Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘silence’

Je donne mon silence (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2017



A tout ce qui m’entoure
Je donne mon silence.

Et le temps
Est suspendu.

(Guillevic)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 3 Comments »

Peux-tu parler du chant (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2017



Peux-tu parler du chant,
Toi qui mets le silence
Au-dessus de tout?

Oui, seul
Peut apprécier le chant

Celui qui confie
Sa joie au silence.

Seul celui-là
Sait peser le chant.

(Guillevic)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 5 Comments »

Créer de la tension entre les mots (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2017



Un travail: créer
De la tension
Entre les mots,

Faire que chacun
En appelle un
Ou plusieurs autres.

Ils ne tiennent
Pas tellement à venir
De leur plein gré.

Quand ils arrivent
Ils sont arrimés
Irrévocablement

Par un silence
Qui ne sera
Jamais rompu.

(Guillevic)


Illustration: Tamara Lunginovic

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne parle pas de silence (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2017



Ne parle pas de silence
A la mousse du puits
Sur la paroi.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Laisse le bleu (Claude Adelen)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2017



Laisse le bleu regagne
le bleu l’étang une à une
sarcelles poules d’eau
silence
cette part de nous qui passe
en cercles de joie dans la lumière

(Claude Adelen)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dyptique (Birago Diop)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2017



Dyptique

Le Soleil pendu par un fil
Au fond de la Calebasse teinte à l’indigo
Fait bouillir la Marmite du Jour.
Effrayée à l’approche des Filles du feu
L’Ombre se terre au pied des pieux.
La Savane est claire et crue
Tout est net, formes et couleurs.
Mais dans les Silences angoissants faits des Rumeurs
Des Bruits infimes, ni sourds ni aigus,
Sourd un Mystère lourd,
Un Mystère sourd et sans contours
Qui nous entoure et nous effraie…

Le Pagne sombre troué de clous de feu
Etendu sur la Terre couvre le lit de la Nuit.
Effrayés à l’approche des filles de l’Ombre
Le Chien hurle, le Cheval hennit
L’Homme se terre au fond de la case.
La Savane est sombre,
Tout est noir, formes et couleurs,
Mais dans les Silences angoissants faits des Rumeurs.
Des Bruits infinis ou sourds ou aigus,
Les Sentes broussailleuses du Mystère
lentement s’éclairent
Pour Ceux qui s’en allèrent
Et pour Ceux qui reviennent.

(Birago Diop)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La petite rue silencieuse (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2017



La petite rue silencieuse

Le silence orageux ronronne.
Il ne passera donc personne?

Les pavés comptent les géraniums.
Les géraniums comptent les pavés.

Rêve, jeune fille, à ta croisée.
Les petits pois sont écossés.
Ils bombent ton blanc tablier
que tes doigts roses vont lier.

Je passe de noir habillé.
Un éclair au ciel t’a troublée,
jeune fille, ou c’est donc ma vue?
Tes petits pois tombent dans la rue.

Sombre je passe.
Derrière moi les pavés comptent les petits pois.

Le silence orageux ronronne.
Il ne passera donc personne?

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA nuit donne à la nuit sa forme et sa contrée (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2017



 

Christian Schloe 70323648_b

La nuit donne à la nuit sa forme et sa contrée :
Ces archipels de lune aux longs chemins mouvants
Et par l’unique étoile une ombre déchirée
– Appel d’un dieu perdu dans le mythe des vents.

La nuit donne à la nuit ses lambeaux de silence,
D’un silence où la mer en nous ne s’entend plus,
Où l’ange en s’endormant visite une autre enfance
Et nous laisse mourir pour ceux qui se sont tus.

La nuit n’attend que nous pour boire une eau plus pure :
L’éloge d’une larme est celui du pardon.
Mortels cloués vivants à la sainte blessure,
Notre couche d’orage à l’amour dit son nom.

– Amour, à cette nuit refuse les visages
Que nous avons subi pour déjouer ta loi !
Le temps ne t’appartient que si tu le partages
Et le jour doit mourir s’il ne meurt que de toi.

Amour, blancheur de l’ange éparse dans les nombres
Dont la nuit dissimule et surprend le pouvoir,
Dans cette solitude interdite aux décombres
Nous as-tu rejetés pour te voir sans me voir ?

(Louis Emié)

Illustration: Christian Schloe

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je parle bas tout juste au-dessus du silence (Anna Gréki)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2017



Je parle bas tout juste au-dessus du silence
Pour que même l’autre oreille n’entende pas
La terre dort à ciel ouvert et dans ma tête
se prolonge avec des rigueurs d’asphodèles
J’ai repeuplé quelques déserts beaucoup marché
Alors je gis dans ma fatigue et dans ma joie
Ces varechs jetés par les lames des étés

(Anna Gréki)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette écrasante présence du vide! (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2017



Quel silence, partout.
Et cette écrasante présence du vide!
Dieu est là. Je le sens.

Le Rien est soupir d’éternité,
aveu négligé d’infini.

(Edmond Jabès)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :