Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tarentule’

Stérilités (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



Stérilités

Cautérise et coagule
En virgules
Ses lagunes des cerises
Des félines Ophélies
Orphelines en folie.

Tarentules de feintises
La remise
Sans rancune des ovules
Aux félines Ophélies
Orphelines en folie.

Sourd aux brises des scrupules,
Vers la bulle
De la lune, adieu, nolise
Ces félines Ophélies
Orphelines en folie!…

(Jules Laforgue)


Illustration: John William Waterhouse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEUX VARIATIONS SUR UN THÈME DE J.-L.G. (Hervé Le Tellier)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018



 

Illustration: Kajan
    
DEUX VARIATIONS SUR UN THÈME DE J.-L.G.

—Et mon bec, tu l’aimes ?
—Oui.
—Et ma peau écailleuse, tu l’aimes ?
Oui.
—Et mes plaques dorsales, tu les aimes ?
—Oui.
—Et mon piquant caudal, mon piquant caudal,
tu l’aimes aussi ?
—Oui.
—Tu m’aimes complètement, alors ?

L’iguanodon

—Et mon basitarse, tu l’aimes ?
—Oui.—
Et ma filière, tu l’aimes ?
—Oui.
—Et mes pédipalpes, tu les aimes ?
—Oui.
—Et mon trochanter, mon trochanter,tu l’aimes
aussi ?
Oui.——
Tu m’aimes complètement, alors ?

La tarentule

(Hervé Le Tellier)

 

Recueil: Zindien
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES SIX CORDES (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2018



Illustration: Pablo Picasso
    
LES SIX CORDES

La guitare
fait pleurer les songes.
Le sanglot des âmes
perdues
s’échappe par sa bouche
ronde.

Et comme la tarentule,
elle tisse une grande étoile
pour chasser les soupirs
qui flottent dans sa noire
citerne de bois.

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CONTAMINÉE (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



CONTAMINÉE

tu n’es intacte
qu’au fond de ce poème
né sans moi né sans toi
si mammifère
il a mangé ton coude ce bon pain
et dormi sur ma hanche cette plage
c’est le dernier écrit du monde
celui où toutes les syllabes
signifient toi toi toi
il est si doux quelques délires
il est si calme cent frissons
après lui le soleil deviendra tarentule
et l’océan plus sec
que ton genou sans ma salive
tu n’es intacte qu’à l’abri
de ce poème

(Alain Bosquet)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :