Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tiédir’

Hôpital, médecine B (Bernard Lorraine)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2018



Hôpital, médecine B

Marche vaille que vaille
Et geint à qui mieux mieux,
Le vieux vient voir sa vieille
Ou la vieille son vieux.

Vue basse, dur d’oreille
Et les genoux cagneux,
Le vieux vient voir sa vieille
Ou la vieille son vieux.
Ainsi, à qui vieux vieille
Ou à qui vieille vieux,
La braise de la veille
Tiédit à petit feu.

Jusqu’au jour… « non Monsieur… »
On l’arrête à la porte,
«c’est fini… courageux…
dans la nuit… elle est morte… »

Jusqu’au jour… « non Madame…
attendez… corridor…
il vient de rendre l’âme…
nous préparons le corps… »

(Bernard Lorraine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ESQUISSE (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018




    
ESQUISSE
Sou-Tong-Po

Hors de la verte forêt des bambous,
deux ou trois branches de pêchers en fleur.

C’est le printemps ! les rivières tiédissent, sans doute ;
les canards sont les premiers, à savoir cela.

Déjà, les plants de céleri et les pousses de jonc,
commencent à s’élever de terre.

C’est le moment d’aller à la pêche du tédradon,
excellent en cette saison.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APPROCHE D’UN ASTRE (Jules Romains)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2017



 

APPROCHE D’UN ASTRE

Il fait noir comme avant; froid comme avant.
Le même vide un peu sale s’écoule.
Ce vent ? C’est le néant que l’on refoule.
Pourtant une lueur éclot au fond;

Un point de feu, puis un rond d’ombre rouge
Qu’un brouillard voile et qu’une houle ronge.
L’alentour tiédit; le vide se palpe.
La lueur engendre un grand disque pâle;

Tout ce lieu là-bas se gonfle d’espace,
Lui qui fut petit impensablement.
La forme s’accroît, la flamme s’apaise.
Il monte l’évidence de Quelqu’un.

(Jules Romains)

Illustration: Edward Okun Mezczyzna

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

SOMMATION IRRESPECTUEUSE (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



Danielle Duer

SOMMATION IRRESPECTUEUSE

Rire étant si jolie,
C’est mal. O trahison
D’inspirer la folie,
En gardant la raison !

Rire étant si charmante !
C’est coupable, à côté
Des rêves qu’on augmente
Par son trop de beauté.

Une chose peut-être
Qui va vous étonner,
C’est qu’à votre fenêtre
Le vent vient frissonner,

Qu’avril commence à luire,
Que la mer s’aplanit,
Et que cela veut dire :
Fauvette, fais ton nid.

Belle aux chansons naïves,
J’admets peu qu’on ait droit
Aux prunelles très vives,
Ayant le coeur très froid.

Vous saurez, attendrie,
Le charme de l’instant
Terrible, où l’on s’écrie :
Ah ! vous m’en direz tant !

Vous saurez, vous qu’on gâte,
Le destin tel qu’il est,
Les pleurs, l’ombre, et la hâte
De cacher un billet.

Oui, — pourquoi tant remettre ? —
Vous sentirez, qui sait ?
La douceur d’une lettre
Que tiédit le corset.

Vous riez ! votre joie
A Tout préfère Rien.
En vain l’aube rougeoie,
En vain l’air chante. Eh bien,

Je ris aussi ! Tout passe.
O muse, allons-nous-en.
J’aperçois l’humble grâce
D’un toit de paysan ;

L’arbre, libre volière,
Est plein d’heureuses voix ;
Dans les pousses du lierre
Le chevreau fait son choix ;

Et, jouant sous les treilles,
Un petit villageois
A pour pendants d’oreilles
Deux cerises des bois.

(Victor Hugo)

Illustration: Danielle Duer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :