Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘soutien’

Penser (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2019



Je pense qu’en ce moment
personne peut-être ne pense à moi dans l’univers,
que moi seul je me pense,
et si maintenant je mourais,
personne, ni moi, ne me penserait.

Et ici commence l’abîme,
comme lorsque je m’endors.
Je suis mon propre soutien et me l’ôte.
Je contribue à tapisser d’absence toutes choses.

C’est pour cela peut-être
que penser à un homme
revient à le sauver.

(Roberto Juarroz)


Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je pense qu’en ce moment personne peut-être ne pense à moi (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
Je pense qu’en ce moment
personne peut-être ne pense à moi dans l’univers,
que moi seul je me pense,
et si maintenant je mourais,
personne, ni moi, ne me penserait.

Et ici commence l’abîme,
comme lorsque je m’endors.
Je suis mon propre soutien et me l’ôte.
Je contribue à tapisser d’absence toutes choses.

C’est pour cela peut-être
que penser à un homme
revient à le sauver

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie et Réalité
Traduction: Jean-Claude Masson
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ame et jeunesse (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2018



 

Sol Halabi - (11)

Ame et jeunesse

Puisque de l’enfance envolée
Le rêve blanc,
Comme l’oiseau dans la vallée,
Fuit d’un élan ;

Puisque mon auteur adorable
Me fait errer
Sur la terre où rien n’est durable
Que d’espérer ;

A moi jeunesse, abeille blonde
Aux ailes d’or !
Prenez une âme, et par le monde,
Prenons l’essor ;

Avançons, l’une emportant l’autre,
Lumière et fleur,
Vous sur ma foi, moi sur la vôtre,
Vers le bonheur !

Vous êtes, belle enfant, ma robe,
Perles et fil,
Le fin voile où je me dérobe
Dans mon exil.

Comme la mésange s’appuie
Au vert roseau,
Vous êtes le soutien qui plie ;
Je suis l’oiseau !

Bouquets défaits, tête penchée,
Du soir au jour,
Jeunesse ! On vous dirait fâchée
Contre l’amour.

L’amour luit d’orage en orage ;
Il faut souvent
Pour l’aborder bien du courage
Contre le vent !

L’amour c’est Dieu, jeunesse aimée !
Oh ! N’allez pas,
Pour trouver sa trace enflammée,
Chercher en bas :

En bas tout se corrompt, tout tombe,
Roses et miel ;
Les couronnes vont à la tombe,
L’amour au ciel !

Dans peu, bien peu, j’aurai beau faire :
Chemin courant,
Nous prendrons un chemin contraire,
En nous pleurant.

Vous habillerez une autre âme
Qui descendra,
Et toujours l’éternelle flamme
Vous nourrira !

Vous irez où va chanter l’heure,
Volant toujours ;
Vous irez où va l’eau qui pleure,
Où vont les jours ;

Jeunesse ! Vous irez dansante
A qui rira,
Quand la vieillesse pâlissante
M’enfermera !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Sol Halabi

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À la pierre (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2017



Illustration
    
À la pierre

Nous ne faisons que passer,
Tu nous apprends la patience,
D’être toujours le témoin
De l’univers à son aube,
D’être l’élan du Souffle même,
Soutien sans faille des vivants,
Toujours présence renouvelante
Entre laves et granits,
N’espérant ni fleur, ni feuille,
Ni fruit de la luxuriance,
Tu tiens le noeud des racines,
Contre tous les ouragans.

***

Viens te lover dans ma main, galet,
Tiens un instant compagnie
À l’anonyme passant. Toi, le pain cuit
Au feu originel, nourris ce passant
De ta force tenace, de ta tendresse
Lisse, au bord de cet océan
Sans borne, où tout vivant se découvre vétille…
Ô tant que se retient la mort, accorde
Au mendiant sans voix tes faveurs,
Fais-moi don de tes inépuisables
Trésors: fêtes de l’aube, festins
Du soir, farandole sans fin des astres,
Tant et tant de tes glorieux compagnons
Réunis ici en toi, un instant lovés
Dans le creux charnel de ma paume !
Toi qui survis à tout, garderas-tu
Mémoire de cette singulière rencontre ?

(François Cheng)

Recueil: La vraie gloire est ici
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les petites choses (Karin Boye)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2016



Les petites choses

Si tu n’as plus le courage de faire encore un pas,
de relever la tête,
si tu succombes, désemparé, sous le poids de la grisaille –
réjouis-toi, alors, et remercie les petites choses aimables,
réconfortantes, enfantines.
Tu as une pomme dans la poche,
un livre de contes qui t’attend chez toi –
de toutes petites choses que tu dédaignais
à l’époque où ta vie rayonnait,
devenues doux soutien aux heures mortes.

***

Small things

If you cannot manage one step more,
cannot lift your head,
if you are sinking wearily under hopeless greyness –
then be thankful for the kind, small things,
consoling, childish.
You have an apple in your pocket,
a book of stories there at home –
small, small things, despised
at the time, that radiated living
but gentle footholds during the dead hours.

(Karin Boye)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les voûtes (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Les voûtes
ont ce soutien du vide

(Dominique Grandmont)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

LE JARDIN DES FILLES BRUNES (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2015



LE JARDIN DES FILLES BRUNES
(Fragments)

PORTIQUE

L’eau
joue de son tambour
d’argent.

Les arbres
tissent le vent
et les roses le teintent
de parfum.

Une immense
toile d’araignée
fait de la lune
une étoile

ACACIA

Qui a fauché la tige
de la lune ?
(nous laissant des racines
d’eau.)
Qu’il nous serait facile de couper les fleurs
de l’éternel acacia!

RENCONTRE

Maria del Reposo,
te voici de nouveau
près de la source froide
aux citronniers.
Vive la rose au rosier!

Maria del Reposo,
te voici de nouveau,
chevelure de brume,
prunelles de cristal.
Vive la rose au rosier!

Maria del Reposo,
te voici de nouveau.
Ce gant de lune que j’ai oublié,
où est-il ?
Vive la rose au rosier!

LE BOIS DE CITRONNIERS

Citronniers.
Instant
de mon rêve.

Citronniers.
Nid
de seins
dorés.

Citronniers.
Seins où boivent
les brises de la mer.

Citronniers.
Orangers défaillants,
orangers moribonds,
orangers exsangues.

Citronniers.
Vous avez vu mon amour brisé
par la hache d’un geste.

Citronniers.
Mon amour enfant, mon amour
sans soutien et sans rose.

Citronniers.

(Federico Garcia Lorca)

 

Illustration: James Tissot

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jardinier des origines (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2015


serpent-426071

– Sois le soutien de famille
des strates
le jardinier des origines
peut-être le seul gué
dans la débâcle
des rencontres et des quanta.

(Charles Dobzynski)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :