Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘terminer’

Il semble (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2020



Il semble tout d’un coup
que le monde veuille basculer dans le vide
pour en terminer
avec les bavardages du présent

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le combat des taureaux terminé (Mayuzumi Madoka)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2019



Illustration
    
Le combat des taureaux terminé
le ciel paraît
si sec

***

(Mayuzumi Madoka)

 

Recueil: Haikus du temps présent
Traduction: Corinne Atlan
Editions: Philippe Picquier

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’OUVRAGE (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2018




    
L’OUVRAGE

L’heure tant attendue est venue : terminé, l’ouvrage de tant d’années.
D’où vient alors cette étrange tristesse qui me tenaille en secret ?
Ou, l’exploit réalisé, serais-je comme l’ouvrier inutile
étranger à toute entreprise une fois le salaire reçu ?
Vais-je regretter ce travail, compagnon silencieux des nuits,
ami de l’Aurore aux doigts d’or et de pénates sacrées ?

***

(Alexandre Pouchkine)

 

Recueil: L’heure de la nuit Poèmes
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PETIT COURS DE CORRESPONDANCE (Ron Padgett)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018




    
PETIT COURS DE CORRESPONDANCE

Quand je termine une lettre
par « cordialement », je
rougis de honte.
Cela ne semble pas sincère.
Mais quand une lettre
m’arrive
avec cette même formule,
mon coeur se réchauffe.
Je souris. Je me dis
que cette personne est cordiale,
même si
quelques instants auparavant
je n’avais jamais entendu
parler d’elle. En fait, c’est
un gros abruti dans son
bureau à demi-éclairé, si
entreprenant qu’il en est
décoiffé, avec de grosses
souris en caoutchouc
dans le couloir.

Sincèrement,
Ron Padgett

(Ron Padgett)

 

Recueil: Le Grand Quelque Chose
Traduction: Olivier Brossard
Editions: Joca Seria

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’habite à l’endroit le plus haut (Tsen Shen)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2017




    
J’habite à l’endroit le plus haut
Mille maisons en permanence sous le regard
D’écrire des poèmes et boire du vin j’ai maintenant terminé
Face à de nombreux pics seul je m’endors…

(Tsen Shen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ON MEURT SANS MÊME SE REGARDER MOURIR (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017



 

ON MEURT SANS MÊME SE REGARDER MOURIR

On meurt sans
même se
regarder mourir.

Vous le disiez.

Sa propre main
sur les yeux.

Tu le craignais.

Peut-être afin
d’enfermer puis de coudre
à jamais cette image.

Dans le sac.

Mais l’obscurité
qu’annonce-t-elle
au juste?

On la dit soeur
incestueuse
de la flamme.

De cette lumière
qui nous anime.

Avant d’en terminer.

Les mains jointes
de force.

(Franck Venaille)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai pas eu de lettre aujourd’hui… (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2017




    
Je n’ai pas eu de lettre aujourd’hui…

Je n’ai pas eu de lettre aujourd’hui:
Il a oublié d’écrire, ou alors il est parti;
Le printemps, suite de rires argentés;
Dans le golfe, les navires se balancent.
Je n’ai pas eu de lettre aujourd’hui.

Il était là, il n’y a pas si longtemps,
Amoureux, tendre, et tout à moi…
C’était alors l’hiver blanc, aujourd’hui
C’est le printemps, sa tristesse meurtrière;

Il était là, il n’y a pas si longtemps…
J’entends l’archer léger qui tremble,
Il se débat, dans l’angoisse de la mort,
J’ai peur que mon coeur se brise, et
De ne pouvoir terminer ces lignes douces.

(Anna Akhmatova)

 

Recueil: Quand on n’a que l’amour
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette vie (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2017


Cette vie qui se termine en aveugle,
En appel d’une muette, en chair
Hérissée de peines, de peurs, oubliant
Avoir été l’unique sourire au cœur
De l’éternité. Que laissera-t-elle?
Qu’attend-elle Reconnaîtra-t-elle ses pleurs
D’enfant dans l’innommé outre-regard?

(François Cheng)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aimerais terminer par une note d’espoir (Woody Allen)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017



J’aimerais terminer par une note d’espoir.
Je n’en ai pas.
Est-ce que deux notes de désespoir vous iraient?

(Woody Allen)

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

L’amour est… (Edward Stachura)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2016



 

Francesco Clemente  Kiss, 1983

L’amour est…

L’amour est donner l’amour bénévolement
Comme le soleil est le rayonnement bénévole d’ensoleillement
Le Soleil est un soleil dans le monde de Hélios
L’amour est un soleil dans le monde de la Lune
Le Soleil est un soleil dans le monde de la clarté
L’amour est un soleil dans le monde de l’obscurité

S’il y a quoi que ce soit entre les hommes qui se termine
C’est à dire que ça ne se soit jamais commencé
Si ça s’était véritablement commencé,
Ce ne se serait jamais terminé
C’est terminé parce que ça n’a jamais commencé
S’il y a quoi que ce soit qui s’est véritablement commencé
Ne se terminera jamais

(Edward Stachura)

Illustration: Francesco Clemente

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :