Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Sulayman ibn Hammûd)’

L’aveugle (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2015




L’aveugle

Les âmes pures des croyants
se reconnaissent l’une l’autre,
de même nous sommes revenus à la sainte Parole
où toi et moi ne faisions qu’un.

Le pas altier laisse deviner la boucle
qui honore le chemin et la sandale,
la magnétite l’essence du fer
qui règle la distance des corps,
le froid de l’hiver sous les nuits de veille
le feu secret au coeur profond du silex.

Sur le seuil de ma maison gisait un aveugle.
A présent je contemple avec tes yeux le jour éternel.

(Sulayman ibn Hammûd)

Illustration: Jean Legrand

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le spectre (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2015




Le spectre

Me suis-je épris d’un rêve
ou le parfum de jasmin frais qui plane dans le hammam
n’est-il que le spectre d’une cause plus vraie?

Le tambour bat au coeur de la bataille.

Me faudra-t-il rêver encore, mon Dieu,
pour vivre et l’oublier?

(Sulayman ibn Hammûd)

Illustration: Jean Goujon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Automne (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2015




Automne

L’automne palpite
comme l’obscur aboiement du chien
parmi les emblavures.

Le coeur s’émeut.

Du larmier du ciel
tombent à plomb
les eaux lointaines
de la mélancolie.

(Sulayman ibn Hammûd)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La gazelle (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015




La gazelle

Sur votre vie, amis, il fallait voir
un bel objet comme celui-là !

Hafsa était le visage même de l’aurore
qui peu à peu dépouille
de ses fleurs ardentes le grenadier.
De sang bédouin, rouge vermeil comme le vin
et le feu tendre qui se cache
à la racine du palmier,
elle savait compter les vertèbres du chameau
et décrire avec ardeur les courbes des dunes,
traire la chèvre de la main secrète et pure
de qui connaît la sainte faim de chaque jour.

D’elle, plus d’une fois, la gazelle fut jalouse.

Elle ne connaissait d’autre musique que l’arpège
et le silence du désert.

A présent elle joue du luth mélodieux
derrière la grille du harem.

(Sulayman ibn Hammûd)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :