Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘talonner’

L’indéfinissable (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2019



Manière
De rendre hommage
A l’indéfinissable
Qui nous talonne.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

LA CLAIRIÈRE (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2018



 

Illustration: Alexandre-Evariste Fragonard
    
LA CLAIRIÈRE

Le socle sans statue, à l’ombre de ces arbres
S’enfonce dans le sol un peu plus chaque jour
Sous l’invisible poids d’un fantôme de marbre
Qui le piétine et le talonne et se fait lourd.

A moins qu’en s’en allant vers un fatal banquet
Le commandeur ne l’ait renvoyé au naufrage.
Comme un caillou qu’on jette à l’eau, du bord des plages,
Il fait mouche à sa cible et rejoint son reflet.

Mais je devrais entendre, au moins, près de l’étang
La fanfare sonnée par Don juan qui l’invite…
La voici, les échos la portent, je l’entends.
je sens sous mes deux pieds la terre qui palpite.

(Robert Desnos)

 

Recueil: Contrée suivi de Calixto
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chardon, ruisselant de chaleur (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Chardon, ruisselant de chaleur,
et le mot aride
qui te talonne — gueulé
au fond des gisements.
La lumière se déverserait ici.
Elle filtrerait à travers
la branche griffonnée qui a inscrit
au-dessus de nous une telle crainte. Comme si, loin de toi,
j’avais pu le sentir me
traverser, tandis que je marchais
vers le nord à l’intérieur de mon corps.

(Paul Auster)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MARÉES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2015



MARÉES III

Tout est marée
Vertige des cavernes
Ascension des collines

Tout est flux et reflux
L’ombre carnassière
Talonne chaque clarté

Tout est chemin
Le fossé qui nous creuse
Comme le feu qui survient

***

MARÉES VI

Faisant fleuve de toutes larmes
Océan de toute sueur
Cavernes de toute parole
Blessures de tout regard

Nous créons parfois nos spectacles
L’âpreté de nos fièvres
Le silence de nos trappes

(Andrée Chedid)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :