Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘terrifié’

TU N’ES PLUS L’ENFANT TRISTE… (François Mauriac)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2018



 Bruno Walpoth samuel [800x600]

Tu n’es plus l’enfant triste au coeur des soirs tombants
Qui toujours attendait qu’on vienne ouvrir sa porte…
Ni le coeur terrifié d’avoir déjà vingt ans
Qui veillait et pleurait sur son enfance morte.

O mon Dieu, Vous avez voulu que je connaisse
Cet ineffable espoir et cette certitude
Que l’amour a tendu les bras vers ma jeunesse.
Vous faites murmurer sur tant de solitude

Le vent du large, lourd de parfums inconnus,
Mon coeur — marin perdu qui pressent une terre,
Ne songe pas qu’il fut malade et qu’il est nu,

Et je croise les mains, attendant le mystère.

(François Mauriac)

 Illustration: Bruno Walpoth

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème (Pentti Holappa)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



 

Heffernan interior3

Poème

Dans l’espace du cerveau, d’imaginaires roses livrent leur parfum,
des vols d’oiseaux, des vols d’étoiles, défient la tempête,
la pensée dessine le retour de l’instant unique.
Soudain, la peau et la toile de chair hurlent,
comme un nouveau-né, terrifié,
goulûment. Les tissus enflent pour devenir
l’humus de la mort, chair d’homme,
une vague opaque balaie les châteaux de sable
bâtis par les pensées.

Jamais le plus ardent des poèmes n’élucidera
l’aigre et furtive jouissance des sens.

(Pentti Holappa)

Découvert ici: Schabrieres

Illustration: Julie Heffernan

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Versions (Eliséo Diego)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2018



pichet 0 [800x600]

Versions

La mort est ce petit pichet, orné de fleurs peintes à la main,
qu’on trouve dans toutes les maisons, et qu’on ne voit jamais.
La mort est ce petit animal qui est passé dans la cour,
et dont l’illusion nous berce, dans un serrement de cœur,
qu’il n’est que le chat de la maison, le chat de d’habitude,
le chat qui est passé et que nous ne reverrons plus.

La mort est cet ami qui apparaît sur les photographies de famille,
discrètement sur un côté, et que personne jamais n’est parvenu à reconnaître.
La mort, enfin, est cette tache sur le mur
qu’un soir nous avons regardée,
sans le savoir, un peu terrifiés

(Eliséo Diego)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Chaque fois c’est la même chose (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Chaque fois c’est la même chose
le ciel se renverse
la nuit arrive

Et personne ne connaît
les dimensions de la chute
Où sont les fleurs
les senteurs que l’on promet

Nous voilà seuls et terrifiés
devant le vide

Une chaleur! Une chaleur
pourtant suffirait
même petite

Même d’une main de nouveau-né

(Werner Lambersy)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pain d’angoisse (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2016



Pain d’angoisse

Terrifié par les hurlements
De douleur et de volupté
Des galaxies qui se dévorent en copulant
Dans les coins sombres de l’éternité
Comme le font les sentiments
Dans les bas-fonds de la pensée

Appelle angoisse ou pain
Sinon parole
Cette matière sans matière
Que le poème en toi pétrit

Ayant ou non fait une croix dessus
N’en mange que tout juste
Ce qu’il te faut pour en mourir

Ne la retourne pas sur la table des mots
Cela porte malheur

Ne la piétine pas dans le ruisseau du sang
D’autres en manquent.

(Jean Rousselot)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :