Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘spectateur’

Quelqu’un était venu troubler votre coeur (Sandro Penna)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016



Quelqu’un était venu troubler votre coeur
libres spectateurs sans nom
soucieux et indifférents dans l’ennui,
dans la joie pour vous de la saison.

Quelqu’un était venu vieillir votre coeur
libres adolescents sans amour
soucieux et indifférents dans la joie,
dans l’ennui pour vous de son péché.

Quelqu’un était venu et puis s’en était allé
vous laissant dans les corbeilles, comme fruits au marché.

***

Qualcuno era venuto a turbare il vostro cuore
liberi spettatori senza nome
assorti e indifferenti ferenti nella noia,
nella gioia per voi della stagione.

Qualcuno era venuto a invecchiare il vostro cuore
liberi adolescenti senza amore
assorti e indifferenti erenti nella gioia,
nella noia per voi del suo peccato.

Qualcuno era venuto e poi se n’era andato
lasciandovi nei cesti, come frutti al mercato.

(Sandro Penna)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Fouillis des bambous (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2016



Fouillis des bambous:
peu de terre
peu de ciel.

Le spectateur avide
cherche sa place et son image.
Aveugle il ne sait voir
qu’il se trouve là aussi
depuis toujours.

Sur la plus basse branche
au bout extrême d’une tige:
cinq pétales que le vent agite.

(Jean-Paul Hameury)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Toujours au bord (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 17 septembre 2015



Toujours au bord.
Mais au bord de quoi?

Nous savons seulement que quelque chose tombe
de l’autre côté de ce bord
et qu’une fois parvenu à sa limite
il n’est plus possible de reculer.

Vertige devant un pressentiment
et devant un soupçon:
lorsqu’on arrive à ce bord
cela aussi qui fut auparavant
devient abîme.

Hypnotisés sur une arête
qui a perdu les surfaces
qui l’avaient formée
et resta en suspens dans l’air.

Acrobates sur un bord nu,
équilibristes sur le vide,
dans un cirque sans autre chapiteau que le ciel
et dont les spectateurs sont partis.

(Roberto Juarroz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Dans une longue salle (Jean-Louis Rambour)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2015



Dans une longue salle
pour couples de spectateurs
les arbres reculent,
les touffes d’air glissent
le long des sièges
le silence est celui des gens
qui tournent vaguement la tête,
les yeux dans le vide ;
le petit rayon de soleil dort,
allongé,
avant de continuer à sourire.

(Jean-Louis Rambour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :