Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘souveraine’

Extrême douceur d’être là (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Willy Verginer 26-12

Extrême douceur d’être là
et regarder dans l’immobilité
souveraine la beauté d’un mur
où le fil électrique et la lampe
existent depuis toujours
garantissant leur permanence.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Willy Verginer 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lorsqu’est souveraine et haute la pensée (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018




J’impose à mon esprit altier l’exigence assidue
De la hauteur, et au hasard je laisse,
Et, à ses lois, le vers;
Car, lorsqu’est souveraine et haute la pensée,
Soumise la phrase la cherche,
Et le rythme esclave la sert.

(Fernando Pessoa)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La souveraine réussite (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018



 

Shoji Ueda

La souveraine réussite

Il avait réussi le travail de ses mains. Ce travail était louangé.
Il avait exprimé le dehors et le dedans de son corps d’homme.
Pour cela on l’avait louangé.
Il avait oeuvré longuement sur l’oeuvre des hommes avec ses mains et son esprit.
Et il avait bien oeuvré. On le glorifiait.
Mais l’homme recevait la louange et n’en était pas glorieux.
La souveraine réussite n’était point en lui. Il savait qu’il ne savait pas vivre.

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Shoji Ueda

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecris (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2018



Ecris –
c’est la voie souveraine
pour te lire toi-même
et écouter le monde

(Adonis)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’énigme s’est rhabillée (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



L’énigme s’est rhabillée
après la longue étreinte
Je me lève
et quitte
le tombeau de ma souveraine

(Abdellatif Laâbi)


Illustration: Zhaoming Wu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La fidèle (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2018



 

Frank Cadogan Cowper -_Vanity_-_1907_detalle

La fidèle

Si j’étais la plus belle
Comme la plus fidèle,
Je le serais pour toi !
Si j’étais souveraine,
Le roi de cette reine,
Tu le serais par moi !

S’il te prenait l’envie
De demander ma vie
Pour te faire un beau jour,
Cette vie ignorée,
À l’amour consacrée,
Tu l’aurais, mon amour !

Et si tu disais :  » Donne
Beauté, vie et couronne,
Pour orner celle-là,
Cette seule que j’aime…  »
À cet autre toi-même,
Je dirais :  » Les voilà.  »

Car s’il est doux de vivre
Pour s’attendre ou se suivre
Dans le même désir,
Pour une âme enflammée,
Vainement consumée,
Il est mieux de mourir.

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Frank Cadogan Cowper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VOEU (Henri De Régnier)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2017



 

Antonio Nunziante 1956  Italy 17

LE VOEU

«N’avez-vous pas tenu en vos mains souveraines
La souplesse de l’eau et la force du vent?
Le nombreux univers en vous fut plus vivant
Qu’en ses fleuves, ses flots, ses fleurs et ses fontaines.»

C’est vrai. Ma bouche a bu aux sources souterraines;
La sève s’est mêlée à la fleur de mon sang
Et, d’un cours régulier, naturel et puissant,
Toute l’âme terrestre a coulé dans mes veines.

Aussi, riche et joyeux du fruit de ma moisson
Et du quadruple soir de mes quatre saisons,
Je te donne ma cendre, ô terre maternelle,

Pour renaître plus vif, plus vaste et plus vivant
Et vivre de nouveau la Vie universelle,
Dans la fuite de l’Eau et la force du Vent.

(Henri De Régnier)

Illustration: Antonio Nunziante

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMOUR DE PROFIL (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



 

Richard MacDonald - Tutt'Art@ (1)

AMOUR DE PROFIL

1
Dans le sommeil des feuilles mortes
qui craquent de gel la nuit
sans que personne pose le pied

dans le sang qui bat à la tempe
du dormeur qui ferme les portes
et ne sait plus si lui c’est lui

dans le froissement de la furtive
allant retrouver son amant
au creux des menthes la rivière

dans les paroles de la pluie
dans le feu quand la maison dort
dans la chevêche de minuit

j’entends respirer la secrète
qui n’est jamais là où elle est

2
Songeuse Retirée Rieuse Tempérée
Flexible Détournée Distraite Méditée
Le beau front bombé et sa pâleur d’opale
Les yeux de grand hiver de brasero lent

Toi la pensive et l’incertaine Toi l’innocence
et la malice Toi l’eau qui dort en robe d’eau
Absente Dérobée Naïve Gaie Moqueuse
Furtive Souveraine Altière Intimidée

Indécise Etonnée Limpide Couronnée
Profil nu hésitant dans un miroir brouillé
par les longues pluies de la mélancolie
toi la Reine et la Fée l’enfantine et la grave

je t’écoute écouter J’écoute ton silence
J’écoute les échos les voiles de ta voix
ta voix de feuilles mortes et de vent sur la tempe
qui peut en murmurant faire éclore l’automne

3
Nous deux
Quelquefois un
Les deux doigts de la flamme
Deux c’est ton ombre et moi
ou toi ma silencieuse
nue comme à marée basse
une voix qu’on devine

Nous deux
quelquefois un
Les deux pieds nus du vent
Deux d’eau Le bruit de l’eau
Rêver se taire ensemble

Le ciel mangé de jour
qui n’a qu’un seul regard

Quelquefois un Nous deux

(Claude Roy)

Illustration: Richard MacDonald

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

S’illimiter à l’autre (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2017



… S’illimiter à l’autre
au rythme de la souveraine pulsation…

(André Frénaud)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

MARGUERITE (Jacques Rabemananjara)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2015




MARGUERITE

I

Mon jardin est peuplé de chimère et de fleurs :
Maturité des fruits ou promesse des roses ?
Marchant dans la blancheur des lis, mon ange en pleurs
Murmure des secrets au seuil des printemps roses.

Azure d’un vol bleu les confins de l’enclos !
Ah ! comme la beauté triste de tes murmures
Adoucirait mon coeur, si l’aveu des sanglots,
Ange, pouvait s’entendre au-delà des ramures !

Renaissantes splendeurs des lunes sur le parc !
Refrains des soleils morts qui traînent sous les branches !
Réveillez-vous, Espoirs, et soutenez un arc
Richement triomphal sur les pelouses blanches.

II

Guide-moi vers l’ombrage où nous attend l’Amour.
Garde bien l’oasis et les floraisons vertes :
Glorifiant la nuit sur la tombe du jour,
Glanons de beaux rayons aux murailles désertes.

Un astre que nos voeux sauront longtemps bénir
Unira nos destins flambants de feux de cierges.
Unique volupté ! Frissons de souvenir !
Ubéreuse aventure à travers les champs vierges !

Est-ce que je devrais, à l’ombre du bonheur,
Effeuiller de nouveau les peines et les larmes ?
Errants dans la forêt où chasse la Douleur,
Emploierons-nous la vie à conquérir des charmes ?

III

Rêves que j’ai formés depuis que ton regard
Remplace au firmament les miracles stellaires !
Reposons-nous tardifs dans la paix des remparts
Roses de crépuscule et de visions claires…

Il me faut t’ériger un temple de bambous,
Immoler à tes pieds ma plus tendre génisse.
Ivre, je répandrai son sang sur tes genoux :
Immobile elle aura l’ardeur du sacrifice.

Tenterai-je l’assaut des autels que défend
Ton geste impérial de sibylle et de reine ?
Tu fixeras plutôt dans mes songes fervents,
Timides et pieux notre heure souveraine.

Enlacés dans le faste et l’éclat du matin,
Ensemble nous lierons les gerbes du destin :
Et nous irons cueillir des fleurs de « Marguerite »
Enceintes de parfum, de silence et de rite…

(Jacques Rabemananjara)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :