Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tôt’

Ne viens pas trop tôt (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019


743911224_small

 

Ne viens pas trop tôt, amour, va encore;
L’arbre n’a tremblé que sa vie;
Les feuilles d’avril sont déchiquetées par le vent.

La terre apaise sa surface
Et referme ses gouffres.
Amour nu, te voici, fruit de l’ouragan!
Je rêvais de toi décousant l’écorce.

(René Char)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tu t’ennuies ? (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2019



Illustration
   
Tu t’ennuies ? —

— Elle dure
cette pluie
qui est dure.

Je prends ma
pipe en glaise
que j’allume
une braise.

Tu es loin
et tu penses
dans un coin
aux vacances.

Les pavés.
par la pluie
sont lavés.
Je m’ennuie.

Aux carreaux
blancs, j’écoute
tomber l’eau
froide en gouttes.

Tu ne vien
dras pas, puisque
tu es loin :
pas de risque.

Tu es loin :
je m’ennuie :
je n’entends rien
dans la pluie :

c’est de l’eau
fine ou dure,
passant tôt
ou qui dure.

Je n’y vois
rien. — Entendre
là des voix
en deuil, tendres ?…

Je ne puis :
c’est la pluie
d’un jour gris
qui essuie.

(Francis Jammes)

 

Recueil: De l’Angelus de l’aube à l’Angelus du soir
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temps est tard le temps est tôt (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2018



Le temps est tard
le temps est tôt.
Dans l’horloge les lézards
rongent les minutes en trop.

(Armand Lanoux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la dérobée (Bernard Noël)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



Illustration: Lazo de Valdez Elisa
    
à la dérobée
retrousser la scène
épurer le temps

en finir avec
trop tôt et trop tard
prendre le présent

quelque chose goutte
au fond de la tête
c’est pas le moment

le sang se repose
le regard s’en va
jouer sur les choses

tout pourrait finir
tout peut commencer
le sens la buée

(Bernard Noël)

 

Recueil: Un livre de fables
Traduction:
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVEC LES VIEUX MOTS (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2018



 

Gilles Vigneault

AVEC LES VIEUX MOTS

Avec les vieux mots
Les anciennes rimes
J’arrive trop tôt
J’arrive trop tard
J’arrive trop tôt
Pour casser la lime
J’arrive trop tard
Pour prendre ma part
Ma part c’était toi
Ma part c’était elle
C’était vous trois fois
Nous quatre et vous deux
Ailleurs c’est à toi
Que je suis fidèle
Je vieillis pour deux
Je m’importe peu

Je guette mes saisons
Du coin de l’oeil
Je n’ai pas de maison
C’est mon orgueil

Je refais des jeux
Que j’ai vu refaire
Quand je nomme Dieu
C’est à mon insu
Je fais des adieux
Mais c’est sur la terre
Par vice ou vertu
Rien ne m’a déçu

Loin dans la maison
Une jeune fille
Guette à l’horizon
Mon ombre et mon pas
Mais c’est sans raison
L’âme se gaspille
Paisse le veau gras
Je ne viendrai pas

(Gilles Vigneault)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOUPIRS (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2018



 

SOUPIRS

A quelle heure mourrez-vous Monsieur
monsieur Durand monsieur Soupault
peut-être tout à l’heure à la bonne heure
les anges ne répondent jamais
quand on leur demande l’heure
les songes n’indiquent ni le jour ni l’heure
les singes et les juges préfèrent se taire
Demandons donc l’heure qu’il est
aux bactéries aux cancers aux militaires
aux coups de feu aux mauvais coups
à la lune et aux malfaiteurs
dites-moi quelle heure est-il
et l’heure exacte qu’il était
quelle heure sera-t-il exactement
Soupirons pour apprendre à mourir
à l’heure convenue
à l’heure dite
toujours trop tôt toujours trop tard
soupirons comme un feu de bois
comme un feu de paille et de joie
soupirons puisqu’il faut mourir
et soupirer une dernière fois

(Philippe Soupault)

Illustration: Agim Sulaj

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tôt ou tard (Louis Calaferte)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2018



Tôt ou tard
mon Toto
tard ou tôt
mon lascar
ça finit
ça finit sur un lit d’hosto

C’est mon tour aujourd’hui
j’y suis

(Louis Calaferte)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit je tenterai la joie (Hala Mohammad)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2018



Hala Mohammad 
    
La nuit je tenterai la joie
Je ne la trouve pas au tréfonds de moi-même
Il est encore tôt le matin
Peut-être
D’ici ce soir
Une folie balayera-t-elle le chagrin.
Je m’y efforcerai.
Autour de toi le monde s’est effondré
Alors
Tu disposes quelques chaises
Autour d’une table
Et pour compléter le rituel de la joie
Tu poses sur la table une bouteille d’alcool
Et un bouquet de fleurs sauvages
Petites, toutes petites
Prêtes à s’effriter au moindre toucher
Tandis que moi, dans le coin du tableau,
Ne suis qu’une nature morte.

***

(Hala Mohammad)

Recueil: Ce peu de vie
Traduction: Antoine Jockey
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Celui qui choisit (Guido Gezelle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2018



 

Michael Whelan  5 [1280x768]

Celui qui choisit de loger sous les monts,
du soleil, le jour, n’est plus compagnon.
Le soir tombe avant qu’il retrouve son lit.
Trop tôt la clarté se cache de lui.
Celui qui choisit de loger sous les monts
ne peut supporter du vent les façons.
L’été vient trop tard et l’hiver vient trop tôt.
La douceur de l’air n’est jamais son lot.
Humide la plaine, tout flue et tout fuit.
Sèches les hauteurs, tout vole et tout mord.
Monter ou descendre ? Aucun je ne puis.
Ni val, ni sommet, c’est le meilleur sort.
Me garde des dunes, m’écarte des prés.
Vivre entre les deux, c’est vivre à mon gré.

(Guido Gezelle)

Illustration: Michael Whelan 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA SAISON DES ANGES (Hwang Ji-u)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2018



Illustration: Arnaud Martin
    
LA SAISON DES ANGES

…, Quelque chose, ce quelque chose vient, vient à moi, à ma
femme, aux enfants, à ma mère, à mon frère aîné, à ma
soeur aînéе, à mon frère cadet, vient. Quelque chose
d’omis : la déclaration d’un absent, une place vide.

Quelque chose, quelque chose vient, vient plus tôt vers le ciel,
vient vers cette terre, vient vers cette fleur, vient vers
cette mer en pleurs, vient la situation en crise, notre coeur,
notre coeur, sous le givre.

Ah, ce quelque chose, ce quelque chose, je ne peux plus
parler. Le ciel, je ne peux plus le regarder. La terre, je ne
peux plus marcher. La fleur, n’éclora plus ! Respirer, je ne
peux plus ! Je devrais éclater !

Père, retombez vite en poussière. Pourquoi nous regardez
vous fixement, nous les vivants, avec les yeux que vous
aviez en vie?

(Hwang Ji-u)

 

Recueil: DE L’HIVER-DE-L’ARBRE AU PRINTEMPS-DE-L’ARBRE Cent poèmes __..
Traduction: Kim Bona
Editions: William Blake & co

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :