Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tombée’

Une seconde s’éteint à chaque mot (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2019



 

Léon Spilliaert _n

Une seconde s’éteint à chaque mot.
Une seconde abandonnée derrière soi :
un peu de poussière tiède dans un coin du monde
est tombée — sur personne.

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Léon Spilliaert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS LE CŒUR (Anna Keiko)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2019




    
DANS LE CŒUR

Je ne peux pas te voir
Pourtant tu as de l’influence partout
A l’aube, à la tombée du jour et la nuit
Tu es la lumière
Que mes yeux refusent de ne pas voir
Tu es partout
Que je puisse te voir, ou non
Tu es le poème non publié
Que j’ai écrit dans mon cœur.

***

在我心中

你从未出现
却无处不在影响我
黎明 黄昏 黑夜
像光
眼睛无法拒绝
她一直在
能见与不能见每一个角落
像一首未公开的诗
在心中
已经历所有…

(安娜惠子)

***

IN THE HEART

I can’t see you
But you affect me everywhere
At dawn, at twilight and at night
You are the light
My eyes can’t refuse to see
You are everywhere
Whether I can see you or not
You are the unpublished poem
I wrote In my heart.

(Anna Keiko)

 

Recueil:
Traduction: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La douleur te laissa sans âme (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2018



 

Matthias Grünewald _-_The_Crucifixion_(detail)_ 5

(La vérité et Grünewald)

La douleur te laissa
sans âme, comme morte.
Et tu tombas, lourde et sans poids, entre les bras
de qui te navrait,
en une concession totale de vie et de mort.

Quelle fleur flétrie
ainsi belle plus tristement, lis blanc
de chair exacte et légère, doux nard de ce monde,
presque une étoile alors d’un autre monde ;
nard de l’entre deux mondes ?

Là, sur le sol noir, tu semblais,
non pas un corps avec une âme en ascension
mais une âme tombée d’un corps céleste.
mal tenue dans des bras
qui ne te comprenaient pas —,
tâche lunaire de lune errante
sur la misérable scorie ;
tâche lunaire de lune errante !

***

(La verdad y Grünewald)

La pena te dejó
sin alma, como muerta.
Y te caíste, ingrávida y pesada, entre los brazos
de quien te lastimaba,
en una concesión total de vida y muerte.
¿Qué flor marchita
más tristemente bella así, azucena
de carne exacta y leve, dulce nardo de este mundo,
entonces casi estrella de otro mundo;
nardo de entre dos mundos?
No cuerpo con el alma en ascensión
sino alma caída de cuerpo celestial
parecías allí, en el suelo negro
—mal tenida por brazos
que no te comprendían—,
¡lunar de luna errante
sobre la miserable escoria;
lunar de luna errante!

(Juan Ramón Jiménez)

Illustration: Matthias Grünewald

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plus de chants (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2018



 

Erte aphrodite.jpg!HD [1280x768]

Plus de chants

À Madame De Simonis

Enfant d’un nid loin du soleil éclos,
Tombée un jour du faîte des collines,
Ouvrant à Dieu mes ailes orphelines,
Poussée aux vents sur la terre ou les flots,
Mon coeur chantait, mais avec des sanglots.

Pour louer Dieu, dès que je pus chanter,
Que m’importait ma frêle voix de femme ?
Tout le concert se tenait dans mon âme.
Que l’on passât sans daigner m’écouter,
Je louais Dieu ! Qui pouvait m’arrêter ?

Le front vibrant d’étranges et doux sons,
Toute ravie et jeune en solitude,
Trouvant le monde assez beau sans l’étude,
Je souriais, rebelle à ses leçons,
Le coeur gonflé d’inédites chansons.

J’étais l’oiseau dans les branches caché,
S’émerveillant tout seul, sans qu’il se doute
Que le faneur fatigué qui l’écoute,
Dont le sommeil à l’ombre est empêché,
S’en va plus loin tout morose et fâché.

Convive sobre et suspendue aux fleurs,
J’ai pris longtemps mon sort pour une fête ;
Mais l’ouragan a sifflé sur ma tête,
Les grands échos m’ont crié leurs douleurs,
Et je les chante affaiblis de mes pleurs.

La solitude est encor de mon goût,
Je crois toujours à l’auteur de mon être :
Mes beaux enfants me l’ont tant fait connaître !
Je monte à lui, je le cherche partout ;
Mais de chansons, plus une ! Oh ! Plus du tout !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Erte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mélancolie (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018




Mélancolie

Mélancolie,
Je t’ai rencontrée
Un soir de folie…

Mélancolie,
Tu m’as absorbée
Et tu m’as polie…

Mélancolie,
Depuis, tu me poursuis,
Je ne connais plus de repos…

Mélancolie,
Je te fuis,
Mais je t’ai dans la peau!

Mélancolie,
Je me hâte,
Mais tu m’as vue:

Mélancolie,
Tu me rattrapes
Et réclames ton tribut…

Mélancolie,
Je suis malade,
Mais tu n’as pas pitié!

Mélancolie,
Tu me happes
Je suis tombée…

(Mireille Gaglio)

Illustration: Anne-François-Louis Janmot

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le jardin de la vallée d’or (Tou Mou)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2018




    
Le jardin de la vallée d’or

La floraison de luxe s’est dissipée comme la poussière parfumée.
Impassible est le cours d’eau. Seule, l’herbe fête le printemps.
Le jour baisse, le vent de l’Est fait écho aux oiseaux plaintifs.
La chute des fleurs évoque le souvenir de la belle tombée du pavillon.

(Tou Mou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’extrémité des branches est triste (Yôsai)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2018



 

L’extrémité des branches est triste en Chine.
Les feuilles d’érables du Japon, et ma mère,
Sont-elles tombées ? …

(Yôsai)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les fleurs de prunier (Yamabe no Akahito)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2018



 

prunier sous la neige

A mon ami
j’avais voulu les montrer,
Les fleurs de prunier,
Mais elles ne se distinguent plus
Depuis que la neige est tombée.

(Yamabe no Akahito)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

AH ! TOURNESOL (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2017



Illustration: Victor Wang
    
AH ! TOURNESOL

Ah ! Tournesol, épuisé par le temps,
Toi qui comptes les étapes du soleil,
À la recherche du doux pays d’or
Où s’achève la course du voyageur,

Où le jeune homme oonsumé de désir
Et la pâle Vierge ensevelie sous la neige
Se lèvent de leur tombe et désirent
Le lieu où mon tournesol souhaite aller.

***

AH! SUN-FLOWER

Ah Sun-flower! weary of time,
Who countest the steps of the Sun,
Seeking after that sweet golden clime
Where the traveller’s journey is done:

Where the Youth pined away with desire,
And the pale Virgin shrouded in snow,
Arise from their graves and aspire
Where my Sun-flower wishes to go.

(William Blake)

 

Recueil: Chants d’Innocence et d’Expérience
Traduction: Marie-Louise et Philippe Soupault
Editions: Quai Voltaire

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Viens dénuder la haute blessure (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Rafal Olbinski
    
viens dénuder la haute blessure
dire la voie non tracée
d’un jour plus long que le nôtre

l’ardent souci
de solitude

l’aimantation

trouée de lumière
qui ne retient plus rien
d’elle-même

ne nous accorde rien

que la nuit coule vers le jour

que sourient les enfants morts
à la tombée des étoiles

que se partage la rosée noire
de l’interminable sentier

entre la plaie et le baume
entre les cendres errantes
et la langue des anges

puissions-nous agrandir
l’abîme endormi en toi

entre les bouches de sable
et la grâce d’un coeur
enfin broyé

ne nous pardonne rien

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :