Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sûrement’

Oeil et oreille (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2018


Ce qui se présente à nos yeux
Nous croyons le voir sûrement;
En ce qui vient à notre oreille
Nous n’avons point pareille foi.
C’est pourquoi tes chères paroles
Me furent souvent bienveillantes;
Mais un regard qui touche juste
Ne laisse point de place au leurre.

***

Aug Um Ohr

Was dem Auge dar sich stellet,
Sicher glauben wirs zu schaun;
Was dem Ohr sich zugesellet,
Gibt uns nicht ein gleich Vertraun.
Darum deine lieben Worte
Haben oft mir wohlgetan;
Doch ein Blick am rechten Orte,
Übrig lävt er keinen Wahn.

(Goethe)


Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous vivons avec des mots (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018




    
Nous vivons avec des mots qui sont
sûrement déjà morts.

(Jean-Louis Giovannoni)

 

Recueil: Les mots sont des vêtements endormis
Traduction:
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le corps (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2018




    
le corps n’est plus dans sa physique

la mécanique se grippe
se fausse doucement
sûrement

corps opaque
muet

mais qu’est-ce qu’on a à voir là-dedans

(Antoine Emaz)

 

Recueil: LIMITE
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regarde l’oiseau voler (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018




    
— Regarde l’oiseau voler,
tes yeux s’emparent de son vol,
plus sûrement que ta main,
si elle tenait l’oiseau ;

Regarde la mer étale,
tes yeux s’emparent de sa couleur,
plus sûrement qu’un seau d’enfant,
s’il le remplissait d’eau ;

Regarde la rose s’ouvrir,
tes narines s’emparent de son parfum
plus sûrement que la serre
où la fleur se cultive ;

Qui détient ne tient rien,
qui libère s’empare,
le vent est plus dans les cheveux qu’il mêle
que dans le ballon qu’il gonfle ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souffrir Par Toi N’est Pas Souffrir (Julien Clerc)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2016



chandail-7-800x600

Souffrir Par Toi N’est Pas Souffrir

Si un jour tu veux revenir
Sans mots, sans pleurs, sans même sourire
Négligemment et sans te retenir
Sans farder du passé tout l’avenir…
Le soir quand je te vois sourire
Sur cette photo qui ne veut rien dire
Sous ta vieille lampe qui tremble et chavire
Tu viens grimacer dans mes souvenirs

Maintenant, comme avant,
Doucement, sans pâlir, sans mentir, sans souffrir…
Aujourd’hui, je te dis:
Souffrir par toi n’est pas souffrir,
C’est comme mourir ou bien faire rire
C’est s’éloigner du monde des vivants
Dans la forêt, voir l’arbre mort seulement.
Comme un jour tu viendras sûrement
Dans ce salon qui perd son temps,
Ne parlons plus jamais de nos déserts…
Et si tu restes je mets le couvert
Maintenant, comme avant,
Doucement, sans pâlir, sans mentir, sans souffrir
Aujourd’hui, je te dis:
Tous les voyages ne veulent rien dire
Je sais des choses qui te feraient rire
Moi qui entassais des souvenirs par paresse
Ce sont tes vieux chandails que je caresse

Maintenant, comme avant, doucement
Restons-en au présent pour la vie,
Aujourd’hui, reste ici

(Julien Clerc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lentement mais sûrement (Issa)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2015



Lentement mais sûrement
escalade le mont Fuji
petit escargot!

(Issa)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :