Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘succulent’

Poète mangeant une tête de veau (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
Poète mangeant une tête de veau

Succulence de cette chair
tendre et parfumée,
égayée d’un rien de vinaigre
et d’un hachis de ciboulette.

«Vous en reprendrez bien» dit l’hôtesse.

Souvenir alors d’une table d’enfance,
de ma mère penchée
vers le plat bleu
où la viande doucement fume,

puis soudain ce tableau touchant:
un jeune veau près de sa mère,
au fond du pré fleuri,
son doux regard humide d’enfant.
«Non, merci, je n’en reprendrai pas!»

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô Poètes (Odile Caradec)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017




    
Ô Poètes,
sommes-nous comme les poulets ? Avons-nous
une peau succulente ? Qui le dira ? Qui nous
mangera ?
[..]
La tête du poète est une cocotte-minute
Quand le poème est prêt, la vapeur siffle.
Ouvrez la marmite, le poème saute dans votre assiette.

(Odile Caradec)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MIDI (Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017



MIDI

Couche-toi, crois-moi, sous quelque arbre rieur
Bien nourri, barbu de mousse et vêtu d’été.
Ton rêve de douleur
Ne s’est-il pas enfui avec ton rêve de beauté ?

Couche-toi, crois-moi, chanteur vaincu par la santé,
Sous quelque arbre sans musique et sans pensée,
Et songe au vide des nostalgies dépensées,
Et souris sans rancune à ce qui t’a quitté.

Couche-toi, crois-moi, solitaire et lourd passant
Et rêve savamment de flexibles danseuses
D’Orient à la chair triste de soleil et heureuse
D’ombre, et qu’il serait doux de dévêtir jusqu’au sang.

Couche-toi, tes paupières sont lourdes comme des fruits.
Et fais quelque beau songe de gros moine un peu fou :
Les chemins fatigués de mener n’importe où
Ne sont-ils pas couchés ? Et l’ombre ? Et l’eau du puits ?

Couche-toi, crois-moi, heureux sonneur de glas ;
Ton coeur n’est-il pas un bissac rempli de choses succulentes ?
Les heures ne sont-elles pas doucement lentes ?
Et toi, dis-moi, n’es-tu pas suavement las ?
Oui, de la vie et du rêve et de tout — voluptueusement las ?

(Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Portrait de la famine (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Famine640

Portrait de la famine

Le tigre ici broute des feuilles tendres
Et l’okapi cherche qui dévorer.
Moi je suis homme, il me faut nourritures
Plus à mon goût – je suis fauve et soleil.

Entre mes dents la terre. Entre mes lèvres
Ces doux silex tranchant ma tendre chair
Et le poison succulent de ces arbres
Où sont pendus d’autres civilisés.

Moi, naufragé, je suis ma propre épave
Et je m’accroche à ma vie, à mon nom.
Toute la mer, son écume et sa danse
Pour une larme autrefois retenue.

Ô terre et mer, couronne de corail,
Ile assoiffée où vont rôdant les fauves.
Je suis le lieu d’un jeune mammifère,
Délivrez-moi de l’ombre et du soleil.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :