Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘silhouette’

Petits mystères (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2019



 

Petits mystères

Chut ! Oh ! ce soir, comme elle est près !
Vrai, je ne sais ce qu’elle pense,
Me ferait-elle des avances ?
Est-ce là le rayon qui fiance
Nos coeurs humains à son coeur frais ?

Par quels ennuis kilométriques
Mener ma silhouette encor,
Avant de prendre mon essor
Pour arrimer, veuf de tout corps,
A ses dortoirs madréporiques.

Mets de la Lune dans ton vin,
M’a dit sa moue cadenassée ;
Je ne bois que de l’eau glacée,
Et de sa seule panacée
Mes tissus qui stagnent ont faim.

Lune, consomme mon baptême,
Lave mes yeux de ton linceul ;
Qu’aux hommes, je sois ton filleul ;
Et pour nos compagnes, le seul
Qui les délivre d’elles-mêmes.

Lune, mise au ban du Progrès
Des populaces des Etoiles,
Volatilise-moi les moelles,
Que je t’arrive à pleines voiles,
Dolmen, Cyprès, Amen, au frais !

(Jules Laforgue)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous les arbres reparle la fontaine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2019



Parfois la silhouette d’un jeune cheval,
d’une enfant lointain,
s’avance en éclaireur vers mon front
et saute la barrière de mon souci.

Alors sous les arbres reparle la fontaine.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alors sous les arbres reparle la fontaine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2019



 

Alors sous les arbres reparle la fontaine

Parfois la silhouette d’un jeune cheval,
d’un enfant lointain,
s’avance en éclaireur vers mon front
et saute la barre de mon souci.
Alors sous les arbres reparle la fontaine.

(René Char)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’est-ce que ça veut dire (Dominique Labarrière)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2019



Qu’est-ce que ça veut dire
(Après avoir souffert.
Après avoir réfléchi)
De guetter la silhouette
Qui sortira bientôt du métro
Et trembler?

(Dominique Labarrière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

FERMOIR (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2019


 


 

Ettore Aldo Del Vigo 71

FERMOIR

Tableau transformable
au mobile écran
le prisme des fables
sert les quatre sens ;
l’espace qui bouge
en ta profondeur
filiforme touche
l’esprit créateur
violet et rouge
métamorphoseur,
tout se multiplie
silhouette, l’art,
son et poésie,
le ciel qu’on déplie,
retour et départ :
à chacun son rêve,
oeuvre, liberté
de tout transposer ;
la vie est trop brève,
il faut l’inventer.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES NUAGES PASSENT (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2019



LES NUAGES PASSENT

Je n’écrirai plus rien aujourd’hui…
Un peu de vin, une cigarette…
Et passent les heures de midi
Telles de fugaces silhouettes…

Ce qui est important, c’est ceci,
Que toujours, par toute la planète,
S’écoulent les heures de midi
Telles de fugaces silhouettes…

(George Bacovia)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La réalité (Henry James)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2019


 


 

Multivers

La réalité n’a pas une unique fenêtre
mais un million …
A chacune d’elles
se tient une silhouette avec une paire d’yeux.

(Henry James)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

TROMPERIE (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019




TROMPERIE

1
Printemps. Le matin est ivre de soleil,
Plus net le parfum des roses sur la terrasse,
Le ciel a plus d’éclat qu’une faïence bleue.
Le cahier est relié en maroquin très souple,
J’y lis des stances et des élégies,
Qui furent écrites pour ma grand-mère.

Je vois le chemin jusqu’à la grille, les bornes
Se détachent en blanc sur l’émeraude du gazon.
Oh! ce coeur est plein d’un amour exquis, aveugle.
Et quelle joie! ces couleurs, dans les massifs,
Et dans le ciel le cri aigu du corbeau noir,
La voûte du cellier au profond de l’allée.

2
Le vent souffle chaud, étouffant.
Le soleil brûle les mains.
La voûte de l’air sur la tête,
On dirait un verre bleu.

Odeur sèche des immortelles
Dans ma tresse qui se défait.
Sur le tronc rugueux du sapin
Une route pour les fourmis.

Reflets paresseux sur l’étang.
Vie légère, comme jamais…
Aujourd’hui j’ai cru voir quelqu’un
(Mais qui?) dans le hamac léger.

3
Soir bleu. Les vents sont apaisés,
La lumière veut que je rentre.
Qui est là? Devine… un fiancé?
Et pourquoi pas mon fiancé ?…

Sur la terrasse une silhouette familière,
On parle, mais très doucement.
Oh, je n’avais jamais éprouvé jusqu’ici
Une langueur si séduisante.

Les peupliers frémissent d’inquiétude,
Visités par des rêves de tendresse
Le ciel est couleur d’acier bruni,
La pâleur des étoiles est mate.

Je tiens un bouquet de giroflées blanches.
Elles cachent un feu secret, pour brûler
Celui qui les prendra de mes mains timides,
En effleurant ma paume tiède.

4
J’ai écrit des mots
Que longtemps je n’ai pas osé dire.
Le mal de tête m’engourdit,
Mon corps est comme insensible.

Le cor au loin s’est tu, mon coeur
Ressasse les mêmes énigmes,
Une légère neige d’automne
A recouvert le terrain de croquet.

Les feuilles bientôt ne frémiront plus !
La pensée bientôt oubliera ses tourments.
Je ne voulais pas être une gêne
Pour ceux dont le devoir est de se divertir.

J’ai pardonné à ces lèvres rouges
Leur cruelle plaisanterie…
Vous viendrez nous voir demain
En foulant aux pieds la première neige.

On allumera des bougies,
De jour leur éclat est plus doux,
On apportera un bouquet
De roses cueillies dans l’orangerie.

(Anna Akhmatova)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’allée est droite et longue, et sur le ciel d’hiver (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



la_vieille_au_fagot_H114715_L

L’allée est droite et longue, et sur le ciel d’hiver
Se dressent hardiment les grands arbres de fer,
Vieux ormes dépouillés dont le sommet se touche.
Tout au bout, le soleil, large et rouge, se couche.
À l’horizon il va plonger dans un moment.
Pas un oiseau. Parfois un léger craquement
Dans les taillis déserts de la forêt muette ;
Et là-bas, cheminant, la noire silhouette,
Sur le globe empourpré qui fond comme un lingot,
D’une vieille à bâton, ployant sous son fagot.

(François Coppée)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’été tranquille dort sur le dos (Patricia Castex Menier)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



L’été tranquille dort sur le dos

Ton corps avec ses feux de brandes,
ses bouffées d’étoiles.
Il fait très clair dans l’étreinte,
tous nos gestes jetés comme noeuds de sarments.
Dehors, les collines gonflent leur silhouette ronde,
et l’été tranquille dort sur le dos.

(Patricia Castex Menier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :