Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tapisserie’

La nuit cache le jour à l’envers de son noir (Georges Perec)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2018



Illustration: Jean Lurçat
    
Je me souviens qu’il y avait jadis à la Bûcherie,
avant qu’elle ne s’agrandisse, une tapisserie de Jean Lurçat
sur laquelle on pouvait lire ces vers :

 » La nuit cache le jour à l’envers de son noir  » .

(Georges Perec)

 

Recueil: Je me souviens
Traduction:
Editions: Hachette

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la tapisserie (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

5321

Sur la tapisserie

Dans un coin obscur de ma chambre,
Sur la tapisserie,
Il y a des fleurs qui ressemblent
A de petites filles.

Elles s’en vont, claires et sages,
Se tenant par le bras,
Dans un étrange paysage
Aux chaumières sans toit.

J’ignore encore trop de choses
Pour les accompagner
Dans les domaines où l’on ose
Causer avec les fées.

Mais lorsqu’il pleut, si je m’ennuie,
Je les fais quelquefois
Sortir de la tapisserie
Pour jouer avec moi.

(Maurice Carême)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tapisserie (Henri de Régnier)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2018



 

jardin secret

Tapisserie

Un magique jardin aux merveilleuses flores,
Avec des escaliers, des rampes, des bosquets ;
Sur les arbres taillés un vol de perroquets
Mêle un éclat vivant d’ailes multicolores ;

Et, tout au fond, dans les charmilles compliquées
Que l’Automne pique de ses parcelles d’or,
Se dresse, solitaire, un vieux Palais où dort
Un lointain souvenir de fêtes évoquées ;

La dégradation douce d’un crépuscule
Enveloppe le beau jardin et s’accumule
Sur le luxe défunt des fastes accomplis ;

Dans les arbres les perroquets à vifs plumages
Volettent, comme si, troublant les longs oublis,
Quelque Belle y traînait ses robes à ramages.

(Henri de Régnier)

Découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un ami (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2018


ami

Un ami Frais – pour les jours Torrides –
Est plus facile à trouver –
Qu’un ami de plus haute température
Pour l’Hiver – de l’Esprit –

La Girouette pointant un peu vers l’Est –
Effraie – les âmes de Mousseline –
Si les Coeurs de Drap sont plus solides –
Que ceux en Organdi –

A qui la faute ? Au Tisserand?
Ah, quel fil déroutant!
Les Tapisseries du Paradis –
Sont d’une main – si obscure!

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le Point Gamma (Maurice Blanchard)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017



Le Point Gamma

D’où viens-tu, folie magnifique et sauvage? Où vas-
tu, araignée du soir? Et toi, papillon des terres arides
qui, seul, regardes le soleil en face?
Et je reprenais ma tapisserie, point par point. Une
clarté dans la nuit: je la replaçais à son rang, près de
l’aurore. Une clameur des suppliciés: je tendais les
cordes pour obtenir l’unisson, puis je serrais encore un
peu, infiniment peu mais juste ce qu’il fallait, ni plus ni
moins, et j’entendais enfin l’apaisant battement de
soixante à la minute. Oh le mariage du cœur et du
cri!
Tout cela a brusquement fini à l’instant même où je
suis né.

(Maurice Blanchard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVANT-SOMMEIL (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2017



Helen Masacz  200

AVANT-SOMMEIL

Attendez je ne suis pas prêt
La lampe lentement vrille dans ma poitrine
Mon sang fait battre au loin le poumon des collines
Voici l’ombre et les fleurs berceuses de mes pas

Quelques instants encore dans l’ouate des mensonges
Les derniers frets du soir pour les ruelles du songe
Une étoile allumée portée à bout de bras
Le vent frais musicien dans les orgues du soir
La bouche enfin tarie
Bon voyage en enfer sous la tapisserie

Dix heures dans les feuillages têtus de mon enfance
Dix heures
Et le manteau troué de la souffrance
Pour poser mon regard pas un coin de ciel bleu
Chacun de mes retours plus triste qu’un adieu
Tous ces demi-silences

Vous êtes là je sais
Au plus clair de moi-même
Penchés sur mon remords et sur mes lendemains
Puisque vous revenez dans cette chambre noire
Ô mon père et ma mère
Partagez-vous mes mains

(René Guy Cadou)

Illustration: Helen Masacz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La forêt vierge (Karen Blixen)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017




    
La forêt vierge est une région mystérieuse.
Vous avez l’impression de pénétrer
dans un fond de vieilles tapisseries
dont les tons fanés ou assombris par l’âge
offrent une infinie variété de nuances.

(Karen Blixen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le village (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2017



Illustration: Mathurin Méheut 
    
Dans le village encerclé par les champs,
les maisons penchées sur les bancs
voient venir les chars aussi hauts qu’elles
de moissons d’où tombe, apaisé, le soleil.

La joie s’ouvre comme un fruit
et roule jusqu’à la mer
avec des arrêts dans les villes
près des ponts d’où la terre s’enfuit.

Un tas de feuilles respire doucement
au bord du chemin que personne ne prend.
Un coup d’aile de clarté dévaste la terre,
la peur se retire de l’espace visible.

Des fleurs sèchent sur la tapisserie,
la fraîcheur est debout dans le couloir,
le vent sort un peu de sa vallée
et la fumée gagne sans peine l’éternité.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On trouve aussi bien sa vérité (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



 

tapisserie  1

On trouve aussi bien sa vérité
en regardant quarante-huit heures
une quelconque tapisserie de mur.

(Henri Michaux)

Illustration

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

Ballade qui dit que nous ne disparaissons pas (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



Ballade qui dit que nous ne disparaissons pas

Ceux qui prirent la mer à l’aube
mais qui jamais ne reviendront
laissèrent une trace sur la vague —

au fond tombe alors un coquillage
beau comme lèvres pétrifiées

ceux qui suivirent la route sablonneuse
mais sans atteindre les persiennes
bien qu’on vît déjà les toits —

un tourbillon d’air leur est abri

ceux qui ne rendront orphelins
qu’une chambre glaciale quelques livres
un encrier vide une page blanche —

en vérité ils ne sont pas morts tout entiers

ils chuchotent dans les taillis de la tapisserie
une tête plate loge dans le plafond

d’air d’eau de chaux de terre
est fait leur paradis l’ange du vent
effacera leur corps entre ses paumes
ils se disperseront
par les prairies de ce monde

(Zbigniew Herbert)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :