Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘soleil’

Le 17 avril est la journée mondiale de l’haïku (Buson),(Kyoroku),(Issa),(Bashô),(Moritake)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2021




    
Le 17 avril est la journée mondiale de l’haïku

***

Une corolle

qui retourne à sa tige

papillon pourpré

(Moritake)

***

Senteur de prunier

soudain paraît le soleil

traçant le sentier

(Bashô)

***

Coups de hache secs

au milieu des broussailles

frappement d’un pic

(Issa)

***

Charmer le Fuji seul

ne peuvent y réussir

les herbes vertes

(Buson)

***

Dans les champs de riz

elles flottent flétries

les fleurs du cerisier

(Kyoroku)

***

Adaptations Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

Recueil: Ithaca 679
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le soleil (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2021



Si le soleil
Accélérait?

Si la mer
Suivait?

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

Accouplement (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2021



Accouplement

Dans un spasme d’herbe et de pierre
La terre et le soleil s’accouplent
Sur le lit de l’horizon
Au rythme infini des saisons
Et le blé encore vert garde en réserve
Une semence de rêves clairs.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fraternité (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2021



Fraternité

Pour se comprendre
Il suffit de s’aimer
Inutile de parler la même langue
Il faut lire au fond des yeux
Boire à la même source
Voir dans la même aube
Un jour naissant
Et sur le même sable
Un baiser de soleil.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous les chemins (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2021




Tous les chemins
Ecrits à travers champs

Par les générations
Et le même soleil.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Aphrodite (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2021



Aphrodite

L’été tout entier dans ses yeux
Née d’un coquillage
Elle rit dans le soleil
Et danse dans la lumière
Dans la joie du réveil
Ses doigts divaguent dans le ciel
Et déchirent une étoile attardée
Ses cheveux se mêlent à la toison des forêts
Quand elle les peigne
Dans le miroir où elle admire
L’écorce de sa chair tout le long de son tronc
Quand elle chante un cantique
Son regard émet une clarté
Qui éclabousse mes mains.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Sandro Botticelli

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TRANSITION (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2021



 

Alfred Stevens , Portrait of a young woman

TRANSITION

Le vent, tiède éclaireur de l’assaut du printemps,
Soulève un brouillard vert de bourgeons dans les branches.
La pluie et le soleil, le calme et les autans,
Les bois noirs sur le ciel, la neige en bandes blanches,
Alternent. La nature a comme dix-sept ans,
Jeune fille énervée, oscillant sur ses hanches,
Riant, pleurant, selon ses caprices flottants.

Pas encor le printemps, mais ce n’est plus l’hiver.
Votre âme, ô ma charmante, a ces heures mêlées.
Les branches noires sont pleines d’un brouillard vert.
Les mots méchants et les paroles désolées,
Sur vos lèvres, bouton d’églantine entrouvert,
Cessent à mes baisers. Ainsi les giboulées
Fondent, et le gazon s’émaille à découvert.

Votre moue est changée en rire à mes baisers,
Comme la neige fond, pâle retardataire,
Aux triomphants rayons du soleil. Apaisés,
Vos yeux, qui me jetaient des regards de panthère,
Sont bien doux maintenant. Chère, vous vous taisez
Comme le vent neigeux et froid vient de se taire.
Votre joue et le soir sont tièdes et rosés.

(Charles Cros)

Illustration: Alfred Stevens

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Giboulées (Raymond Richard)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2021



Giboulées

La pluie éparpille un bouquet
De perles tièdes et légères.
On entend chanter les bergères
Et les oiseaux dans les bosquets.

Le soleil joue à cache cache
Avec les gros nuages gris.
Les moutons blancs, les veaux, les vaches,
Dans les prés semblent tout surpris.

Et voici que parmi l’ondée,
Comme du fond d’un vrai pastel,
On voit monter, arche irisée,
Le pont joyeux d’un arc-en-ciel.

(Raymond Richard)

Illustration: John Everett Millais

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aime les mondes fragiles (Antonio machado)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2021



    

J’aime les mondes fragiles

Je n’ai jamais recherché la gloire
Ni voulu laisser ma chanson
dans la mémoire des hommes ;
mais j’aime les mondes fragiles,
légers et gracieux
Comme bulles de savon.

J’aime les regarder se colorer
de soleil et d’écarlate, voler
sous le ciel bleu, trembler
soudainement et se disloquer.

***
Yo amo los mundos sutiles

Nunca perseguí la gloria
ni dejar en la memoria
de los hombres mi canción;
yo amo los mundos sutiles,
ingràvidos y gentiles
como pompas de jabón.

me gusta verlos pintarse
de sol y grana, volar
bajo el cielo azul, temblar
sùbitamente y quebrarse.

(Antonio machado)

 

Recueil:
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jour où je vous vis pour la première fois (Jean Richepin)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2021


Zylberman_Vassissilia

Le jour où je vous vis pour la première fois,
Vous aviez un air triste et gai : dans votre voix
Pleuraient des rossignols captifs, sifflaient des merles ;
Votre bouche rieuse, où fleurissaient des perles,
Gardait à ses deux coins d’imperceptibles plis ;
Vos grands yeux bleus semblaient des calices remplis
Par l’orage, et séchant les larmes de la pluie
A la brise d’avril qui chante et les essuie ;
Et des ombres passaient sur votre front vermeil
Comme un papillon noir dans un rais de soleil.

(Jean Richepin)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :