Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘substituer’

Substituons donc l’enchantement au sentiment (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2017



thot

Les murs ne tombent pas
[35]

Substituons donc
l’enchantement au sentiment,

re-consacrons nos dons
au réalisme spirituel,

raclons une palette,
épointons crayon ou pinceau,

préparons papyrus ou parchemin,
offrons de l’encens à Thot,

l’original Ancien-des jours,
Hermès-trois-fois-grand,

supplions-le donc
afin que, par sa croix de tau,

il invoque la magie-vraie,
nous reconduise vers l’unique-vérité,

que lui (Sagesse),
à la lumière de ce qui vint auparavant,

illumine ce qui vint après,
revivifie la vérité éternelle,

soyez donc fins
comme aspics, scorpions, comme serpents.

***

Let us substitute
enchantment for sentiment,

re-dedicate our gifts
to spiritual realism,

scrape a palette,
point pen or brush,

prepare papyrus or parchment,
offer incense to Thoth,

the original Ancient-of-days,
Hermes-thrice-great,

let us entreat
that he, by his tau-cross,

invoke the true-magic,
lead us back to the one-truth,

let him (Wisdom),
in the light of what went before,

illuminate what came after,
re-vivify the eternal verity,

be ye wise
as asps, scorpions, as serpents.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’âme immense n’est que neige et pluie (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2016



Un autre enfin se substitue
au sosie lui-même.
Et ce double est nu
sous la glycine et sous la fraîche
odeur d’orange.
Que ne peut-on l’aimer!

Un autre encore appelle
par-delà brouillards et cris:
touche mon bras, mon épaule!
Mais l’âme immense
n’est que neige et pluie.

(Jacques Izoard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Identité (Karl Popper)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2016




On peut dire qu’une feuille d’arbre verte change
lorsqu’elle devient brune,
mais on n’affirme pas qu’une feuille verte change
si on lui substitue une feuille brune.

Le devenir présente cette caractéristique essentielle
que la chose soumise au changement conserve son identité à travers ce changement.
Et cependant, elle doit devenir autre :
de verte qu’elle était, elle devient brune,
d’humide elle devient sèche ;
elle était chaude, la voici froide.

(Karl Popper)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :