Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘silex’

Le vent soulève la poussière (Jean-Vincent Verdonnet)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2017



Le vent soulève la poussière
d’or de silex et d’os
drainée par les glaciers

De l’aigre harmonica s’égrène
un chapelet de ritournelles

Une feuille ourle sa paupière
sur l’oeil trépidant du matin

Lèvre gourmande le soleil
approche à travers les buissons
la jambe nue de la rivière

Un saule a reconnu
dans l’eau son frisson de la veille

(Jean-Vincent Verdonnet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

D’Étincelles notre rencontre (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



D’Étincelles notre rencontre – Silex
Divergents – volant de tous côtés –
Notre séparation, une Hache
Le Coeur de la Pierre clivé –
Nous vivons de la Clarté qui fut Nôtre
Avant d’éprouver la Ténèbre –
Par sa différence avec cette céleste
Étincelle, révélée.

***

We met as Sparks – Diverging Flints
Sent various – scattered ways –
We parted as the Central Flint
Were cloven with an Adze –
Subsisting on the Light We bore
Before We felt the Dark –
We knew by change between itself
And that etherial Spark.

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je te vois nuit de chaque instant (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2017



pierre

Je te vois
Nuit de chaque instant
Silex noir
qui porte son feu à l’intérieur

(André Velter)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je te vois nuit de chaque instant (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2016



 

Je te vois
Nuit de chaque instant
Silex noir
qui porte son feu à l’intérieur

(André Velter)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

LES RAISONS (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



LES RAISONS

— dis-moi pourquoi tu vis
— pour caresser un doute
aussi doux qu’un puma
âgé d’un quart de lune

— dis-moi pourquoi tu aimes
— parce que la brebis est un silex
le silex un genou de fée
la fée un mot pendu par la nageoire

— dis-moi pourquoi tu changes
— mais non je multiplie l’azur
comme un hareng se multiplie entre les vagues
et je divise l’horizon
comme on divise un colibri
entre deux mille enfants aveugles

— dis-moi pourquoi tu meurs
— il faut que la serrure et l’alouette
le livre et la cascade
apprennent
à se tromper

(Alain Bosquet)

Illustration: Sylvie Lemelin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le paysage (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2016



 

roses lilas

Le paysage

J’avais rêvé d’aimer. J’aime encor mais l’amour
Ce n’est plus ce bouquet de lilas et de roses
Chargeant de leurs parfums la forêt où repose
Une flamme à l’issue de sentiers sans détour.

J’avais rêvé d’aimer. J’aime encor mais l’amour
Ce n’est plus cet orage où l’éclair superpose
Ses bûchers aux châteaux, déroute, décompose,
Illumine en fuyant l’adieu du carrefour.

C’est le silex en feu sous mon pas dans la nuit,
Le mot qu’aucun lexique au monde n’a traduit
L’écume sur la mer, dans le ciel ce nuage.

À vieillir tout devient rigide et lumineux,
Des boulevards sans noms et des cordes sans noeuds.
Je me sens me roidir avec le paysage.

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Portrait de la famine (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Famine640

Portrait de la famine

Le tigre ici broute des feuilles tendres
Et l’okapi cherche qui dévorer.
Moi je suis homme, il me faut nourritures
Plus à mon goût – je suis fauve et soleil.

Entre mes dents la terre. Entre mes lèvres
Ces doux silex tranchant ma tendre chair
Et le poison succulent de ces arbres
Où sont pendus d’autres civilisés.

Moi, naufragé, je suis ma propre épave
Et je m’accroche à ma vie, à mon nom.
Toute la mer, son écume et sa danse
Pour une larme autrefois retenue.

Ô terre et mer, couronne de corail,
Ile assoiffée où vont rôdant les fauves.
Je suis le lieu d’un jeune mammifère,
Délivrez-moi de l’ombre et du soleil.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui le prononcera? (Gaston Puel)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2016



Quand l’homme est né il ne cesse de naître
De quel mot désigner ce qui l’enfantera?
Ce mot déchire l’air comme un rire l’amour
Qui le prononcera? Le serpent change d’âme

Les yeux se sont ouverts et les mains dénouées
Ont saisi la jument le silex l’amadou
Les pieds ont su marcher la bouche s’abîmer
Mais dans son dos un astre s’enfle qui l’attire :

O Prestigieux aimant – nos larmes contenues.

(Gaston Puel)


Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

A force d’attendre (André Laude)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2016



A force d’attendre
j’oublie qui j’attends
Oiseau ou femme
blessure ou bûcher

je scrute la plante
j’exige son secret
avec des gestes humbles
des mots qui apaisent

vague me parvient
cette rumeur de métamorphose
qui travaille mes mains
au plus obscur

j’épelle ton visage
O futur inscrit
dans le pas d’aujourd’hui
dans l’absence éprouvée

dans le silex d’un cri
qui résonne au fond
dans cette humide patrie
des regards et des mots

Ce peu de mort
qu’obstinément je fouille
repousse mes limites
jusqu’au soleil du fenouil

jusqu’à ce mystère
vivant aérien
Un merle qui retient
le monde dans son chant

Au miroir sévère
je ne déserte pas
la cendre dans la voix
doucement prolifère.

(André Laude)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Euan Macleod

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Là est (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2016


L’infini qui sépare
Le silex bref
de la flamme durable
La chenille grimpante
de la chute des feuilles
L’appel de l’enfant perdu
de la mère qui attend
L’infini que traverse le souffle
du Vide médian
Là est le lieu de vie
Là est le lieu

Là est

(François Cheng)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :