Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tombée’

Viens dénuder la haute blessure (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Rafal Olbinski
    
viens dénuder la haute blessure
dire la voie non tracée
d’un jour plus long que le nôtre

l’ardent souci
de solitude

l’aimantation

trouée de lumière
qui ne retient plus rien
d’elle-même

ne nous accorde rien

que la nuit coule vers le jour

que sourient les enfants morts
à la tombée des étoiles

que se partage la rosée noire
de l’interminable sentier

entre la plaie et le baume
entre les cendres errantes
et la langue des anges

puissions-nous agrandir
l’abîme endormi en toi

entre les bouches de sable
et la grâce d’un coeur
enfin broyé

ne nous pardonne rien

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La robe (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2017



La robe

Lorsque la porte fut fermée,
lorsque la robe fut tombée,
il naquit au creux des ténèbres
une grande rose funèbre,

robe fanée, couleur d’automne,
sur la terre qui l’abandonne
au destin de toutes les fleurs
dans la roulotte du voleur.

Mais jaillie, vêtue de tes seins,
de cette agonie de satin,
à ma bouche heureuse tu portes
ce qui renaît des roses mortes.

(Jean Joubert)


Illustration: Giovanni Boldini

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAISON ET CONDUITE (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017




    
MAISON ET CONDUITE

Les parties lumière
et les parties noires
du vaste manoir
découpent en plein
milieu mon cœur.

Je suis l’un ou l’autre
mouvant caractère
selon la lumière
qu’en moi il infuse
ou qui se refuse.

Ange-de-splendeur,
petite crapule,
je n’ai pas contrôle
sur moi dans la cave
ou sur le balcon.

Serai-je les deux
à l’exact instant
où j’ouvre la porte,
encore hésitants,
et la porte et moi?

Le vaste manoir
de lumière-et-d’ombre
c’est lui qui décide
comme jugera
de moi l’opinion
des grands, sans appel
pour mon moi confus
dans l’indéfinie
tombée de la nuit.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2017



L’arbre le voici dans la pierre pure,
dans l’évidence et la dure beauté
bâtie pour cent millions d’années.

Agate, cornaline et luminaire
ont remplacé les sèves et le bois
et un jour le tronc du géant
a rejeté l’humide pourriture
et fondu en lui parallèle une statue:
le feuillage vivant
s’est dispersé
et une fois tombée la verticalité,
et brûlée la forêt, la poussière de feu,
cendre céleste, l’a enveloppé
jusqu’au moment où temps et lave lui ont remis
un prix de pierre transparente.

(Pablo Neruda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Salut (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2016



Salut

L’île s’enfuit
Et encore une fois la fille gravit le vent
et découvre la mort de l’oiseau prophète
À présent
c’est le feu soumis
À présent
c’est la chair
la feuille
la pierre
égarés dans la source du tourment
comme le navigateur dans l’horreur de la civilisation
qui purifie la tombée de la nuit
À présent
la fille trouve le masque de l’infini
et casse le mur de la poésie.

(Alejandra Pizarnik)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHAGRIN (Danielle Drab)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2016



 

CHAGRIN

Le téléphone pleure
Le petit chat est mort
Une étoile est tombée
Dans une mare éteinte
Et la lune se noie.
Les arbres se concertent.
Piétinement des voix
Contre la vitre close.
Une très longue histoire
De chagrin et de mort
Va alors commencer.
L’aurore tardera.

(Danielle Drab)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le souvenir (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



 

Le souvenir

M’étant par bonheur attardé,
En flânant dans les avenues,
À votre fenêtre accoudée
Je vous ai bien surprise nue,
Mais mon coeur était accordé.

Mais mon coeur était accordé
A des voix de très loin venues.
Le noir de l’ombre avait fardé
Les grands yeux blancs de la statue
Du carrefour où j’ai rôdé.

Venant d’Arcueil ou de Passy
Un vent frais soufflait dans la rue:
Je suis passé, c’était ici
Et je vous ai surprise nue
Tachant de blanc la molle nuit.

Feuille morte des temps passés,
Fantôme une nuit apparue,
Beaux drapeaux au matin hissés,
Qu’êtes-vous belle devenue,
Dans Paris la ville pressée ?

Pressée de vivre et de flamber,
Impassible et bien vite émue,
De tant de nuits vite tombées,
Telle celle où vous étiez nue
A votre fenêtre accoudée.

(Robert Desnos)

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les feuilles tombées du tilleul se recroquevillent (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2015



Les feuilles tombées du tilleul se recroquevillent
comme un coeur se resserre autour du souvenir
de ce qu’il a perdu.

(Christian Bobin)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

TOMBÉE DU JOUR (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2015



TOMBÉE DU JOUR

De fins, de purs ruisseaux
s’écoulent dans l’obscur
— filet d’argent dans l’azur —,
et m’apportent des fleurs…

— Ah, l’eau éternelle,
sur la terre noire ;
la brise infinie,
dans l’ombre froide ! —

…M’apportent des astres ;
et je suis dans l’obscur,
comme un arbre lugubre
qui se nourrit de mondes.

***

ANOCHECER

Riillos tenues, puros,
en lo oscuro corren
—red plata en lo azul—,
trayéndome flores…

— ¡Ay, el agua eterna,
por la tierra negra;
la infinita brisa,
por la sombra fría!—

…Trayéndome estrellas;
y estoy en lo oscuro,
como un árbol lúgubre
nutrido de mundos.

(Juan Ramón Jiménez)

 Illustration: Hélène Grasset

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était son heure (Yvon Le Men)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2015



c’était son heure

à la branche tombée

(Yvon Le Men)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :