Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sillonner’

TOUTES CES ANNÉES OÙ JE M’ABSENTAIS (Nikiforos Vrettakos)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2021



 

    

TOUTES CES ANNÉES OÙ JE M’ABSENTAIS

Toutes ces années où je m’absentais, c’est pour toi que je voyageais.
En quête de cette rose qu’aucun autre
ne pourrait t’offrir. Nul ne saura jamais
quels monts, quels déserts, quels océans j’ai traversés,
quelles averses m’ont sillonné le front,
quelles tempêtes m’ont tourmenté. J’ai versé mon cœur
dans un saint calice et cette belle rose
en est sortie, pure
comme une aurore de Pâques. Mets-la à ta ceinture,
sur ton cœur ou dans tes cheveux. Elle t’ira à merveille
comme au monde chaque matin le soleil.

(Nikiforos Vrettakos)

 

Recueil: Mon soleil
Traduction: Traduit du grec par Ioannis Dimitriadis
Editions: ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Allée des Cygnes (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2020




    
L’Allée des Cygnes

C’est une Allée des Cygnes
D’où les Cygnes sont absents
Semée d’autres oiseaux
Plantée dans la cité
Livrée à ses échos
Sillonnée de passants

Entre les bras de la Seine
Bercée par ses remous
Bordée d’arbres de péniches
Et de mouettes des vents
C’est une Allée des Cygnes
D’où les Cygnes sont absents

Passant plus que fugace
Je songe pas à pas
Au long de l’Allée des Cygnes
D’où les Cygnes sont absents

Au pont Mirabeau si proche
Qu’Apollinaire perpétua.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: Rythmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS LIEU (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2020



Milarépa

    
SANS LIEU

Je suis celui qui pourchasse
le visage des apparences
Milarépa

sans lieu
sans nom
le géomètre des éclipses
parcourt l’horizon

sans lieu
sans mémoire
il prend le suaire du ciel
et l’étend sur le monde

sans lieu
sans boussole
le visage sillonné d’ombres
il explore les abîmes d’en-haut
sans lieu
sans cesse
il s’en va caresser la mort
au-delà des lunes brûlées

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche et Le désespoir n’existe pas
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN CERISIER A FAIT SES FLEURS (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2020



Illustration: Emile Eisman-Semenowsky
    
UN CERISIER A FAIT SES FLEURS

Tu m’as attendu
Comme un précipice attend la cataracte,
Comme, les mains liées, l’esclave attend la lame
Que dans la poitrine va lui planter
Le prêtre de Montezuma,
Comme une forêt attend l’orage
Qui renversera ses arbres,
Comme une plaine l’inondation,
Comme les sarments desséchés l’étincelle,
Comme le printemps la première hirondelle
Qui sillonnera noire ses vallées bleues,
Comme une fenêtre
Attend l’éclosion rouge du géranium.

Tu étais seule,
Ta bouche était brûlante.
Quand je t’ai serrée dans mes bras,
Un cerisier a fait ses fleurs.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Noir dans le noir (Clara Janès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2020



Illustration: Hugues Crépin
    
Noir dans le noir
et dans le noir, du noir
que sillonne l’éclair.
La mer s’ouvre
et le blanc bondit
jusqu’au récif
d’où les rêves brûlent de
se fracasser.

Traduction en Français: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

***

Negro en el negro
y en el negro, negro
cruzado por el rayo.
Y se abre el mar
y salta la blancura
hasta el cantil
desde el que los sueños
querían despeñarse.

Espagnol (original) Clara Janès

***

Zwart in het zwart
en in het zwart, zwart
door de bliksem doorkruist.
De zee opent zich
en het wit springt
tot aan de klip
van waar de dromen
zich te pletter willen storten.

Traduction en Néerlandais: Germain Droogenbroodt

***

Schwarz in Schwarz
und im Schwarzen, schwarz
vom Blitz durchkreuzt.
Und das Meer öffnet sich
und das Weiß springt
bis zur Klippe
von der sich die Träume
stürzen wollen

Traduction en Allemand: Wolfgang Klinck

***


Traduction en Persan: Sepideh Zamani

***

Μαύρο μες στο μαύρο
και στο μαύρο το μαύρο
που φώτισε η αστραπή
κι η θάλασσα αφήνοντας τη λευκότη
απλώνεται
μέχρι πάνω στο λόφο
απ’ όπου όνειρα
θέλουν να ξαπεταχτούν
από μόνα τους.

Traduction en Grec: Manolis Aligizakis

***


Traduction en Indi: Jyotirmaya Thakur

***

Nero su nero
e nel nero, nero
attraversato dai fulmini.
E il mare si apre
getta il bianco
sugli scogli
dai quali i sogni
vogliono cadere in pezzi.

Traduction en Italien: Luca Benassi

***


Traduction en Japonais: Naoshi Koriyama

***

Niuru ntô niuru
E lu niuru , niuru
Spacctu d’un raggiu
E si apri lu mari
Sauta la biancura
Finu a li scogghi
finu a quannu li sonnura
si tuffanu a la lavanca.

Traduction en Sicilien: Gaetano Cipolla

***

O escuro no escuro
no escuro, escuro
atravessado pelo raio.
E o mar se abre
até o penhasco
desde que os sonhos
queiram precipitar-se.

Traduction en Portugais: José Eduardo Degrazia

***


Traduction en Russe: Rahim Karim

***

Negru din negru
și-n negru, alt negru
despicat de fulger.
Se desface marea
izbind spuma albă
de coasta falezei
de care visurile
ar vrea să se desprindă.

Traduction en Roumain: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

Black in the black
and in the black, black
crossed by lightning.
And the sea opens up
and skips the whiteness
up to the cliff
from which dreams
want to throw hurl themselves.

Traduction en Anglais: Stanley Barkan

***

Siyahın içinde siyah
Ve siyahın içinde, siyah
Yıldırım çarpılmış
Ve deniz açılır
Ve beyazı atar
Resiflere kadar
Hangi rüyalardan
Kendilerini parçalamak isterler

Traduction en Turc: Serpil Devrim

***


Traduction en Arabe: Sarah Silt

***

黑色中的黑色
而黑色之中,黑色
被闪电划过。
而大海敞开
接着把白色抛起
甩给礁石
梦想要在这
礁石上撞开自己。

Traduction en Chinois: William Zhou

***

Czarno w czerni
i w czerni czerń
przecięta przez nagły rozbłysk.
I rozpościera się morze
i rozrzuca biel
aż po urwisko
z którego marzenia
usiłowały się roztrzaskać.

Traduction en Polonais Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka /

***

(Clara Janès)

Recueil: ITHACA 633Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’allumeur de réverbères (Patricia Coulange)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2020



Entre chien et loup
il sillonnait les rues
portant sa hotte sur le dos;
Une hotte de ferraille
remplie d’amours brûlantes,
de flammes ardentes
qu’il accordait
telle une aubade
aux demoiselles longilignes
sagement alignées
de part en part
au lit crépusculaire des trottoirs
impudiques à recevoir,
sans jalousie aucune
envers leurs rivales voisines,
de cet amant de chaque soir
la même étreinte incendiaire,
le même baiser
volé au sombre oreiller de la nuit.

(Patricia Coulange)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reste, reste (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2019



Reste, reste.
Ne t’en va pas toujours,
Même tout contre moi,
Avec les vents, avec les fleuves,
Avec tous les courants
Qui sillonnent la terre.
Reste ce corps de femme
A l’aise dans un lit.

(Guillevic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas à pas (Tahar Bekri)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2019



Pas
à pas

Il sillonnait les déserts sans haltes
Et se souvenait :
Quand tu arrives au bout du chemin
Continue ta marche

Que vienne mourir dans tes bras, le météore

***

Step
by step

He furrowed the deserts without respite
And remembered :
When you arrive at the end of the path
Keep on walking

Let what comes die in your arms, the meteor

(Tahar Bekri)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

MELANCOLIE (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2019



MELANCOLIE

C’est l’aube et c’est l’automne
Et loin devant les yeux
La vapeur tourbillonne
Sur les vergers brumeux.

De mornes voix résonnent
Par les grands champs déserts, —
Et des clameurs sillonnent
Là-haut les coteaux verts.

Un cerf-volant bourdonne,
Jadis, c’était ton jeu.
Tu pleures… c’est l’automne
Sur les vergers brumeux.

(George Bacovia)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elévation (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



 

Elévation

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
S’élancer vers les champs lumineux et sereins;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
– Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes!

(Charles Baudelaire)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :