Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘survivance’

CE CÔTÉ-LA (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2016



femme-marchant-sur-le-sabe

CE CÔTÉ-LÀ

C’était sortir des éclairs plein les poings
La tête à l’abordage
Il y avait un nuage
Et tu ne disais rien
Sur le sable une brûlure semblait te précéder

L’ombre allait et fuyait au gré d’une guitare
Une énigme peut-être
Un effleurement d’âme et de feu
Ou une survivance andalouse
Remontant le cours des temps jusqu’au désert de Thar

J’ai posé une main sur la nuit
Pour tenir ton odeur
Contre ma ligne d’insouciance
Et c’était déjà sans retour
Dans ce château de paille tombé aux oubliettes

L’insomnie était douce avec ses liens de feutre
Avec ses sangles d’aube
Il y avait de ce côté-là
Un va-et-vient très libre et dérivant
De torchère enflammée au fond des océans

J’ai pensé aux heures arides
Au vertige en lieu de source
À ce qu’on dit du calme avant les tempêtes
Et à ce rendez-vous flagrant
Qui ne fut jamais pris

(André Velter)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VEILLÉE DE GLOIRE (Georges Rodenbach

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2016



VEILLÉE DE GLOIRE

Quel orgueil d’être seul à sa fenêtre, tard,
Près de la lampe amie, à travailler sans trêve,
Et sur la page blanche où l’on fixe son rêve
De planter un beau vers tout vibrant, comme un dard

Quel orgueil d’être seul pendant les soirs magiques
Quand tout s’est assoupi dans la cité qui dort,
Et que la Lune seule, avec son masque d’or,
Promène ses pieds blancs sur les toits léthargiques.

L’orgueil de luire encor lorsque tout est éteint :
Lampe du sanctuaire au fond des nefs sacrées,
Survivance du phare au-dessus des marées
Dont on ne perçoit plus qu’un murmure indistinct.

L’orgueil qu’ont les amants, les moines, les poètes,
D’être en communion avec l’obscurité,
Et d’avoir à leur coeur des vitraux de clarté
Qui ne s’éteignent pas pendant les nuits muettes.

Quel orgueil d’être seul, les mains contre son front,
A noter des vers doux comme un accord de lyre
Et, songeant à la mort prochaine, de se dire :
Peut-être que j’écris des choses qui vivront !

(Georges Rodenbach)

Illustration: Denis Jeanteur

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ALOES (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2016



 

aloès i

ALOES

DANS la muette survivance
D’un aloès, mille serpents
Tentent de mordre le silence
Où, dans ce désert, tu m’entends.

(Louis Emié)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :