Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘terre’

Naître sur cette terre (Bernard Perroy)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2017



Naître sur cette terre

Naître sur cette terre
Et naître chaque jour

Comme on partage le bois
Pour le feu,
Pour s’asseoir
Dans l’ombre précieuse des regards,

Partageant à la ronde
Ce que l’on espère de l’aube
Et de l’autre en son mystère.

(Bernard Perroy)

 

 

Posted in poésie, méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nés sur cette terre (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2017



– Nés sur cette terre
Des chants se heurtent
A l’interstellaire.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Je parle bas tout juste au-dessus du silence (Anna Gréki)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2017



Je parle bas tout juste au-dessus du silence
Pour que même l’autre oreille n’entende pas
La terre dort à ciel ouvert et dans ma tête
se prolonge avec des rigueurs d’asphodèles
J’ai repeuplé quelques déserts beaucoup marché
Alors je gis dans ma fatigue et dans ma joie
Ces varechs jetés par les lames des étés

(Anna Gréki)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jour annonce la nuit (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2017



Le jour annonce la nuit — éveille-toi.
Je traverse jusqu’à toi le bateau de mon corps
Je cherche à connaître la secrète terre
à travers la carte du sexe

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu te souviens (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2017



Tu te souviens
Notre maison était solitaire debout
dans la mêlée des oliviers et des figues
Et la source dormait tout contre cela petite petite pupille

Tu te souviens
Le bois battait des ailes comme les papillons
C’était première nuit sur la terre…

La Nuit…

Creuse l’abîme de ton sein
deviens labyrinthe et prends-moi

(Adonis)

Illustration: Guy Borremans

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Danse de la Terre (Nancy Huston)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2017



danse de la Terre:
la nuit,

le soleil brille de toutes ses forces

(Nancy Huston)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Au fond de moi (Nicolas Diéterlé)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2017



Au fond de moi,
j’ai l’impression d’être immobile,
d’une immobilité suspendue, magique,
à la façon dont un oiseau
planant très haut dans les airs
nous semble immobile,
à nous qui le regardons
depuis la terre.

(Nicolas Diéterlé)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Amour de Jérusalem (Yehuda Amichai)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



L’Amour de Jérusalem

Il y a une rue où l’on ne vend que viande rouge
et une rue où l’on ne vend qu’habits et parfums.
Il y a des jours où je ne vois qu’êtres jeunes et beaux,
et des jours où je ne vois qu’infirmes, aveugles,
lépreux, faces convulsées et rictus.

Ici on construit une maison et là on détruit
ici on creuse la terre
et là on creuse le ciel,
ici on s’assoit et là on marche
ici on hait et là on aime.

Mais celui qui aime Jérusalem
dans les guides touristiques ou les livres de prières
ressemble à celui qui aime une femme
selon le Kama sutra.

Parfois Jérusalem est une ville de couteaux :
même les espoirs de paix sont affûtés pour trancher dans
la difficile réalité, ils s’émoussent ou se cassent.

Les cloches des églises font tellement d’efforts de paix
qu’elles deviennent lourdes, comme un pilon qui broie
dans le mortier
des voix lourdes, graves et remuantes.

Et lorsque
le chantre et le muezzin entonnent leur chant
surgit le cri tranchant :
notre seigneur notre Dieu à tous est un Dieu
un et affûté.

(Yehuda Amichai)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce n’était pas la Mort (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Ce n’était pas la Mort, car j’étais debout
Et que tous les Morts, gisent –
Ce n’était pas la Nuit, car toutes les Cloches,
Langue dardée, sonnaient Midi.

Ce n’était pas le Gel, car sur ma Chair
Je sentais – ramper – des Siroccos –
Ni le Feu – car le seul Marbre de mes pieds
Eût gardé frais, un Sanctuaire –

Pourtant, j’éprouvais tout cela ensemble,
Les Formes que j’ai vues
Apprêtées, pour l’Enterrement,
Me rappelaient la mienne –

Comme si pour l’adapter à un cadre,
On eût rogné ma vie,
Et qu’elle ne pût respirer sans clé,
On aurait dit Minuit –

Quand tout ce qui tictaque – stoppe –
Et que partout – bée l’espace –
Ou que l’Affreux gel – aux matins d’Automne,
Abolit le Sol Palpitant –

Mais surtout, le Chaos – Sans bornes – froid –
Sans une Chance, ou un espar –
Ni même l’Annonce d’une Terre –
Pour justifier – le Désespoir.

(Emily Dickinson)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-être étais-je trop gourmande (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Peut-être étais-je trop gourmande —
Il me faut — des ciels à tout le moins —
Car les Terres, foisonnent autant
Que les Baies, dans ma Ville natale —

Mon Panier ne contient — que — des Firmaments —
Ceux-là — à mon bras — aisément se balancent,
Quand de moindres ballots sont – Accablants.

***

Perhaps I asked too large —
I take — no less than skies —
For Earths, grow thick as
Berries, in my native Town —

My Basket holds —just — Firmaments —
Those —- dangle easy — on my arm,
But smaller bundles —

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :