Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘sylvestre’

SONNET AU SOLEIL (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018



Illustration
    
SONNET AU SOLEIL

Sur le divan se vautre un grand soleil joueur.
Étudiant usé que nul plaisir ne tente,
Oh ! que je suis heureux ! Sa visite m’enchante.
Il semble tout empli d’une sylvestre odeur.

Il s’étire coquet, il s’étire trompeur.
Son or couvre mon front d’une caresse lente.
Qu’il est doux, le baiser, sur ma lèvrе tremblante!
Je mets sur ses genoux ma tête avec bonheur.

Ton baiser, grand Soleil, me redonne la vie.
Tes longs cheveux soyeux laissent l’âme ravie.
Et mes nerfs maladifs retrouvent leurs instincts.

La nuit tombe, j’ai peur. Reste toujours, je t’aime.
Les ombres de la nuit ont d’effrayants desseins.
Et je ne puis hélas m’incendier moi-même.

(Attila József)

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ni la couleur des terribles dunes d’Iquique … (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ni la couleur des terribles dunes d’Iquique,
ni la baie du Fleuve Doux du Guatemala,
n’ont changé ton profil arraché au froment,
ton style de muscat, ta bouche de guitare.
Mon coeur, ma mienne à partir de tout le silence,
depuis les hauts sommets patrie du liseron
jusqu’aux plaines de platine et de solitude,
en toute patrie pure t’a répétée la terre.
Et la main de métal et farouche des monts,
la neige du Tibet, la pierre polonaise,
rien n’a troublé ta forme de grain voyageur,
comme si argile ou blé, guitares ou grappes
tout Chillan défendait en toi son territoire
imposant le pouvoir de la lune sylvestre.

***

Ni el color de las dunas terribles en Iquique,
ni el estuario del Río Dulce de Guatemala,
cambiaron tu perfil conquistado en el trigo,
tu estilo de uva grande, tu boca de guitarra.
Oh corazón, oh mía desde todo el silencio,
desde las cumbres donde reinó la enredadera
hasta las desoladas planicies del platino,
en toda patria pura te repitió la tierra.
Pero ni huraña mano de montes minerales,
ni nieve tibetana, ni piedra de Polonia,
nada alteró tu forma de cereal viajero,
como si greda o trigo, guitarras o racimos
de Chillan defendieran en ti su territorio
imponiendo el mandato de la luna silvestre.

(Pablo Neruda)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vieux pays (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018



Illustration: Paul Cézanne
    
Vieux pays
par le temps
jusqu’à la douceur
usé

et qu’il est jeune
descendu des collines
le peuple sylvestre.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE SOUVENIR (Bartolo Cattafi)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2016



LE SOUVENIR

Elagué, écorcé,
rasé au sol, balayé,
un air sylvestre assombrit
maintenant la lumière,
le vent agite des branches inexistantes,
d’autres formes de vie ici point ne s’attardent,
elles transitent en se reflétant
dans les mares mélancoliques de lymphe.

***

IL RICORDO

Sfrondata scortecciata
rasa al suolo spazzata
ora un’aria selvosa
Incupisce la luce
il vento muove rami inesistenti
altre forme di vita qui non sostano
transitan specchiandosi
in pozze malinconiche di linfa.

(Bartolo Cattafi)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poésie…Sylvestre et autres…

Posted by arbrealettres sur 19 février 2016


***

Bon l’original est quand même mieux!

***

Quelques autres « machines » « inutiles »!

***

Emotion

Posted in poésie | Tagué: , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :