Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tendrement’

REGRET (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2019



tremble

REGRET

Je connais depuis très longtemps
Deux trembles que je vois sans cesse…
Je les contemple tendrement
Mais suis étreint par la tristesse.

Car quelque chose, oui, me dit
Que je mourrai demain peut-être
Et il n’y aura plus ici,
Pour les contempler, aucun être…

(George Bacovia)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les taches brunes (Richard Rognet)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2019




    
Les taches brunes,
sur les mains, on
les nomme fleurs

de cimetière — ne
les redoute pas. Ces
ombres chaque jour

plus présentes, vois-les
comme des petites
feuilles que les
automnes, tendrement,

posent peu à peu sur
ta peau, rappelle-toi
la femme paisible

qui laissait filer
sa laine, entre ses doigts
piqués des mêmes
taches brunes.

(Richard Rognet)

 

Recueil: Un peu d’ombre sera la réponse
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Exorde (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2018




    
Exorde

Qui que tu sois : quand vient le soir,
sors de ta chambre où tu sais tout;
au bord de l’horizon ta demeure est l’ultime :
Qui que tu sois.
De tes yeux qui, las, ont du mal
à quitter le seuil élimé,
lentement tu dresses un arbre
noir face au ciel : svelte et seul.
Et tu as fait le monde. Un monde immense,
semblable au mot qui dans le silence mûrit.
Et comme ton vouloir saisit sa raison d’être,
tes yeux tendrement le libèrent…

(Rainer Maria Rilke)

 

Recueil: Oeuvres 2 Poésie
Traduction: Jacques Legrand, Lorand Gaspar, Philippe Jaccottet, Armel Guerne, Maurice Betz
Editions: Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le désir fait brûler mon sang (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2018



Illustration: Robert Doesburg
    
Le désir fait brûler mon sang,
d’amour tu m’as l’âme blessée.
Donne tes lèvres : tes baisers
me valent la myrrhe et le vin.
Penche sur moi ta tête tendrement
que je goûte un sommeil sans trouble
jusqu’au souffle joyeux du jour
qui chassera l’ombre nocturne.

(Alexandre Pouchkine)

 

Recueil: Poésies
Traduction: Louis Martinez
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Incertitude (Esther Granek)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018



 

Andrey Kartashov girl-in-armchair

Incertitude

T’absentant,
tu m’habites.
Tendrement.
Comme présent.
Dis-moi vite…
et ne mens :
M’absentant,
je t’habite
mêmement ?
Ne sachant,
je m’irrite.
Questionnant
bassement.
Etouffant
mes élans.
Bâillonnant
mes redites.
T’assommant.
M’assommant.
Qu’il est fort
mon tourment !
Et pourtant…
Mais encore…
Dis-moi vite :
M’absentant,
je t’habite ?

(Esther Granek)

Illustration: Andrey Kartashov

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES BORDS DU DOON (Robert Burns)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



Illustration: Tatiana Fruleva
    
LES BORDS DU DOON

collines et coteaux du beau Doon,

Comment pouvez-vous fleurir si frais et si charmants ?
Comment pouvez-vous chanter, petits oiseaux.

Quand moi je suis si épuisée , si pleine de soucis ?
Tu briseras mon cœur oiseau gazouillant

Qui folâtres dans l’épine fleurie :

Tu me rappelles des joies parties ,
Parties pour ne jamais revenir.

Souvent j’ai erré près du beau Doon,

Pour voir la rose et le chèvrefeuille s’entrelacer ;
Et chaque oiseau chantait son amour,

Et moi aussi je chantais tendrement le mien :
Le cœur léger, je cueillis une rose

Si jolie sur son arbre épineux ;
Et mon perfide amant me vola ma rose ,

Mais, hélas ! il me laissa l’épine.

(Robert Burns)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’AMIE COMPLAISANTE (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018



Illustration: Toulouse Lautrec
    
L’AMIE COMPLAISANTE

L’orage a duré toute la nuit. Sélénis aux beaux cheveux était venue filer avec moi.
Elle est restée de peur de la boue et serrées l’une contre l’autre, nous avons empli mon petit lit.

Quand les filles couchent à deux, le sommeil reste à la porte.
« Bilitis, dis-moi, dis-moi qui tu aimes. »
Elle faisait glisser sa jambe sur la mienne pour me caresser doucement.

Et elle a dit, devant ma bouche : « Je sais, Bilitis, qui tu aimes. Ferme les yeux, je suis Lykas. »
Je répondis en la touchant : « Ne vois-je pas bien que tu es fille ? Tu plaisantes mal à propos. »

Mais elle reprit : « En vérité, je suis Lykas, si tu fermes les paupières. Voilà ses bras, voilà ses mains… »
Et tendrement, dans le silence, elle enchanta ma rêverie d’une illusion singulière.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Confidence (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2018




La Confidence

Ah ! Vous dirai-je, Maman,
Ce qui cause mon tourment ?
Depuis que j’ai vu Silvandre,
Me regarder d’un air tendre ;
Mon cœur dit à chaque instant :
« Peut-on vivre sans amant ? »

L’autre jour, dans un bosquet,
De fleurs il fit un bouquet ;
Il en para ma houlette
Me disant : « Belle brunette,
Flore est moins belle que toi ;
L’amour moins tendre que moi. »

« Etant faite pour charmer,
Il faut plaire, il faut aimer.
C’est au printemps de son âge
Qu’il est dit que l’on s’engage ;
Si vous tardez plus longtemps,
On regrette ces moments. »

Je rougis et par malheur
Un soupir trahit mon cœur.
Sylvandre, en amant habile,
Ne joua pas l’imbécile :
Je veux fuir, il ne veut pas
Jugez de mon embarras.

Je fis semblant d’avoir peur.
Je m’échappai par bonheur ;
J’eus recours à la retraite,
Mais quelle peine secrète
Se mêle dans mon espoir,
Si je ne puis le revoir !

Bergères de ce hameau,
N’aimez que votre troupeau ;
Un berger, prenez-y garde,
S’il vous aime, vous regarde
Et s’exprime tendrement,
Peut vous causer du tourment.

(Anonyme)

Illustration: Michèle Ribeiro

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Tout est songe (Georges Schehadé)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018


1891663851_1

Celle qui est tendrement nouée par les choses de l’âme
Celui qui est absent par miracle
Tout est songe poussière de songes
Les troupeaux qui ont mille ans à cause de la lune
Et ces montagnes qui tremblent avec des noix

(Georges Schehadé)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cachée en ce beau lit de branches… (Charles Van Lerberghe)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



Brad Kunkle  h feuille

 

Cachée en ce beau lit de branches et de feuilles,
Sur cet autel de mousse où j’ai versé des roses,
De la myrrhe et du miel,
Tendrement je te porte, et doucement te pose,
Ô fille morte
De l’éternel soleil !

Et voici que je t’ouvre encore,
Comme autrefois la porte d’or,
Éclatante et sonore,
Et qu’à mon souffle tu renais,
Fille des primitives forêts,
Et que tu danses et t’enivres
De revoir la lumière et de vivre.

Le vent dénoue ta chevelure
De mille étincelles, et ta ceinture
Immense de feu ;
Tu as des ailes
D’abeille blonde et d’oiseau bleu.

Que les airs embrasés gardent ta trace,
Et ta présence parfumée ;
Flamme, ne meurs pas tout entière
Toi dont je baise la cendre ardente,
Ame pure, âme claire,
Divinité future.

(Charles Van Lerberghe)

Illustration: Brad Kunkle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :