Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘songeuse’

Où es-tu ? (Giosuè Carducci)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



Où es-tu ? De tes yeux purs et riants,
sur qui reposes-tu le beau regard, ô femme ?
Pour qui harmonises-tu dans tes suaves accents
l’intime mélodie de ton coeur
Assise parmi la verdure et les fleurs,
abandonnes-tu ton âme songeuse et douce aux vents légers,
ou bien as-tu livré ton corps aux étreintes frémissantes de vigueur de l’onde sacrée?

(Giosuè Carducci)

Illustration: Alexandre Cabanel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AMOUR DE PROFIL (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



 

Richard MacDonald - Tutt'Art@ (1)

AMOUR DE PROFIL

1
Dans le sommeil des feuilles mortes
qui craquent de gel la nuit
sans que personne pose le pied

dans le sang qui bat à la tempe
du dormeur qui ferme les portes
et ne sait plus si lui c’est lui

dans le froissement de la furtive
allant retrouver son amant
au creux des menthes la rivière

dans les paroles de la pluie
dans le feu quand la maison dort
dans la chevêche de minuit

j’entends respirer la secrète
qui n’est jamais là où elle est

2
Songeuse Retirée Rieuse Tempérée
Flexible Détournée Distraite Méditée
Le beau front bombé et sa pâleur d’opale
Les yeux de grand hiver de brasero lent

Toi la pensive et l’incertaine Toi l’innocence
et la malice Toi l’eau qui dort en robe d’eau
Absente Dérobée Naïve Gaie Moqueuse
Furtive Souveraine Altière Intimidée

Indécise Etonnée Limpide Couronnée
Profil nu hésitant dans un miroir brouillé
par les longues pluies de la mélancolie
toi la Reine et la Fée l’enfantine et la grave

je t’écoute écouter J’écoute ton silence
J’écoute les échos les voiles de ta voix
ta voix de feuilles mortes et de vent sur la tempe
qui peut en murmurant faire éclore l’automne

3
Nous deux
Quelquefois un
Les deux doigts de la flamme
Deux c’est ton ombre et moi
ou toi ma silencieuse
nue comme à marée basse
une voix qu’on devine

Nous deux
quelquefois un
Les deux pieds nus du vent
Deux d’eau Le bruit de l’eau
Rêver se taire ensemble

Le ciel mangé de jour
qui n’a qu’un seul regard

Quelquefois un Nous deux

(Claude Roy)

Illustration: Richard MacDonald

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une boucle de soie (Stefan George)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



La prairie éveillée attirait par ses charmes
Foulant les violettes elle venait à la grille
parée pour le fiancé comme chaque année
Elle pensait à lui jusqu’après les vendanges.

Seule une alouette en chantant dans le bois
Remarquait sa rougeur et aussi son effroi
Et le cortège long des jours d’été la vit
Songeuse en se fanant derrière ses ifs.

De ses sveltes beautés seule peut témoigner
Auprès de ses colliers une boucle de soie
Qu’une amie fidèle garda dans un tiroir…
Et aussi l’herbe simple avec un bloc marbré.

(Stefan George)


Illustration: Claude Monet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi ma dormeuse (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017


reveuse

Toi ma dormeuse mon ombreuse ma rêveuse
ma gisante aux pieds nus le sable mouillé
toi ma songeuse mon heureuse ma nageuse
ma lointaine aux yeux clos mon sommeillant oeillet

Je t’attends je t’attends je guette ton retour
et le premier regard où je vois émerger
Eurydice aux pieds nus à la clarté du jour
dans cette enfant qui dort sur la plage allongée

(Claude Roy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Une tourterelle (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2016




Une tourterelle, longtemps immobile
et songeuse sur une branche de tilleul,
s’envole brusquement,
comme saisie par une pensée si belle
qu’il lui faut tout de suite aller la dire à son ami.

(Christian Bobin)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je retrouve toujours la même mélancolie devant les eaux dormantes (Gaston Bachelard)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2016



Je retrouve toujours la même mélancolie
devant les eaux dormantes,
une mélancolie très spéciale
qui a la couleur d’une mare dans la forêt humide,
une mélancolie sans oppression, songeuse, lente, calme.

(Gaston Bachelard)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :