celle-là on la fait à l’ancienne
Oli, t’es prêt? Bien

Louis prend son bus, comme tous les matins
Il croisa cette même fille, avec son doux parfum
Qu’elle vienne lui parler, il espère tous les jours
Ce qu’il ressent au fond d’lui, c’est ce qu’on appelle l’amour
Mais Louis, il est timide et elle, elle est si belle
Il ne veux pas y aller, il est collé au fond d’son siège
Une fois elle lui a souri quand elle est descendue
Et depuis ce jour là, il ne l’a jamais revue

Ah il aurait du y aller, il aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »

Yasmine a une belle voix, elle sait qu’elle est douée
Dans la tempête de sa vie, la musique est sa bouée
Face à sa mélodie, le monde est à ses pieds
Mais son père lui répétait « trouve-toi un vrai métier »
Parfois elle s’imagine sous la lumière des projecteurs
Sur la scène à recevoir les compliments et les jets de fleurs
Mais Yasmine est rouillée, coincée dans la routine
Ça lui arrive de chanter quand elle travaille à l’usine

Ah elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »
Elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »

Diego est affalé au fond du canapé
Il engueule son p’tit frère quand il passe devant la télé (pousse-toi!)
Ses amis sont sortis, il ne les a pas suivi
Comme souvent seul, la lune viendra lui tenir compagnie
Diego est triste, il ne veut rien faire de sa nuit
Il déprime de ne pas trouver la femme de sa vie
Mais mon pauvre Diego, tu t’es tellement trompé
C’était à cette soirée que t’allais la rencontrer

Ah il aurait du y aller, il aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »

Pauline elle est discrète, elle oublie qu’elle est belle
Elle a sur tout le corps des taches de la couleur du ciel
Son mari rentre bientôt, elle veut même pas y penser
Quand il lui prend le bras, c’est pas pour la faire danser
Elle repense à la mairie, cette décision qu’elle a prise
À cet après-midi où elle avait fait sa valise
Elle avait un avenir, un fils à élever
Après la dernière danse, elle s’est pas relevée
Ah elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, ah c’est dommage, ah c’est dommage »

« Ah c’est dommage, ah c’est dommage, ah c’est dommage, ah c’est dommage »
Elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »
Elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »

Elle aurait du y aller, elle aurait du le faire, crois-moi
On a tous dit « ah c’est dommage, ah c’est dommage, c’est p’t’être la dernière fois »
Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets
Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets
Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets
Vaut mieux vivre avec des remords, c’est ça le secret

Bravo tout le monde, bravo!

(Florian Jose Ordonez)(Olivio Laurentino Ordonez)

Chanteurs Bigflo et Oli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CANTIQUES SPIRITUELS DE L’ÂME (Saint Jean de la Croix)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2018



Illustration: Marc Chagall
    
CANTIQUES SPIRITUELS DE L’ÂME

I
Où vous étes-vous caché, mon bien-aimé ?
Vous m’avez abandonnée dans les gémissements ;

Vous avez pris la fuite comme un cerf,
Après m’avoir blessée;
Je suis sortie après vous en criant ;
mais déjà vous vous en étiez allé.

II
Pasteurs, autant que vous êtes qui irez
Par les cabanes à la colline,
Si par hasard vous voyez
Celui que je chéris plus que tout le monde,
Dites-lui que je languis,
que je suis tourmentée, que je me meurs.

III
En cherchant mes amours,
J’irai par ces montagnes et par ces rivages ;
Je ne cueillerai point de fleurs,
Je ne craindrai pas les bêtes sauvages,
Et je passerai par les forts et par les frontières.

IV
O forêts, ô épaisseurs,
Plantées par la main de mon bien-aimé !
O pré toujours vert,
Émaillé de fleurs!
Dites si mon amant a passé par vos campagnes.

V
En répandant mille grâces,
Il a passé à la hâte par ces forêts,
Et en les regardant
De sa seule figure,
Il les a laissées revêtues de sa beauté.

VI
Hélas qui me pourra guérir?
Ah! donnez-vous véritablement tout à moi;

Ne m’envoyez plus
D’ici en avant des messagers,
Qui ne peuvent dire ce que je souhaite.

VII
Et tous autant qu’ils sont qui s’appliquent à vous connaître,
Me parlent de mille grâces qui viennent de vous ;

Mais alors ils me blessent davantage,
Et me laissent toute mourante;
Ils disent je ne sais quoi en bégayant,
Mais ils ne s’expliquent pas clairement.

VIII
Mais comment subsistez-vous,
O vie, ne vivant pas où vous vivez,
Puisque les traits qui vous viennent des choses
que vous connaissez en votre bien-aimé,
vous donnent la mort?

IX
Pourquoi donc avez-vous blessé ce coeur,
Et pourquoi ne l’avez-vous pas guéri?
Et puisque vous l’avez dérobé,
Pourquoi l’avez-vous laissé?
Pourquoi ne prenez-vous pas la proie que
vous avez faite ?

X
Éteignez mes ennuis,
Que personne que vous ne peut adoucir ;
Que mes yeux vous voient,
Puisque vous êtes leur lumière ;
Je ne désire les avoir que pour vous.

XI
Faites voir votre présence,
Et que votre beauté me fasse mourir :
Considérez que la maladie d’amour ne se guérit bien
que par la présence et par la figure.

XII
O fontaine cristalline,
Si dans vos surfaces argentées
Vous formiez promptement les yeux que je désire,
Et que j’ai ébauchés dans mes entrailles !

XIII
Détournez vos yeux,mon bien-aimé,
Parce que je m’envole.
Revenez, ma colombe;
Car le cerf qui est blessé paraît sur le haut de la colline,
Et le vent de votre vol le rafraîchit…

XIV
Mon bien-aimé est comme les montagnes,
Comme les vallées solitaires et pleines de bois,

Comme les îles étrangères,
Comme les fleuves qui coulent avec bruit,
Comme le souffle des doux zéphyrs.

XV
Il est comme une nuit tranquille
Qui approche de l’aurore naissante ;
Comme une musique sans bruit,
Comme une solitude harmonieuse,
Comme un souper qui recrée et qui attire l’amour.

XVI
Notre lit est couvert de fleurs,
Entrelacé de cavernes de lions,
Teint de pourpre,
Fait sur la paix,
Couronné de mille boucliers d’or.

XVII
Après vos vestiges,
Les jeunes filles courent au chemin,
Au toucher d’une étincelle,
Au vin mixtionné,
Aux odeurs d’un baume divin.

XVIII

J’ai bu dans la cave intérieure de mon bien-aimé;
Et quand je suis sortie
Par toute cette plaine,
Je ne connaissais plus rien,
Et j’ai perdu le troupeau que je suivais auparavant.

XIX
Là il m’a donné ses mamelles,
Là il m’a enseigné une science très-savoureuse ;

Et je me suis donnée effectivement toute à lui,
sans réserver aucune chose ;
Là je lui ai promis d’être son épouse.

XX
Mon âme et toute ma substance s’emploient à son service;
Je ne garde plus mon troupeau, et je ne fais plus d’autre office,
Car tout mon exercice est d’aimer.

XXI
Si donc d’ici en avant
on ne me voit plus dans les prés,
et si on ne m’y trouve plus,

Dites que je me suis perdue;
car, étant tout enflammée d’amour,
je me suis volontairement perdue;
mais ensuite on m’a recouvrée.

XXII
De fleurs et d’émeraudes
Choisies dès le grand matin,
Nous ferons des bouquets.
Fleuris en votre amour,
Et liés de l’un de mes cheveux.

XXIII
Dans ce seul cheveu
Que vous avez considéré volant sur mon cou,

Et que vous avez regardé sur mon cou,
Vous avez été lié,
Et vous avez été blessé par l’un de mes yeux.

XXIV
Lorsque vous me regardiez,
Vos yeux m’imprimaient votre grâce ;
C’est pourquoi vous m’aimez.
En cela mes veux méritaient d’adorer ce qu’ils voyaient en vous.

XXV
Ne me méprisez pas ;
Car si vous avez trouvé en moi une couleur noire,

Vous pouvez maintenant me regarder.
Après que vous m’avez déjà regardée,
Car vous m’avez laissé de la grâce et de la beauté.

XXVI
Prenez-nous les renards,
Car notre vigne est déjà fleurie,
Pendant que nous faisons un bouquet de roses,

En forme de pomme de pin,
Et qu’aucun ne paraisse dans nos collines.

XXVII
Arrête-toi, vent du septentrion, qui donnes la mort;

Viens, vent du midi, qui réveilles les amours ;

Souffle par mon jardin,
Et que ses odeurs se répandent,
Et que mon bien-aimé se repaisse entre les fleurs.

XXVII
L’épouse est maintenant entrée
Dans l’agréable jardin qu’elle désirait,
Et elle repose à son gré,
Le cou penché,
Sur les doux bras de son bien-aimé.

XXIX
Sous un pommier
Je vous ai épousée ;
Là je vous ai donné la main,
Et vous avez été réparée
Où votre mère avait été violée.

XXX
Oiseaux, qui avez les ailes légères,
Lions, cerfs, daims sautants,
Montagnes, vallées, rivages,
Eaux, vents, ardeurs,
Craintes, gardes de nuit,

XXXI
Par les lyres agréables,
Et par le chant des syrènes, je vous conjure
D’apaiser votre colère,
Et de ne point toucher la muraille,
Afin que l’épouse dorme plus sûrement.

XXXII
O nymphes de Judée,
Pendant qu’entre les fleurs et les rosiers
L’ambre gris répand son parfum,
Demeurez dans les faubourgs,
Et ne touchez pas le seuil de nos portes.

XXXIII
Cachez-vous, mon bien-aimé,
Et tournez le visage pour regarder les montagnes,

Et ne le dites à personne ;
Mais, au contraire, voyez les campagnes
De celle qui va par les îles étrangères.

XXXIV
La colombe blanche
Revint dans l’arche avec une branche d’olivier;

Et la chaste tourterelle
Trouve sa compagne qu’elle désire
Dans les rivages verts.

XXXV
Elle vivait dans la solitude;
Et elle a mis son nid dans la solitude :
Et son bien-aimé seul
La conduit dans la solitude;
Il est ainsi blessé d’amour dans la solitude.

XXXVI
Réjouissons-nous, mon bien-aimé;
Allons nous regarder dans votre beauté.
Sur la montagne ou sur la colline,
D’où coule une eau pure;
Entrons plus avant dans l’épaisseur.

XXXVII
Et incontinent nous irons ensemble
Aux sublimes cavernes de la pierre,
Qui sont fort cachées,
Et nous entrerons là,
Et nous y goûterons le jus des grenades.

XXXVIII
Là vous me montreriez
Ce que mon âme prétendait ;
Et là même vous me donneriez encore aussitôt,

O ma vie, ce que vous m’aviez donné l’autre jour.

XXXIX
L’agréable souffle du vent,
Le doux chant du rossignol,
Le bois et son agrément,
Pendant la nuit sereine,
Avec la flamme qui consume et qui n’est pas fâcheuse.

XXXX
Aminadab n’était vu de personne,
Et il ne paraissait pas ;
Le siège s’adoucissait,
Et la cavalerie descendait
A la vue des eaux.

***

I
Adonte te eseondiste,
Amado, y me dexaste con gemido ?

Como ciervo huiste,
Aviéndome herido;
Sali iras ti clamando, y eras ido.

II
Pastores, los que fuerdes
Allá por las majadas al otero,
Si por ventura vierdes
Aquel que yo mas quiero,
Dezidle que adolezco, peno, y muero.

III
Buscando mis amores
Iré por essos montes y riberas;
Ni cogeré las flores,
Ni temeré las fieras,
Y passaré las fuertes, y fronteras.

IV
O bosques y espessuras,
Plantadas por la mano de mi amado !
O prado de verduras !
De flores esmaltado,
Dezid si por vosotras ha passade

V
Mil gracias derramando
Passó por estos sotos con presura,
Y yéndolos mirando
Con sola su figura
Vestidos los dexó de su hermosura.

VI
Ay quien podrá sanarme !
Acaba de entregarte va de vero,

No quieras embiarme
De oy mas ya mensagero,
Que no saben dezirme lo que quiero

VII
Y todos quantos vagan

De li me van mil gracias referiendo,

Y todas mas me liagan,
Y déxame muriendo
Un no se que, que
Queda balbuciendo.

VIII
Mas como perseveras,
O vida, no viviendo donde vives,
Y haziendo porque mueras,
Las flechas que recibes,
De lo que del amado en ti concibes?

IX
Porqué pues has Ilagado
Aqueste corazon , no le sanaste ?
Y pues me le lias robado,
Porqué asi le dexaste,
Y no tomas et robo que robaste ?

X
Apaga mis enojos,
Pues que ninguno basta à dehazellos,
Y véante mis ojos,
Pues qu’ ere lumbre dellos,
Y solo para ti quiero tenellos.

XI
Descubre tu presencia,
Y máterne tu vista y hermosura ;
Mira que la dolencia
De amor no bien se cura,
Sino con la presencia y la figura.

XII
O cristalina fuente,
Si en essos tus semblantes plateados,
Formasses de repente los ojos deseados,

Que tengo en mis entrañas dibuxados.

XIII
Apartaos, amado,
Que voy de buelo.
Buelete, paloma,
Que el ciervo vulnerado
Por el otero assoma,
Y el ayre de tu buelo fresco toma.

XIV
Mi amado, las montañas,
Los valles solitarios nemorosos,

Las insulas estranas,
Los rios sonorosos
El silvo de ios ayres amorosos.

XV
La noche sossegada,
En par de los levantes del aurora,
La musica callada,
La soledad sonora,
La cena que recrea, y enamora.

XVI
Nuestro lecho florido,
De cuevas de leones enlaçado ;
En purpura teñido,
De paz edificado,
Con mil escudos de oro coronado.

XVII
A zaga de tu huella,
Las jovenes discurren al camino,
Al toque de centella,
Al adobado vino,
Emissiones de bàlsamo divino.

XVIII
En la interior bodega de mi amado bebi,
Y quando salla,
Por toda aquesla vega,
Ya cosa no sabia,
Y el ganado perdi, que antes seguia.

XIX
Alli me dió su pecho,
Alli me enseñó ciencia muy sabrosa :

Vo le di de hecho ;
A mi, sin dexar cosa,
Alli le prometi de ser su esposa.

XX
Mi alma se ha empleado, y todo mi caudal en su servicio;
Ya no guardo ganado, ni ya tengo otro oficio,
Que ya solo en amares mi exercicio.

XXI
Pues ya si en et exido de oy
mas no fuere vista ni hallada;

Direis, que me he perdido;
que andando enamorada,
mehize perdedizà, y fui ganada.

XXII
De flores y esmeraldas
En las frescas mañanas escogidas
Haremos las guirnaldas,
En tu amor florezidas,
Y en un cabello mio entretexidas.

XXIII
En solo aquel cabello,
Que en mi cuello volar consideraste,

Mirastele en mi cuello,
Y en él preso quedaste,
Y en uno de mis ojos te Ilagaste.

XXIV
Quando tu me mirabas,
Tu gracia en mi tus ojos imprimian ;
Por esso me amabas,
Y en esso merecian,
Los mios adorar lo que en ti vian.

XXV
No quieras despreciarme ;
Que si color moreno en mi hallaste,

Ya bien puedes mirarme,
Despues que me miraste,
Que gracia, y hermosura en mi dexaste.

XXVI
Cogédnos las eaposas,
Que está ya florecida nuestra viña,
En tanto que de rosas,

Hazemos una piña,
Y no paresca nadie en la montiña.

XXVII
Detente cierço muerto,

Ven austro que recuerdas los amores ;

Aspira por mi huerto,
Y corran sus odores,
Y pacerá et amado entre las flores.

XXVII
Entrado se ha la esposa,
En el ameno huerto deseado,
Ya su sabor reposa,
El cuello reclinado,
Sobre los dulzes braços del amado.

XXIX
Debaxo del mançano
Alli con migo fuiste desposada ;
Alli te di la mano,
Y fuiste reparada
Donde tu madre fuera violada

XXX
A las aves ligeras,
Leones, ciervos, gamos saltadores,
Montes, valles, riberas,
Aguas, ayres, aidores,
Y miedos de la noche veladores,

XXXI
Por las amenas liras,
Y cantos de syrenas os conjuro,
Que cessen vuestras iras,
Y no toqueis al muro,
Porque la esposa duerma mas seguro.

XXXII
O ninfas de Judea,
En tanto que en las flores y rosales
El ambar parfumea,
Morad en los arrabales,
Y no querais locar nuestros umbrales.

XXXIII
Escóndete, carillo,
Y mira con tu haz á las montañas,

Y no quieras dexillo;
Mas mira las campañas,
De la que va por insulas extrañas.

XXXIV
La blanca palomica
A la arca con el ramo se ha tornado;

Y ya la tortolilla,
Al socio deseado,
En las rilteras verdes ha hallado.

XXXV
En soledad vivia ;
Y en soledad ha puesto ya su nido :
Y en soledad la guia,
A solas su querido,
Tambien en soledad de amor herido.

XXXVI
Gozémonos, amado,
Ya vámonos á ver en tu hermosura,
Al monte ó al collado,
Do mana et agua pura ;
Entremos mas adentro en la espesura.

XXXVII
Y luego alas subidas
Cabernas de la piedra nos iremos,
Que estan bien escondidas,
Y alii nos entraremos,
Y el mosto de granadas gustaremos.

XXXVIII
Alli me mostrarias,
Aquello que mi alma prelendia,
Y luego me darias

Alli tu, vida mia, aquello que me diste el otro dia.

XXXIX
El aspirar del ayre
El canto de la dulce filomela,
El soto y su donayre,
En la noche serena,
Con llama que consume, y no da pena.

XXXX
Que nadie lo miraba Aminadab,
Tam poco parecia,
Y el cerco sossegava,
Y la caballeria,
A vista de las aguas descendia.

(Saint Jean de la Croix)

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/jeandelacroix/jeandelacroix08.htm#_Toc134006116

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fraîcheur du matin (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018



    

Illustration: Piet Mondrian Mondrian
    
La fraîcheur du matin vient de la mer,
le champ mouillé vert-cristal au soleil
dans la vapeur légère de l’écume, qui roule
sur le cristal d’un vert d’herbe ; la morsure
de l’air frais s’insinue à l’intérieur, les fenêtres
sont béantes sur la dune je suis assis là
les charmants nuages rouges, dégoulinant de miel,
me passent devant la bouche.

Et c’est amour que je murmure plongé dans la fraîcheur,
et l’amour dévale de la maison il longe la dune,
il court, il prend la terre dans ses bras.

Je suis la source et de moi coule l’eau,
voici d’où vient la source, calme jardin intérieur,
ici est accroché mon coeur, haut siège de la fontaine.

(Herman Gorter)

 

Recueil: Ce que tu es
Traduction: Saskia Deluy et Henri Deluy
Editions: Al Dante

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’âtre de cendre (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018




    
L’âtre de cendre

Foyer de l’intime silencieuse
Bûche
Assouplie où siège toute flamme
Dans sa faiblesse de naître
Et mourir chaleur pour toi

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Viens néant à mon âme comparable (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018



Illustration: Francis Ray
    
viens néant à mon âme comparable
qui avec l’existence a conversé vainement,
Ô prends ton trivial péage scrupuleusement,
à ces calmes pieds ton coeur frénétique est favorable;
éprouve-moi avec tes parfums qui ont séduit
les narines toutes-puissantes de la fervente mort,
nourris-moi de félicités mangées aux vers
par qui la bouche affamée du temps est nourrie:
et si je n’aime pas ce que tu me donnes laisse-moi
me plaindre à lui,dont le siège se trouve là
où les planètes en orbite luttent pour leur liberté
contre l’air abasourdissant de toute éternité—
mais si j’aime, je prendrai entre tes mains ce qu’aucun
homme ne ressent,ce qu’aucune femme ne comprend.

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Libre la musique (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2018



Illustration: Remedios Varo Uranga
    
libre la musique fait le siège de la nuit,
donne au silence exsangue l’odeur du vertige

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Traité du vertige
Traduction:
Editions: La Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ASSIÉGÉ (Tennessee Williams)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2017



Illustration: Philippe Cognée
    

ASSIÉGÉ

Je construis un pilier titubant de mon sang
pour qu’il se tienne droit quand je descends la rue.
La chose est liquide, elle s’écoulera d’autant
plus rapidement si la colline est pentue.

Combien font des bonds périlleux ces fontaines
près desquelles je suis un voyageur téméraire !
Dans de maternelles ténèbres, Seigneur, je Te prie
garde ces sources qu’un doigt de soleil tarirait.

Est-ce l’écume subite qui fait du monde un globe,
une image jaillissant d’un ruisseau pourpré.
Mais que le cristal se brise, elle aurait alors
une qualité intemporelle, mais pas le rêve.

Il arrive que je sente l’île de moi-même
un mercure argenté qui glisse et court,
tournant en lui des miroirs qui se démènent
sous la pression d’un million de pouces.

Puis il faut cette nuit que je parte en quête d’un
inconnu hier que le voyant je reconnais,
dont le contact, expédient ou miracle,
me met la panique et coupe mon envolée.

Avant que le jour se lève je remonte la rue,
accompagné, jusqu’à un lieu berceur au-dessus.
Voilà que mes veines dans des cabanes pourpres
gardent les sauvages et sots passagers de l’amour.

Tout n’est pas perdu, disent-ils, tout n’est pas perdu,
mais avec le surprenant savoir des aveugles
leurs doigts flanchent de sentir un si fragile mur
supporter le siège de tout ce qui n’est pas moi !

***

THE SIEGE

I build a tottering pillar of my blood
to walk it upright on the tilting street.
The stuff is liquid, it would flow downhill
so very quickly if the hill were steep.

How perilously do these fountains leap
whose reckless voyager along am I!
In mothering darkness, Lord, I pray Thee keep
these springs a single touch of sun could dry.

It is the instant froth that globes the world,
an image gushing in a crimson stream.
But let the crystal break and there would be
the timeless quality but not the dream.

Sometimes I feel the island of my self
a silver mercury that slips and runs,
revolving frantic mirrors in itself
beneath the pressure of a million thumbs.

Then I must that night go in search of one
unknown before but recognized on sight
whose touch, expedient or miracle,
stays panic in me and arrests my flight.

Before day breaks I follow back the street,
companioned, to a rocking space above.
Now do my veins in crimson cabins keep
the wild and witless passengers of love.

All is not lost, they say, all is not lost,
but with the startling knowledge of the blind
their fingers flinch to feel such flimsy walls
against the siege of all that is not I!

(Tennessee Williams)

 

Recueil: Dans l’hiver des villes
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :