Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘s’offusquer’

Le coeur inlassable (Mohammed Dib)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018




    
le coeur inlassable

soulever ton silence
gagner sur ton épaule
la fleur qui brûle sa chance

cette défection de tendresse
cette solitude d’orchidée
et le fardeau penché du visage

la durée qui s’y entrepose
et que n’offusque aucun voile ni
le bord du vent endormi sur ta bouche

sous la poussée d’une furieuse aurore
le pouvoir d’une absence prolifique
s’arrogeant ton nom et le mien

et t’entourer de cette persuasion
de cette dure lampe qui creuse
une rumeur de vent

dans une graduelle chaleur
polie par le désespoir

(Mohammed Dib)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que nous sommes et paraissons (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2016



Ce que nous sommes et paraissons,
Ah, qui cela regarde-t-il.
Ce que nous faisons et pensons,
Personne ne s’en offusque.

Le ciel est en flammes,
Clair le firmament
Au-dessus de l’être-ensemble
Qui ne connaît pas le chemin.

***

Was wir sind und scheinen,
Ach, wen geht es an.
Was wir tun und meinen,
Niemand stoß’ sich dran.
Himmel steht in Flammen,
Hell das Firmament
Über dem Beisammen,
Das den Weg nicht kennt.

(Hannah Arendt)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :