Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘signature’

Ce visage est le tien (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2019



Ce visage est le tien
et tu ne le reconnais pas.
Tu es une sorte de carte ancienne,

Inconnue, figure d’un jeu d’autrefois,
un jeu perdu.

Et tu écris comme un qui dort,
comme si toute vérité
était morte, ou sans signature.

(Lionel Ray)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne voudrais changer ma peine pour aucune joie (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2018




Je ne voudrais changer ma peine
Pour aucune joie :
Douleur lien secret
Signature de sang
Qui scelle à toi ma vie
Indissolublement.

***

I would not change my grief
For any joy :
Sorrow the secret bond
The signature of blood
That seals to you my life
Indissolubly.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BONNE OREILLE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



BONNE OREILLE

J’entends mourir des enfants au fond d’un sac.
J’entends miauler ton chat, mère Michel.
J’entends le vent du sabre,
j’entends la souris grignoter ta robe, tante Valentine,
j’entends la rouille germer sur la clé des songes.
Jacques, j’entends pâlir ta signature sur tes lettres d’amour.
Et j’entends, Marie, j’entends ton plus beau cil tomber à la rigole, partir à la dérive.

Tant d’oreille, c’est fatigant.

(Norge)


Illustration: Laurence Cleyet-Merle

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Quelle impérissable étoile perdue (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2018




Quelle chose infiniment précieuse
Cherchions-nous sur la grève?
Quelle signature,
Promesse en un coquillage nacré, sagesse en un galet?
De quel roi mort la couronne d’or, polie par la marée,
Quelle impérissable étoile perdue?

***

What infinitely precious thing
Did we seek along the shore?
What signature,
Promise in pearly shell, wisdom in stone?
What dead king’s golden crown, tide-worn,
What lost imperishable star?

(Kathleen Raine)

Illustration: George Hunter

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis l’ami de l’avenir (Pierre Boujut)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018



 

coquillage étoile

Je suis l’ami de l’avenir
Où tous mes rêves sont vivants
Où mes désirs avancent nus
Sous l’étincelle du plaisir.
Sur chaque vague du futur
je reconnais mon beau navire
sur chaque feuille ma verdure
sous chaque pas ma signature.
Et ceux qui roulent vers les plages
ne disent pas mon nom, je sais
mais recommencent l’aventure
du coquillage et de l’étoile
qui s’aimaient en moi pour toujours.

(Pierre Boujut)

Ilustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La seule signature (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2018



La seule signature au bas de la vie blanche,
c’est la poésie qui la dessine.

(René Char)

Illustration: Anne Desmazures

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Aimée (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017




Illustration: Josephine Wall
    
aimée

moissonne la coulée en toi

aimée d’un plus-que-souffle
la veine bat sur l’aurore

c’est toi-même à fleur de soi

à l’envers dans le temps
à l’envers dans le blanc

aimée d’un toujours-ciel

disparue sitôt surgie
disparue

ouvre le visage
qui meurt de vie
qui meurt de nuit

stations du lointain souffert
tes mains s’offrent

pour trouver
les pierres de monde

aimée
projette l’ombre
du paradis

où finit le ciel
c’est ta prière qui voit
c’est ton bleu
qui se noie

aimée
tu pleus toute parole
en gouttes de nuit

quelque chose
on ne sait où
sans répit sans repos
dans la pulpe du je t’aime

aimée de pur désert noir
ta nuit vient
plus vive que neige

meurs l’oubli
tiens la foudre
en haleine

laisse le temps
s’effondrer
dans ta blessure

aimée
moissonne le monde en nous

éveille les noms
qui s’agrippent aux étoiles
au feu qui forge la joie

l’ébloui n’est pas oubli
la chute tremble de vie

enroulée
dans la signature du vide
en attente pure

nul fond nulle fin
quand saigne la présence

(Zéno Bianu)

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Lit (Jean-Marc Pelletier)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Le Lit

Quand la nuit approche, l’inspiration, qui est muse malicieuse,
se glisse dans le lit du poète et inscrit le tracé de son joli corps sur le drap,
en une invisible empreinte.

Si le poète se pose exactement sur cette signature
– bras droit replié à hauteur d’épaule, bras gauche allongé, jambes parfaitement jointes -,
l’inspiration viendra le visiter dans son sommeil,
tournant et repassant dans sa caboche comme la boule sur la roulette.

Au réveil, le poète écrit immédiatement le poème offert.
S’il ne s’en souvient pas (ce qui souvent survient), il en invente un autre.

(Jean-Marc Pelletier)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Auguste Rodin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des signatures anonymes prolifèrent (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Des signatures anonymes prolifèrent,
et, parmi elles,
est-ce mon nom que je voudrais découvrir,
l’appel qui dut bien un jour m’être adressé,
même s’il ne fut pas entendu…

(André Frénaud)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Diablerie (Alain Eludut)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2016



Au petit matin les murs se lézardent
– rien de ce qui tremble ne m’indiffère
Je sens les vibrations les secousses
j’attends la marque du divin
quelque chose comme « enfin te voilà, je t’attendais ».
Et tout serait dit – et tout serait confus, aussi.
Cependant, rien n’est plus clair
aucune signature en bas des murs,
ni chant sacré à mes oreilles
ne viennent troubler l’ordre du monde,
je suis bien seul – irrémédiablement.

(Alain Eludut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :