Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Sylvie Durbec)’

Semainier (Sylvie Durbec)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018




    
semainier

J’avais sept mouchoirs
lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
samedi
dimanche
ma mère les rangeait
dans un tiroir
entre les siens
et ceux de mon père
Les miens brodés
animaux du jour
de la semaine
et de la nuit
prochaine
une couleur par jour
lundi rouge mardi vert mercredi bleu
jeudi noir vendredi jaune samedi gris
et dimanche doré
tu as ton mouchoir
ma mère m’expliquait
noué aux quatre coins
pour couvrir ta tête
un noeud au coin
pour te souvenir
et aussi pour pleurer
et parfois te moucher
et au moment du départ
pour nous dire au revoir

je n’ai plus sept mouchoirs
aujourd’hui n’en reste qu’un
celui de papier avec ces mots
j’avais sept mouchoirs

(Sylvie Durbec)

 

Recueil: Le paradis de l’oiseleur
Traduction:
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mort ce serait (Sylvie Durbec)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018



Illustration
    
la mort ce serait

la mort ce serait
cet homme au chapeau rouge
dépassant à peine de la tête
les hautes herbes vertes
avec la douceur de sa voix
qui raconte comment c’est
mourir dans l’herbe

au loin du très-loin

et que ça vient tranquillement
comme les nuages lents
au-dessus des océans
et on meurt
et voilà tout

(Sylvie Durbec)

 

Recueil: Le paradis de l’oiseleur
Traduction:
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre parenthèses (Sylvie Durbec)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018



Illustration: Marina Dieul
    
Entre parenthèses

(Chaque fois que l’un d’entre nous meurt
est-ce que chaque fois un petit dieu meurt aussi ?
le sien, bien sûr, mais aussi l’un des nôtres…
Lorsque à mon tour je mourrai, dit la petite Virginia,
quels petits dieux seront tristes de ma disparition ?
Peut-être celui des questions et des vélos ?
Je n’aime que les dieux très petits,
les grands, uniques ou multiples,
ne me plaisent pas beaucoup,
trop puissants, trop absents.
Alors, dit-elle encore, la bouche pleine de sons,
prions le petit dieu des disparitions
et des oublis.
Et puis.)

(Sylvie Durbec)

 

Recueil: Le paradis de l’oiseleur
Traduction:
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu entends la huppe (Sylvie Durbec)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018



Illustration
    
si tu entends la huppe
tu ne la verras pas
si tu la vois
tu ne l’entendras pas

ainsi de la peinture
ainsi de la musique

l’une se tait
l’autre chante
parfois entre elles
le silence se repose

ainsi du centre d’une ville
qui jamais ne sera le fil
ainsi du coeur de la forêt
qui jamais sera l’aiguille

si tu apprends la patience
en écoutant la huppe
espérant apercevoir son vol
tu ouvriras ton chant

(Sylvie Durbec)

 

Recueil: Le paradis de l’oiseleur
Traduction:
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :