Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘soufflet’

La vie dure (Jean Pérol)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2019



Illustration: Stéphane Pencréac’h
    
La vie dure

Est-ce faiblesse de la tête
ou suis-je un pâle volontaire
plus de vigueur pour cette quête
rien que sommeil goût de se taire

lente érosion d’un terrain mou
et jour à jour l’humble négoce
le pain l’argent le toit les gosses
le chant happé dans quel remous

mais talon frappe et je remonte
à la surface où l’air est vie
de l’air encore je veux mon compte
qu’à d’autres fêtes on me convie

crache l’eau crache l’eau
rouge soufflet qui te déplie
poumon terrible – poésie –
relance en moi le sang des mots!

(Jean Pérol)

 

Recueil: Poésie I (1953-1978)
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les promesses du feu (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017



Illustration: Jean-Marie Reynaud
    
Les promesses du feu

Ce fer amour que je forge deux fois,
Va le jeter dans l’extase liquide.
Entends siffler le métal rouge orange
Devenu bleu par morsure de l’eau.

Comme un poumon ce soufflet qui s’anime
Et porte l’air au coeur du brasier.
Un autre fer pour un même cheval
Qui tirera le soc sur les labours.

Un autre, un autre encore pour l’image
De quatre fers, quatre points cardinaux
Qui jailliront comme des étincelles
Pour situer ta présence en ces lieux.

Coups sur l’enclume, un village s’éveille.
Coups sur le fer, une forme apparaît.
Le forgeron sous son cuir a des ailes
Et sur son front des perles de rosée.

Qui les dira ses prouesses cosmiques
Mariant l’air et la terre et le feu ?
Le bras se lève et retombe en cadence
Et le fer chante et chante le marteau.

L’adolescent qui regarde la flamme
Forge sa vie et contemple ce bras
Si musculeux, si noueux qu’il évoque
De vieux exploits enfouis dans l’Histoire.

Et cette odeur de charbon, de matière,
De fer à blanc, de sueur sur la chair
Grise l’instant. Des chapelets de fers
Sur le mur noir attendent leur voyage.

Frères du jour revenons à ces forges
Où fut un homme au visage de feu
Que je revois, présence salvatrice,
Quand le présent m’assaille de sa nuit

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LEVER DE SOLEIL (Saint-Pol Roux)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



 

aubépine

LEVER DE SOLEIL

La Joue splendide émerge des mousselines d’aubépine.

— Charitable Epanoui manifesté par uniment ceci
de rose, te serai-je, au cours de ta ronde quotidienne,
te serai-je, par mon faire indigne ou par mon faire
sage, te serai-je une caresse ou te serai-je le soufflet,
Soleil, et t’attarderas-tu devant mon menu geste-à-baisers
de Josué charmant ou bien acculerai-je ta pudeur
derrière les immenses nénuphars du ciel jusqu’à l’heure
de saigner sur les coquilles exileuses de la mer ?

La Joue splendide émerge des mousselines d’aubépine.

(Saint-Pol Roux)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le lait des chats (Charles Guérin)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2017



Le lait des chats

Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait ;
Les yeux fixés sur le soufflet,
Le chien bâille en songeant, morose.

Et tandis qu’il songe et repose
Près de la flamme au chaud reflet,
Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait.

Dans le salon, seul le feu glose ;
Mère-grand dit son chapelet,
Suzanne dort sur un ourlet,
Et dans le lait, paupière close,
Les chats trempent leur langue rose.

(Charles Guérin)

Illustration: Brunel Neuville

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel et la terre sont indifférents aux passions humaines (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



Le ciel et la terre sont indifférents
aux passions humaines.
Pour eux,
les vivants
ne sont que chiens de paille.
Ephémères.
Le Sage n’a pas d’affection.
Pour lui aussi,
les hommes
ne sont que chiens de paille.
Entre le ciel et la terre,
l’espace est
comme un soufflet de forge.
Il est vide
mais pas épuisé.
Soit qu’il s’enfle,
soit qu’il s’abaisse,
il est toujours prêt à servir,
toujours inépuisable.
L’homme qui veut saisir l’espace
n’étreint que le vide.
Mieux vaut se fondre dans ce vide,
dans ce vide immense,
dans ce vide merveilleux.
C’est le vide sublime,
c’est le Tao.

(Lao Tseu)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au moment qu’on a fait la fleur (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2016



Au moment qu’on a fait la fleur
De tout notre amour plongé en elle
Quand la fatigue tout à coup la fane entre nos doigts
Quand la fatigue tout à coup surgit alentour
Et s’avance sur nous comme un cercle qui se referme
L’ennemie qu’on n’attendait pas s’avance
Et commence par effacer le monde hors de nous
Efface le monde en s’approchant,
Vient effacer la fleur entre nos mains
Où notre amour était plongé et fleurissait
Notre amour alors dépossédé rentre en nous
Reflue en nous et nous prend au dépourvu
Nous gonfle d’un flot trop lourd
Nous abat d’un vertige inattendu
Et nous sommes épouvantés
Et comme désarmés devant cette parole
Devant la tristesse de la parole de la chair
Qu’on n’attendait pas et qui nous frappe
comme un soufflet au visage.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Guy Baron

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

INTERIEUR BRETON (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2015



 

braises-de-brule-feu-dans-la-cheminee

INTERIEUR BRETON

Dans la cheminée aux parois
Couvertes d’épaisses couches de suie
Pend à la crémaillère
L’énorme marmite toute noire
Où cuit la soupe au lard
Et aux pommes de terre
Dont l’odeur chatouille le ciel gris
Et mes narines
Je « ramoucelle » les tisons (1)
Et avec le soufflet
Fais jaillir de la cendre
Des étoiles de feu.

LA FRESNAIS Juillet 1953

(1) Patois : rassemble

(Jean-Baptiste Besnard)

 Son site ici

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :