Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sonnet’

COLLIER DE PERLES (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2018



Illustration: Auguste Macke
    
COLLIER DE PERLES

Perles… rare collier… pures gouttes de pierre :
Sonnet… à son épaule apporte ta fraîcheur.
Je t’offre à cette femme. Et pourtant, plein d’ardeur,
Étrangle-la, Sonnet, si, ne daignant se taire,

Elle répond au scélérat cossu, prospère.
Sonnet, maudis-nous tous… si la fuit le bonheur.
Ses rêves, défends-les comme on défend la fleur.
Jette ton feu dès que se mouille sa paupière.

Tous mes pleurs sont pour elle. Oh! ne le dis jamais !
Elle en rirait. Tous les poèmes que je fais,
Mais ne le lui dis pas non plus, tous, sont pour elle.

Dans l’immense folie aboutit mon chemin.
Mais quand brille, à minuit, ta lumière si belle,
Sur ses cheveux, pour moi, dépose un baiser fin.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’écris (Pierre Thiry)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018



ecrire-800x600

J’écris

J’écris parce que je sais pas
Compter, j’écris car je sais pas
Danser, j’écris car je sais pas
Chanter, j’écris car je sais pas

Jouer du piano des dix doigts
J’écris car j’ignore les lois
Car je sais pas scier du bois
Et j’ai cassé ma deux-cent-trois.

J’écris pour une île et sa crique
J’écris pour partir en Afrique
J’écris car j’ai peur des poneys.

J’écris car j’ai très peur de l’eau
J’écris car je suis dactylo
J’écris pour pondre des sonnets.

(Pierre Thiry)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

Recueil: Sansonnets un cygne à l’envers
Traduction:
Editions:Books on Demand

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

SONNET AU SOLEIL (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018



Illustration
    
SONNET AU SOLEIL

Sur le divan se vautre un grand soleil joueur.
Étudiant usé que nul plaisir ne tente,
Oh ! que je suis heureux ! Sa visite m’enchante.
Il semble tout empli d’une sylvestre odeur.

Il s’étire coquet, il s’étire trompeur.
Son or couvre mon front d’une caresse lente.
Qu’il est doux, le baiser, sur ma lèvrе tremblante!
Je mets sur ses genoux ma tête avec bonheur.

Ton baiser, grand Soleil, me redonne la vie.
Tes longs cheveux soyeux laissent l’âme ravie.
Et mes nerfs maladifs retrouvent leurs instincts.

La nuit tombe, j’ai peur. Reste toujours, je t’aime.
Les ombres de la nuit ont d’effrayants desseins.
Et je ne puis hélas m’incendier moi-même.

(Attila József)

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sonnet (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2018



Illustration: Goyo Hashiguchi
    
Sonnet

Pour veiner de son front la pâleur délicate,
Le Japon a donné son plus limpide azur ;
La blanche porcelaine est d’un blanc bien moins pur
Que son col transparent et ses tempes d’agate ;

Dans sa prunelle humide un doux rayon éclate ;
Le chant du rossignol près de sa voix est dur,
Et, quand elle se lève à notre ciel obscur,
On dirait de la lune en sa robe d’ouate ;

Ses yeux d’argent bruni roulent moelleusement ;
Le caprice a taillé son petit nez charmant ;
Sa bouche a des rougeurs de pêche et de framboise ;

Ses mouvements sont pleins d’une grâce chinoise,
Et près d’elle on respire autour de sa beauté
Quelque chose de doux comme l’odeur du thé.

(Théophile Gautier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SONNET (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2018



 

Alberto Donaire CA27STYR

SONNET
À Mademoiselle S. de L. C.

Les saphirs durs et froids, voilés par la buée
De l’orgueilleuse chair, ressemblent à ces yeux
D’où jaillissent de bleus rayons silencieux,
Inquiétants éclairs d’un soir chaud, sans nuée.

Couvrant le front, comme au hasard distribuée,
La chevelure flotte en tourbillons soyeux.
La bouche reste grave et sans moue, aimant mieux
S’ouvrir un peu, de sa fraîcheur infatuée.

Cette bouche immuable et ces cheveux châtains,
Ces yeux, suivant dans l’air d’invisibles lutins,
Ont l’implacable attrait du masque de la Fable.

Mais non ; car dans ces traits placides rien ne ment ;
Et parfois ce regard révèle, en un moment,
La vérité suprême, absolue, ineffable.

(Charles Cros)

Illustration: Alberto Donaire

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

L’excuse (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018




    
L’excuse

Je songe à composer un sonnet
sur des dames dévêtues. Une

gentillesse à leur égard
bien entendu.

(Robert Creeley)

 

Recueil: Le sortilège
Traduction: Stéphane Bouquet
Editions: Nous

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MAIN À LA PLUME (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017




    
LA MAIN À LA PLUME

J’écrirai des poèmes
sur le lait le beurre la crème
j’écrirai des odes en vers heptasyllabiques
sur les vaches les brebis les biques

j’écrirai des myriades de myriades de sonnets
sur le vent qui couche les lourds épis de blé
j’écrirai des chansons
sur les mouches et les charançons

j’écrirai des sextines
sur les fonds de jardin où se mussent les latrines
j’écrirai des phrases obscures
sur l’agriculture

j’utiliserai des métonymies et des métaphores
pour parler de la vie des porcs et de leur mort
j’utiliserai l’assonance et la rime
pour parler des prés, de la forêt, de la campagne
j’écrirai des poèmes
la main sur la charrue du vocabulaire

(Raymond Queneau)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un train qui siffle dans la nuit (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017



Illustration: Murad Sayen
    
Un train qui siffle dans la nuit
C’est un sujet de poésie
Un train qui siffle en Bohême
C’est là le sujet d’un poème

Un train qui siffle mélod’
Ieusement c’est pour une ode
Un train qui siffle comme un sansonnet
C’est bien un sujet de sonnet

Et un train qui siffle comme un hérisson
Ça fait tout un poème épique
Seul un train sifflant dans la nuit
Fait un sujet de poésie

(Raymond Queneau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jongler avec les mots (Pierre Thiry)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



jongler-avec-les-mots-800x600

Jongler avec les mots

Jongler avec les mots, les aligner
Laisser danser le stylo sur la feuille
Laisser courir pour le plaisir de l’oeil
Quelque trouvaille aimable, maligne et

L’inattendu finit par survenir
Savourer le temps petit à petit
Dévorer la vie à plein appétit
Sans s’inquiéter des drames à venir.

Machiner la grammaire à l’infini
Tant pis si ce sonnet est mal fini
Et si l’on ne peut gloser tout autour

Sans ce soucier de la fin qui finit
Concocter des sonnets à l’infini
Ainsi que le faisaient les troubadours…

(Pierre Thiry)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

Illustration

Recueil: Sansonnets un cygne à l’envers
Traduction:
Editions:Books on Demand

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ces sonnets sont des sourires (Pierre Thiry)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2017



 

Ces sonnets sont des sourires
en réponse à
tes sourires
qui me donne encore et encore
envie d’écrire
et de sourire.

(Pierre Thiry)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

 

Recueil: Sansonnets un cygne à l’envers
Traduction:
Editions:Books on Demand

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :