Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘testament’

TESTAMENT (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2018



 

Clara Lieu url

TESTAMENT

Si mon âme claire s’éteint
Comme une lampe sans pétrole,
Si mon esprit, en haut, déteint
Comme une guenille folle,

Si je moisis, diamantin,
Entier, sans tache, sans vérole,
Si le bégaiement bête atteint
Ma persuasive parole,

Et si je meurs, soûl, dans un coin
C’est que ma patrie est bien loin
Loin de la France et de la terre.

Ne craignez rien, je ne maudis
Personne. Car un paradis
Matinal, s’ouvre et me fait taire.

(Charles Cros)

Illustration: Clara Lieu

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’impression d’oublier (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
L’impression d’oublier

L’impression d’oublier quelque chose
qui nous visite au moment de la mort :
un testament ou quelque vieux message
pour expliquer ce qu’on n’explique pas.

ll s’agissait de résumer le monde,
le temps, la vie. Ou de dire… Mais quoi ?
des mots de rire ou de myosotis ?

L’oubli, qui sait ? de fermer une porte,
de modeler la phrase de sa fln,
peur de partir et peur de revenir –
ou cet oubli de s’oublier soi-même ?

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je crois au Soleil (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017




    
Je crois au Soleil du Testament,
Je vois les lueurs lointaines.
J’attends que l’universelle lumière
Monte de la terre printanière.

Tout ce qui respire le mensonge
Se détourne, en tremblant d’effroi.
Devant moi — vers les routes en débâcle
S’enfuit un sillon doré.

Je m’en vais, traversant
Des lys la forêt interdite.
Et les ailes des anges bruissent
Dans le ciel au-dessus de moi.

D’une lumière inconnaissable
A jailli le tremblé.
Je crois au Soleil du Testament,
Ce sont Tes yeux que je vois.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Testament du silence (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2017



Testament du silence,

Vivre cette distance,
L’indicible nous lie.

(Lucie Albertini)

Illustration: Alberto Galvez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

POÈMES, UN PREMIER TESTAMENT (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



 

POÈMES, UN PREMIER TESTAMENT

J’ai dit «pomme» à la pomme ; elle m’a dit « mensonge» ;
Et « vautour » au vautour qui n’a pas répondu.
Dans mon livre, le soir, la comète s’allonge,
Et l’amour n’est amour que douze fois relu.

Mon corps est, lui aussi, un livre qu’il faut lire,
Puisqu’on lit un genou comme on lit l’horizon.
Vivre ou écrire, écrire ou vivre ? Je soupire :
Dans le verbe ma chair a trouvé sa raison.

Il est si roux, le mois d’octobre entre les pages ;
Il est si vert, le mois d’avril, à peine âgé
D’un mot qui dit l’amour, d’un mot qui fait l’image ;
Il est si gris, le mois qu’il me faut corriger.

Un agneau tout à l’heure est sorti de mon verbe ;
Il a fait quelques pas dans le ciel de l’été.
Mon agneau si verbal, vas-tu brouter mon herbe,
Verbale comme toi : je viens de l’inventer ?

Qui parle à mon poème ? Il est triste et fragile.
Quand je lui dis bonjour, il se croit supplicié,
Congédie son aurore et déchire ses îles
Pour vivre de silence ; il est mon seul sorcier.

Qui parle à mon amour ? Il se veut impudique.
Le vice est beau, mon livre, et c’est moi qui te mords !
Où commence la chair ? Où finit la musique ?
Je sais que la parole est toujours un remords.

S’il faut que le poème écrive son poète,
Dis-moi, mon livre, est-ce de toi que je suis né ?
Quelle page a prévu ma naissance indiscrète
Et prédit mille fois : « Tu seras condamné » ?

(Alain Bosquet)

Illustration: Silvia Vassileva

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHAMBRE AMIE (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2016



CHAMBRE AMIE

Le livre à moitié lu, corrigeons notre corps,
la table dégarnie, la porte inapaisée…
Ta décadence me réveille. Le décor
fait place au givre qui se penche à la croisée
et qui salue le parc de sa claire chanson.
Je te reproche d’être celle qu’on respire,
toujours sevrée, toujours semblable à la rançon
que réclame la soif, toujours prête à écrire
le testament de notre chair. Tu me reçois
dans ta moiteur, entré ta phrase dévêtue
et ton image à sec. Puis d’un geste sournois,
surprenant un sonnet sur ma peau, tu le tues.

(Alain Bosquet)

Illustration: Edward Hopper

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pomme et l’escargot (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2016



pomme escargot t [800x600]

La pomme et l’escargot

Il y avait une pomme
A la cime d’un pommier ;
Un grand coup de vent d’automne
La fit tomber sur le pré !

Pomme, pomme,
T’es-tu fait mal ?
J’ai le menton en marmelade
Le nez fendu
Et l’oeil poché !

Elle tomba, quel dommage,
Sur un petit escargot
Qui s’en allait au village
Sa demeure sur le dos

Ah ! stupide créature
Gémit l’animal cornu
T’as défoncé ma toiture
Et me voici faible et nu.

Dans la pomme à demi blette
L’escargot, comme un gros ver
Rongea, creusa sa chambrette
Afin d’y passer l’hiver.

Ah ! mange-moi, dit la pomme,
puisque c’est là mon destin ;
par testament je te nomme
héritier de mes pépins.

Tu les mettras dans la terre
Vers le mois de février,
Il en sortira, j’espère,
De jolis petits pommiers.

(Charles Vildrac)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA JOIE DE VIVRE (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016




LA JOIE DE VIVRE

Ecris-nous des choses gaies m’ont-ils dit
Nous te promettons de les lire
Quand nous aurons un moment

Docile j’ai mis dans mon sang d’encre
Des canaris des pavots
Le vert de mes propres yeux
Le blanc des murs qui m’enferment

Le temps que ça décante
Je les ai vus mourir et renaître cent fois
Sous les cieux piquetés de testaments apocryphes

Jamais un seul n’est descendu de sa moto
Pour voir où j’en étais avec la joie de vivre.

(Jean Rousselot)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le cimetière (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Le cimetière

Ici sera ma tombe, et pas ailleurs, sous ces trois arbres.
J’en cueille les premières feuilles du printemps
Entre un socle de granit et une colonne de marbre.

J’en cueille les premières feuilles du printemps,
Mais d’autres feuilles se nourriront de l’heureuse pourriture
De ce corps qui vivra, s’il le peut, cent mille ans.

Mais d’autres feuilles se nourriront de l’heureuse pourriture,
Mais d’autres feuilles se noirciront
Sous la plume de ceux qui content leurs aventures.

Mais d’autres feuilles se noirciront
D’une encre plus liquide que le sang et l’eau des fontaines:
Testaments non observés, paroles perdues au-delà des monts.

D’une encre plus liquide que le sang et l’eau des fontaines
Puis-je défendre ma mémoire contre l’oubli
Comme une seiche qui s’enfuit à perdre sang, à perdre haleine?

Puis-je défendre ma mémoire contre l’oubli?

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je me sens prêt à mourir (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Quand je me sens prêt à mourir
chaque matin et chaque soir
j’entends soudain la mer venir
et s’emparer des mes peaux mortes

Alors je remets à demain
les derniers codicilles noirs
d’un testament indéchiffrable
et je renonce à la lumière

Pour en sauver le souvenir

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Claude Monet  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :