Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sole’

Les animaux ont des ennuis (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



Les animaux ont des ennuis

Le pauvre crocodile n’a pas de C cédille
On a mouillé les L de la pauvre grenouille
Le poisson scie a des soucis
Le poisson sole
Ça le désole

Mais tous les oiseaux ont des ailes
Même le vieil oiseau bleu
Même la grenouille verte
Elle a deux L avant l’E

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les p’tits enfants briser leur tirelire
Laissez passer le café si ça lui fait plaisir

La vieille armoire normande
Et le vache bretonne
Sont parties dans la lande en riant comme deux folles
Les petits veaux abandonnés
Pleurent comme des veaux abandonnés

Car les petits veaux n’ont pas d’ailes
Comme le vieil oiseau bleu
Ils ne possèdent à eux deux
Que quelques pattes et deux queues

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
Sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les éléphants ne pas apprendre à lire
Laissez les hirondelles aller et revenir.

(Jacques Prévert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Le poisson Fa (Boby Lapointe)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2016



poisson 

Il était une fois
Un poisson fa.
Il aurait pu être poisson-scie,
Ou raie,
Ou sole,
Ou tout simplement poisson d’eau,

Ou même un poisson un peu là,
Non, non, il était poisson fa :
Un poisson fa,
Voilà.

Il n’avait même pas de dièse,
Et d’ailleurs s’en trouvait fort aise;
« C’est un truc, disait-il,
A laisser à l’écart,
Après, pour l’enlever,
Il vous faut un bécarre,
Et un bécarre,
C’est une chaise
Qui a un air penché et pas de pieds derrière;
Alors, très peu pour moi,
Autant m’asseoir par terre,
Non, non, non, non, non, non, non,
Pas de dièse.

Quoi vous avez le front de trouver cela beau,
Un dièse qui vous suit partout comme un cabot ?
Comme il disait ces mots, passait sur le trottoir
Un cabot très truité, qu’il avait vu trop tard,
Et qui avait ouï la fin de la harangue

{Parlé:}
« Ut ! dit Fa in petto. »
J’ai mal tenu ma langue
Ça pourrait me coûter poisson !
C’est comme ça qu’on dit en langage poisson,
On ne dit jamais : cher, on dit toujours : « poisson »

« Je crois bien que j’ai mis la queue
dans la saucière »
Encore une expression de ce langage-là
Qu’on emploie au lieu de : mis les pieds
dans le plat »
Mais le cabot hautain, passait sans sourciller.
Cependant, quand il fut passé plus qu’à moitié,
D’un grand coup de sa queue,
Il te souffle ta Fa-a-a-
Et Fa, assez froissé, parti cahin, cahin, caha :

{Parlé:}
« ll s’en allait soigner son dépit de poisson
Au débit de boisson »
Il était une fois
Un poisson FA.

(Boby Lapointe)


 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :