Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sire’

Ô, Sire, est-ce là le chemin ? (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2018



temple de Kom Ombo

Les murs ne tombent pas
[42]

Ô, Sire, est-ce là le chemin ?
dans la laîche, dans l’herbe des dunes,

silencieusement
les patins des traîneaux passent.

Ô, Sire, est-ce là la terre gaste ?
incroyablement,

le sable miroite comme la glace,
froid, froid ;

attiré vers la porte du temple, ô, Sire,
est-ce enfin l’union ?

***

O, Sire, is this the path?
over sedge, over dune-grass,

silently
sledge-runners pass.

O, Sire, is this the waste?
unbelievably,

sand glistens like ice,
cold, cold;

drawn to the temple-gate, O, Sire,
is this union at last?

(Hilda Doolittle)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Courrier du coeur (Georges Sand)(Alfred de Musset)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2018


 

georges-sand-alfred-de-musset-f6

 

aimer-s

 

baiser

 

Cher ami,
Je suis toute émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre jour que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir ainsi
vous dévoiler, sans artifice, mon âme
toute nue, daignez me faire visite,
nous causerons et en amis franchement
je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde, comme la plus étroite
amitié, en un mot : la meilleure épouse
dont vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, pensez que l’abandon ou je
vis est bien long, bien dur et souvent bien
insupportable. Mon chagrin est trop
gros. Accourrez bien vite et venez me le
faire oublier. À vous je veux me sou-
mettre entièrement.
Votre poupée

(Georges Sand)

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le Créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

(Alfred de Musset)

Cette insigne faveur que votre cour réclame
Nuit à ma renommée et répugne mon âme.

(Georges Sand)

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DIS-MOI, DIS, SOURIANTE ENFANT (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
DIS-MOI, DIS, SOURIANTE ENFANT

Dis-moi, dis, souriante enfant,
Qu’est-ce, pour toi, que le passé?
« Un soir d’automne, doux et clément,
Où le vent soupire, endeuillé. »

Qu’est-ce, pour toi, que le présent?
« Un rameau vert chargé de fleurs
Où l’oiselet bande ses forces
Pour s’envoler dans les hauteurs. »

Et l’avenir, enfant bénie?
« La mer sous un soleil sans voiles,
La mer puissante, éblouissante
Qui, là-bas, rejoint l’infini. »

***

TELL ME, TELL ME, SMILING CHILD

Tell me, tell me, smiling child,
What the past is like to thee?
« An Autumn evening soft and mild
With a wind that sighs mournfully. »

Tell me, what is the present hour?
« A green and flowery spray
Where a young bird sits gathering its power
To mount and fly away. »

And what is the future, happy one?
« A sea beneath a cloudless sun;
A mighty, glorious, dazzling sea
Stretching into infinity. »

(Emily Brontë)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les noisettes (Tristan Klingsor)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2016



Les noisettes

Trois noisettes dans le bois
Tout au bout d’une brindille
Dansaient la capucine vivement au vent
En virant ainsi que filles De roi.
Un escargot vint à passer :
« Mon beau monsieur, emmenez-moi
Dans votre carrosse,
Je serai votre fiancée »
Disaient-elles toutes trois.

Mais le vieux sire sourd et fatigué,
Le sire aux quatre cornes sous les feuilles
Ne s’est point arrêté,
Et, c’est l’ogre de la forêt, je crois,
C’est le jeune ogre rouge, gourmand et fûté,
Monseigneur l’écureuil,
Qui les a croquées

(Tristan Klingsor)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :