Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’inquiéter’

J’ai quitté une terre qui n’était pas la mienne (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018



Edmond Jabès 4

J’ai quitté une terre qui n’était pas la mienne,
pour une autre, qui non plus, ne l’est pas.
Je me suis réfugié dans un vocable d’encre, ayant le livre pour espace,
parole de nulle part, étant celle obscure du désert.
Je ne me suis pas couvert la nuit.
Je ne me suis point protégé du soleil.
J’ai marché nu.
D’où je venais n’avait plus de sens.
Où j’allais n’inquiétait personne.
Du vent, vous dis-je, du vent.
Et un peu de sable dans le vent.

(Edmond Jabès)

 

 

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu m’as dit (Léon Gontran Damas)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2018



 

Tu m’as dit d’une voix de regrets faite
Tu m’as dit en me quittant hier
Tu m’as dit ne pas pouvoir me voir
Avant dix à treize jours

Pourquoi treize
Et pas quinze
Et pas vingt
Et pas trente

Pourquoi treize
Et pas douze
Et pas dix
Et pas huit
Et pas six
Et pas quatre
Et pas deux

Pourquoi pas demain
La main dans la main
La main sur le tien
La main sur le mien
La main sur le coeur
De mon coeur qui s’inquiète
Et qui déjà redoute
D’avoir un beau jour
À t’attendre en vain

(Léon Gontran Damas)

Illustration: Alberto Pancorbo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui s’inquiète d’un oiseau (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018




    
Qui s’inquiète
d’un oiseau et qu’il saute d’une branche

à l’autre, qui s’étonne des mille parcours
d’une fourmi

on passe, on déchire
sans le savoir le tissu de l’être

et les apparences
vacillent, le sol vient à manquer.

(Claude Esteban)

 

Recueil: La mort à distance
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avez-vous vu Lambert? (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2018




    
Avez-vous vu Lambert?

1
Je vais vous chanter
Un fait historique
Qui s’est déroulé
Avant l’avèn’ment de la République:
Au bois d’ Vincenn’ monsieur Lambert
Madame Lambert, les p’tits Lambert
Par un matin d’été superbe
Allèrent déjeuner sur l’herbe.
Monsieur Lambert sans crier gare
S’éloigna pour aller acheter un cigare.

Refrain 1
Madam’ Lambert affolée
Criait d’allée en allée
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert ?
Les p’tits Lambert tout en larmes
Faisaient aussi du vacarme
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert?
Les passants que ça fit rire
À leur tour se mir’nt à dire
Lambert! Lambert!
Avez-vous Lambert ?
Avez-vous Lambert?
Lambert ?

2
Rentrée dans Paris
La foule joyeuse
Continua ses cris
D’ la porte Dorée à la rue Vineuse
Faubourg Saint-Denis, Rue d’ Rivoli
Rue Rossini, rue Cassini
Place du Trôn’, quai de Grenelle
Et Boulevard Bonne Nouvelle
Chacun criait à perdre haleine
Comm’ des fous, comm’ des sourds, des putois, des baleines.

Refrain 2
Napoléon trois s’inquiète
La police est en alerte
Lambert! Lambert!
Arrêtez donc Lambert!
Le tocsin, la générale
Composent une chorale
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert ?
Méfiez-vous il est terrible
Il pourrait vous prendr’ pour cible
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert ?
Arrêtez donc Lambert!
Lambert!

3
Je connais des gens
Dont la renommée
Est comme un volcan
Vomissant des lay’s et de la fumée
Ils pouss’nt des cris, ils, font du bruit
On est surpris, on perd l’esprit
On court à gauche, on court à droite
Et le pantin sort de sa boîte
Quoi c’était ça le monstre horrible
Le dragon, le costaud, le méchant, le terrible.

Refrain 3
Et pendant ce temps les heures
Sont rentrées dans leur demeure
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert ?
C’est le vent qui le remporte
Le destin ouvre sa porte
Lambert! Lambert!
Viens te coucher Lambert
Et les enfants des écoles
S’amusent sur ces paroles
Lambert! Lambert!
Avez-vous vu Lambert ?
Avez-vous vu Lambert ?
Lambert!

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’écoute le vent (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017



J’écoute le vent, il efface mes traces.
Le vent qui ne se souvient de rien
et ne comprend ce qu’il fait ni ne s’en inquiète,
mais qui est si beau à écouter.
Le vent doux,
doux comme l’oubli.

Lorsque poindra l’aube nouvelle
je poursuivrai ma route.
Dans l’aube sans vent j’entamerai la marche à nouveau

posant mon tout premier pas
dans le sable merveilleusement intact.

***

Jag lyssnar till vinden som sopar igen mina spår.
Vinden som ingenting minns
och som inte alls förstår eller bryr sig om vad den gör,
men som är så vacker att lyssna ti ll .
Den mjuka vinden,
mjuk som glömskan.

När den nya morgonen gryr
skall jag vandra vidare.
I den vindstilla gryningen skall jag börja vandringen på nytt

med det allra första steget
i den underbart orörda sanden.

(Pär Lagerkvist)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Nénuphars fleuris (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2017



Illustration
    
Nénuphars fleuris
nul ne s’inquiète de l’eau
que cachent ces regards

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

ÉLÉGIE TROISIÈME (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2017




    
ÉLÉGIE TROISIÈME

Ce pays a la fraîcheur molle des bords des eaux.
Les chemins s’enfoncent obscurément, noirs de mousses,
vers des épaisseurs bleues pleines d’ombre d’amour.
Le ciel est trop petit sur des arbres trop hauts.
C’est ici que je viens promener ma tristesse,
chez des amis et que, lentement, au soleil,
le long des fleurs je m’adoucis et je me traîne.
Ils s’inquiètent de mon coeur et de sa peine,
et je ne sais pas trop ce qu’il faut leur répondre.

Peut-être, quand je serai mort, un enfant doux
se rappellera qu’il a vu passer dans l’allée
un jeune homme, en chapeau de soleil, qui fumait
sa pipe doucement dans un matin d’Été.

Et toi que j’ai quittée, tu ne m’auras pas vu,
tu ne m’auras pas vu ici, songeant à toi
et traînant mon ennui aussi grand que les bois…
Et d’ailleurs, toi non plus, tu ne comprendrais pas,
car je suis loin de toi et tu es loin de moi.
Je ne regrette pas ta bouche blanche et rose.
Mais alors, pourquoi est-ce que je souffre encore ?

Si tu le sais, amie, arrive et dis-le-moi.
Dis-moi pourquoi, pourquoi lorsque je suis souffrant,
il semble que les arbres comme moi soient malades ?
Est-ce qu’ils mourront aussi en même temps que moi ?
Est-ce que le ciel mourra ? Est-ce que tu mourras ?

(Francis Jammes)

 

Recueil: Le Deuil des primevères
Editions: Mercure de france

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ODEUR DE MON PAYS (Lucie Delarue-Mardrus)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017



L’ODEUR DE MON PAYS

L’odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l’ai mordue avec les yeux fermés du somme,
Pour me croire debout dans un herbage vert.
L’herbe haute sentait le soleil et la mer,
L’ombre des peupliers y allongeait des raies,
Et j’entendais le bruit des oiseaux, plein les haies,

Se mêler au retour des vagues de midi.
Je venais de hocher le pommier arrondi,
Et je m’inquiétais d’avoir laissé ouverte,
Derrière moi, la porte au toit de chaume mou…

Combien de fois, ainsi, l’automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie ?…
Ah ! je ne guérirai jamais de mon pays !
N’est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans leur fraîcheur, la paix et toute l’innocence ?

Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?…

(Lucie Delarue-Mardrus)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Europe, tard (Dan Pagis)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017




    
Europe, tard

Dans le ciel flottent des violons
Et un chapeau de paille. Excusez-moi, avez-vous l’année?
Trente-neuf années et demie, à peu près, il est encore très tôt,
Vous pouvez fermer la radio,
Permettez-moi de vous présenter le vent de mer, le vent vif de la jetée,
Espiègle en diable,
Qui fait tourbillonner des robes-cloches, tapote
Sur des journaux inquiets : tango ! tango !
Et le jardin de la ville joue sa musique,
Je vous baise la main, Madame,
Votre main délicate comme
Un gant de peau blanc,
Tout s’arrangera
En rêve,
Ne vous inquiétez pas, Madame,
Ici une telle chose n’arrivera jamais,
Vous verrez que jamais
Ici

(Dan Pagis)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi le concombre ne chante-t-il pas? (Konstanty Ildefons Galczynski)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2017



Pourquoi le concombre ne chante-t-il pas?

Une question aussi osée
et qui nous frappe dès le titre,
pose un problème à ne pas négliger –
réfléchissons-y bien vite.

Si le concombre ne peut pas chanter,
et cela en aucune saison,
c’est que le ciel vient à s’y mêler –
il doit avoir ses raisons.

Mais si le pauvre veut chanter à tout prix,
Comme personne jusqu’ici? Comme l’alouette!
Si au fond de son bocal, la nuit,
il verse des larmes vertes?

Passent les hivers et passent les étés,
le soleil chasse la pluie sombre;
et nous passons sans nous inquiéter
à côté de plus d’un concombre.

(Konstanty Ildefons Galczynski)


Illustration

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :