Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’inventer’

Vivre vite (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017



Illustration: Ludovic Florent
    
Vivre vite

Et tu te hâteras d’admirer.
Crains la nuit. Elle vient vite.
Prends parti.
N’aime pas. Adore.
Au moins, tu vivras au sommet du bond.
Cherche l’amplitude.
Exige. Délire.
Ne rêve plus. Invente-toi.
Crie.

(Jean Malrieu)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Bonoboo (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2017



Bonoboo

J’étais Bonoboo
Clama le Bonoboo
Pas peu fier en somme
De suivre la filière

Pas peu fier en somme
De suivre la filière
Dont tu naquis
Petit homme
Par étrange bizarrerie

De mère nature
De maman Lucy

J’étais Bonoboo
Clama le Bonoboo
Pas peu fier en somme
De suivre la filière

Ô mes cousins
Masculins, féminins
Ô mes benjamins
Qui s’prétendent humains

Parfois j’me d’mande
Soupire le Bonoboo

Si ça valait la peine
De s’donner tant d’peine
Pour que votre race guerrière
Incendiaire, carnassière
Occupe toute la scène ?

J’étais Bonoboo
Clama le Bonoboo
Pas peu fier en somme
De suivre la filière

C’est ainsi que vaincu
Sans une once de venin

Sombrant dans sa tanière
Disparut Bonoboo

J’étais Bonoboo
Clama le Bonoboo
Pas peu fier en somme
De suivre la filière

Tandis que plus malin
L’homme passe-partout
S’emparant de la terre
S’inventa un destin

(Andrée Chedid)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’appris ainsi l’espace d’être heureux (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2016




J’avais un solide cercle de bois
verni, venu d’un magasin de jouets
un long bâton de bois poli bien droit
pour m’amuser dans de belles allées
j’avais un beau jardin bien clos, j’avais…
ah, oui, j’avais beaux bâtons et cerceaux
mais je n’avais pas droit aux genoux sales
pas droit au bruit des cercles de tonneaux
poussés, frappés par des bouts de métal
et j’entendais du côté de la rue
ceux qui riaient avec le nez morveux
et des cerceaux de fer rouillés, tordus

J’appris ainsi l’espace d’être heureux
hors des jardins et des jeux achetés
sur les chemins boueux et caillouteux
où les roues résonnent de s’inventer.

(Robert Mallet)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que s’entrechoquent dans l’esprit (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2016



que s’entrechoquent dans l’esprit
les raisons de déraisonner
il reste la saveur des fruits
du passé l’humour des damnés

il faut apprendre à désapprendre
la vraie syntaxe est le temps comme il vient
se souvenir meubler l’attente
et s’inventer le jeu du rien

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ca ne s’invente pas ça prend vie (Dominique Sampiero)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2016




ça ne s’invente pas ça prend vie
c’est quoi au juste sinon pourrir

au-dedans se putréfier comme larve
enfoncée dans la bouche surgissant

au printemps nouvelle peau
nouvel être dans cette folie

la plus noire tantôt sucrée dans
le cou sur la peau même des filles

tantôt amère dans la chique
d’une endive forcée en cave

sous la nuit

(Dominique Sampiero)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES AMANTS (Gérard Noiret)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2016




LES AMANTS

Hortensias, glaïeuls et fuchsias,
il a cru en l’âme à partir de ses yeux.
Depuis, il adore venir la chercher;
l’attendre aux heures d’affluence,
la surprendre qui descend les marches,
parmi d’autres mais avec
cette allure, cette lenteur, cette écharpe,
ce bonnet, cette maîtrise.
Invariablement, la nuit les félicite
et ils empruntent,
main dans la main, les chemins
qui s’inventent chaque fois qu’ils sont pris.

(Gérard Noiret)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Au bord du monde (Georges-L. Godeau)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2015


funambule

Les poèmes s’inventent
au bord du monde,

un pied sur la terre,
l’autre dans le vide.

(Georges-L. Godeau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il est dans son eden (Jean Aron)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2015


van gogh

 

Dans la ténèbre des solives
il s’invente souvent
quelque tapis de primevères,
il est dans son eden,
il boit des nuées venues d’ailleurs;
en attendant,
il faut remettre des bûches
dans l’âtre de la cheminée.

(Jean Aron)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VUE, LE TOUCHER (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2015




LA VUE, LE TOUCHER

La lumière soutient – impondérables, réels –
la colline blanche et les rouvres noirs,
le sentier qui avance,
l’arbre qui ne bouge;

la lumière naissante cherche son chemin,
fleuve titubant qui dessine
ses doutes et les mue en certitudes,
fleuve de l’aube sur des paupières closes;

la lumière sculpte le vent sur le rideau,
fait de chaque heure un corps vivant,
entre dans la chambre et glisse lentement,
pieds nus, sur le fil du couteau;

la lumière naît femme dans un miroir,
nue sous des feuillages diaphanes :
un regard l’enchaîne,
un cillement la dissipe;

la lumière palpe les fruits, palpe l’invisible,
jarre où les yeux boivent des clartés,
flamme coupée en fleur, flamme qui ne sommeille
où le papillon brûle ses ailes noires;

la lumière ouvre les plis du drap,
les replis de la pubescence,
flambe dans la cheminée, ses flammes sont des ombres,
grimpent au mur, lierre du désir;

la lumière n’absout pas, ne condamne pas,
elle ignore justice et injustice,
la lumière dresse de ses mains invisibles
les édifices de la symétrie;

la lumière s’échappe dans un couloir de reflets
et retourne à elle-même :
c’est une main qui s’invente,
un oeil qui se surprend à inventer.

La lumière est temps qui se pense.

(Octavio Paz)

Illustration: Giovanni Bellini

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUR BOIRE AUX AMIS (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2015



 

POUR BOIRE AUX AMIS

Je boirai en souvenir de la blancheur des montagnes
Je tirerai du vin du bouillonnement de la source
par-delà les hauts lieux glacés
Pour offrir le meilleur aux amis pour les réjouir
il faut n’avoir eu peur de rien
il faut s’être avancé très haut
Pour m’inviter à boire, moi aussi
comme si j’étais devenu mon ami
par la grâce de la blancheur de la source
pour devenir mon ami droit dans les yeux.

(André Frénaud)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :