Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Ted Hughes)’

Tout ce que tu peignais (Ted Hughes)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



 

 


    
Tout ce que tu peignais, tu le peignais en blanc
Puis tu l’éclaboussais de roses.
Pour faire échec au blanc, penchées sur lui, de roses ruisselantes,
De roses en pleurs, de roses toujours,
Et quelquefois, au milieu d’elles, un tout petit oiseau
Bleu.

(Ted Hughes)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau (Ted Hughes)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2016



Stage-Your-Pet-Bird-In-the-Archibird-Cage-Table-3

L’oiseau

Sous son dôme de verre, derrière ses yeux,
Ton Oiseau de Panique n’était pas empaillé. Il paraissait en quête
De quelque chose, tu ne savais pas quoi. Je le devinais
Dérouté par le verre, ce mur invisible.
Un gecko de zoo collé contre le néant,
Avec toute la vie battant dans sa gorge,
Comme s’il se tenait sur l’éther.(..) Souviens-toi,
Lorsque nous faisions le tour de Boston Common,
Nous étions obligés toujours de prendre le même chemin,
C’était plus fort que nous. Un système d’horlogerie
Venu du Tyrol, tournant sous le verre,
Avant de se mettre à tinter. Tu m’as tout raconté
Sauf le conte de fées. Pas à pas
Je suis descendu dans le sommeil
Dont tu essayais de te réveiller.
[…]

***

The bird

Under its glass dome, behind its eyes,
Your Panic Bird was not stuffed. It was looking
For you did not know what. I could feel
for the glass – not there and yet there –
a zoo gecko glued against nothing
With all its life throbbing in its throat,
As if it stood on ether..(.) Remember
Circling Boston Common together,
the defective jailbird walk we perfected,
Feet swinging from the knees. A Tyrolean
Clockwork revolving under glass,
To a tinkling .You told me
Everything but the fairy tale. Step for step
I walked in the sleep
You tried to wake from
[…]

(Ted Hughes)

Illustration

Découvert chez Lara ici

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une journée, pour toi (Ted Hughes)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2016



 

Charnine _Babylon

Une journée, pour toi,
C’était vingt-quatre échelons d’un escalier de secours
suspendu, spirale vertigineuse au-dessus du néant,
Menant au néant.

(Ted Hughes)

Illustration: Charnine 

Découvert chez Lara ici

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fable de l’être (Ted Hughes)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2016



La fable de l’être

Nous n’avions toujours pas appris que les jonquilles ne sont pas
L’immortalité, mais son reflet seulement. Ni reconnu
Le vol nuptial des éphémères les plus rares :
Nos propres jours !

***

We had not learned
What a fleeting glance of the everlasting
Daffodils are. Never identified
The nuptial flight of the rarest ephemera-
Our own days!

(Ted Hughes)

Découvert chez Lara ici

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :