Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘théâtre’

Dormir (Raymond Carver)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



Illustration: Ron Mueck
    
Dormir

Il a dormi sur ses mains.
Sur un rocher.
Sur ses pieds.
Sur les pieds de quelqu’un d’autre.
Il a dormi dans des cars, des trains, des avions.
Dormi pendant le service.
Dormi au bord de la route.
Dormi sur un sac de pommes.
Il a dormi dans des toilettes publiques.
Dans un grenier à foin.
Au Super Dome.
Dormi dans une Jaguar, et à l’arrière d’un pick-up.
Dormi dans des théâtres.
En prison.
Sur des bateaux.
Il a dormi dans des refuges en rondins et, une fois, dans un château.
Dormi sous la pluie.
Sous un soleil brûlant il a dormi.
À cheval.
Il a dormi dans des fauteuils, des églises, des hôtels de luxe.
Il a dormi sous le toit d’inconnus tout au long de sa vie.
À présent il dort sous la terre.
Dort encore et sans fin.
Comme un vieux roi.

(Raymond Carver)

 

Recueil: Poésie
Traduction: Jacqueline H. jeem-Pierry Carasso et Emmanuel Moses
Editions: De l’olivier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’ennui (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2020



 

salle_theatre  [1280x768]

retouche à l’ennui

théâtre vide
une forme sans nom
passe entre les portants
et mêle aux voix d’un texte
où des couleurs s’en vont
sous prétexte de sang
sa main livide

(Daniel Boulanger)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vêtu pour le théâtre (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2020


Au bruit du frottement de la cuiller
au fond du bol ombré
revient l’enfance chaotique
à calme muré, voix perdues
peur de nuit

alors s’ouvre la porte sur le visage d’un père
vêtu pour le théâtre.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ma vie, je t’ai cherchée toute ma vie (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2020



Illustration: Cyril Leysin
    
(Recueil Comme ceci, comme cela)

Ma vie, je t’ai cherchée toute ma vie
tu as pris les plus beaux visages
mais je n’entends que la voix.
Au bord de quelle nuit te trouverai-je enfin ?

Je délivrerai ce qui est immobile
Je perdrai mes enfants dans la clarté
Je forcerai les secrets de la douleur
J’écarterai les rideaux du théâtre de la mort.

Oubli

Mémoire

Soupir.

Roule miracle torrent puissance
que l’aube arrive reparte revienne
que fuient les tourbillons

Le silence est un tonnerre lointain

Toute défaite est mon triomphe

(Jean Tardieu)

 

Recueil: Jean Tardieu Un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE THEATRE DES TABLEAUX VIVANTS (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2020




LE THEATRE DES TABLEAUX VIVANTS

Un homme s’arrêta voir les tableaux vivants
dans un théâtre aujourd’hui mort
ô mains, ô coeurs, ô veines fines
des femmes exposées en silence !
les dorures du plafond
les cariatides énormes
encadraient leurs chairs de mères ;
le décor était un faux printemps ;
pas un seul cri d’enfant
ne remuait l’assemblée
et dehors tous les toits s’étaient couverts de neige.

(Jean Follain)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quels sont ces propos… (Sri Aurobindo)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2020



Illustration: Otto Dix
    
Quels sont ces propos…

Quels sont ces propos de tueur et de tué ?
Les glaives ne sont point assez aiguisés ni les flots assez puissants
pour éteindre le feu de notre âme. La mort et la douleur
sont pures conventions d’un plus noble théâtre.
Tel un héros pourchassé par son destin
tombe comme un pilier arraché du monde immense,
ébranlant le coeur des hommes, et que rempli d’effroi
l’auditoire se tait ou pleure, vaincu par le chagrin,
tandis que derrière la scène l’acteur soupire
de soulagement, ôte son masque
et parle aux amis qui l’attendent, ou des coulisses
observe l’accalmie de la scène finale –
de même l’esprit indemne des tués
s’éloignant de nos yeux, ne cesse pas de vivre.

(Sri Aurobindo)

 

Recueil: Poésie
Traduction: Français Cristof Alward-Pitoëff
Editions: Sri Aurobindo Ashram Trust

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous les heureux (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2020


Nous les heureux bien assis
Au spectacle gratuit
Du Grand Théâtre à ciel ouvert
Qu’avons-nous donc fait avant
Pour être ainsi récompensés

(Pierre Albert-Birot)


Illustration: Jonathon Earl Bowser

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Calme plat (Michel Leiris)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2020



Calme plat

Certes
une ruine est une ruine
mais y a-t-il silence pire
que celui qui survole
un théâtre écroulé?

(Michel Leiris)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La Pluie (Jun zaburô Nishiwaki)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2020


thumb_gouttes_pluie

Dans le vent du Sud la tendre déesse est arrivée
Elle a mouillé le bronze mouillé la fontaine
Mouillé le ventre de l’hirondelle et le poil de l’or
Elle a pris la marée dans ses bras, léché le sable, gobé les poissons
Elle a secrètement mouillé les temples, les établissements de bain,
les salles de théâtre,
Harpe à cordes de platine
La langue de la déesse dévergondée secrètement
A mouillé ma langue

(Jun zaburô Nishiwaki)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ON REVIENT À SON MOI (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2020




On revient à son moi comme à une vieille maison
avec ses clous et ses rainures, c’est ainsi
qu’un homme lassé de lui-même
comme d’un vêtement troué jusqu’aux épaules
tente de marcher nu parce qu’il pleut,
l’être humain aimerait se mouiller dans l’eau pure
ou se frotter au vent nature : il ne parvient
qu’à rentrer dans son puits,
qu’à revenir à l’infime souci
de savoir s’il a existé, s’il a bien « exprimé »,
payé » ou « emprunté » ou « découvert » ,
comme si j’étais, moi, si important
pour que la terre avec son nom végétal, dût
m’accepter ou me repousser
dans son grand théâtre aux murs noirs.

(Pablo Neruda)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :