Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sourire’

SIMPLE VIE (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2017



 

SIMPLE VIE

C’est du soir en fruit,
De la nuit en grappe
Et le pain qui luit
Au clair de la nappe.

C’est la bonne lampe
Qui met, sur les fronts
Rapprochés en rond
Sa joie de décembre.

C’est la vie très simple
Qui mange en sabots,
C’est la vie des humbles :
Sourire et repos.

(Maurice Carême)

Illustration: Louis Le Nain

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En pleine matinée sur la place de la Bastille (Gabriel Cousin)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2017



C’était en pleine matinée sur la place de la Bastille.
L’air vif colorait les joues des femmes qui marchaient
nerveuses et légères comme le génie.
La Seine souriait et le printemps faisait lever la tête.

Lui était là, sur la grille d’une bouche de métro,
dans le sommeil impénétrable de la misère.

Les passants l’enjambaient et fonçaient vers leur travail,
vers leur joie, vers leur détresse.

Le ciel piquait des pâquerettes dans les yeux des femmes.

(Gabriel Cousin)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Une traversée de tendresse (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017




    
Une traversée de tendresse
près d’un autre corps

une amitié secrète
pour la phrase d’un inconnu

un sourire.

Coups de bonheur.

Marques heureuses

sur la peau de la vie.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retire-toi étroitement (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017




    

Retire-toi étroitement
dans ton méandre de la ville.

Crée l’irréel de fleuves sans fin, sans courbure,
trace une cartographie du songe,
sens-toi un peu là dans l’imaginaire.

Tu pourras ensuite
doucement identifier l’arbre et le pigeon,
doucement caresser une pomme à l’étalage,
et sourire en confiance aux passants.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le haut mur sans fenêtre ni porte (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



    

Sur le haut mur sans fenêtre ni porte
on a peint une femme
qui ouvre des volets, découvre
un grand jardin de buis et de bassins

autour: maisons tristes
portes disjointes, affiches en loques?

– Mais parfois
une habitante regarde le mur
sourit à une autre, et parle avec chaleur
d’un voyage ancien, d’un amour passé.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’importe (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017




    
N’importe.
En plein trottoir une tache de peinture orange
s’étale
large.

Son île
aux contours souples sur la neige
promène de brûlants rivages

certains passants ne la voient pas

d’autres
émerveillés
font halte. Ils rêvent
à une terre ensoleillée, à l’amour

adressent un sourire
à leurs voisins étonnés

s’en vont avec un continent de joie dans le coeur.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amour Fou (Yves-Emmanuel Dogbé)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017


parc monceau

 

Je suis bien
quand je suis avec toi
Ce n’est pas tant les reflets basanés
de ton regard
qui m’attirent et me retiennent
je retrouve avec toi
Un sourire, une espérance
la confiance et la vie
Tu es toute douceur
et tes humeurs n’ont d’égal
que les feux jaloux qui te consument
je suis quand même bien avec toi
et je t’aime
d’un amour d’enfant
irréfléchi
et fou.

(Yves-Emmanuel Dogbé)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Depuis que je t’ai vue… (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



Depuis que je t’ai vue,
Le chant du rossignol, le doux chant de l’oiseau
Se fait encor plus beau.
Et, dissipant la nue,
L’éclat du grand soleil
Est soudain sans pareil.
Mais nul mot ne me vient de ta bouche menue,
Nul sourire pour l’éclairer…
Doucement. Et celui qui t’aime
N’est plus que l’ombre de lui-même.
Il voudrait t’embrasser. Il voudrait te serrer.

Depuis que je t’ai vue, ô toi, femme cruelle,
Dans les champs, je perçois
Une senteur nouvelle.
Plus fines qu’autrefois
Sont les fragrances, plus câlines,
Et l’orgueilleux rosier ne porte plus d’épines.
Mais ton âme est de glace et trop fier est ton cœur.
Ce qui fut la brise du désespoir, ô Femme,
A présent brûle avec ardeur
Et devient amoureuse flamme!

Depuis que je t’ai vue – et pourquoi le nier! –
Le ciel, pour moi, est toujours printanier.
Aucun oiseau n’est prisonnier d’aucune fille.
Et moi seul, ton captif, suis derrière une grille.
Il me sera doux de mourir.
Car mon cœur douloureux à toi n’a pu s’offrir.
En quittant cette terre,
En me sentant partir,
J’exhalerai le nom de celle qui m’est chère.

(Attila Jozsef)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comme boutons frais (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2017



 

    
Comme boutons frais
votre présence,
comme boutons de rose
le rouge délicat de vos joues, votre gaîté,
comme d’éclatantes gouttes
d’argent, de provocation,
vos yeux quand vous les écartez de moi,
que le délicieux corps mince se courbe
en arrière, de côté, comme un roseau,
afin de m’attirer vers vous,
votre tendre sourire veut me dire:
tu ne viens pas

(Herman Gorter)

 

Recueil: Poètes néerlandais de la modernité
Traduction: Henri Deluy
Editions: Le Temps des Cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sommeil de l’enfant (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2017



Le sommeil de l’enfant
est une plume légère
qui babille dans un berceau
que tendrement remue
la main aux doigts fins
d’une jolie maman
au sein gorgé de lait
et qui sourit
d’un amour maternel

(Jean-Baptiste Besnard)

son site ici: Jean-Baptiste Besnard

Illustration: Alex Alemany

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :