Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘totalité’

Le halo lumineux cristal de la lune (Joseph Guglielmi)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018



Le halo lumineux cristal
de la lune posée sur l’eau
est l’illusion d’une illusion,
le vide du vide de l’âme
achève la totalité

(Joseph Guglielmi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Instants inoubliables (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



instants inoubliables
que ceux où un oeil
plonge en lui-même
rejette ses brumes
saisit en un éclair
la totalité
de ce qu’il est

(Charles Juliet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

C’ÉTAIT LE SOIR, ET NOS PEAUX SE TOUCHAIENT (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018



Illustration: Omar Ortiz    
    
C’ÉTAIT LE SOIR, ET NOS PEAUX SE TOUCHAIENT

C’était le soir. Tombant du ciel d’été.
De fous désirs, ardents comme une flamme,
Intimement m’ont visité.
Ma peau touchait ta peau de femme.
Toute ma vie, alors, pulsait
Sur le petit espace
Où ta peau, soudain, à ma peau se fiançait.

Je le sais à présent, c’est toi qu’il me fallait,
Que je cherchais, lorsque ma raison fit surface.
Vous, lointains inhumains,
Ô vous ! petites fleurs à la fine corolle,
— Aux fins dessins,
Entendez-vous de son doux giron la parole ?
Elle est pour moi trop lourde assurément :
La totalité de la femme!
Telle une abeille bourdonnant,
Dès lors, de tout mon coeur bruissant,
Lanceur de comètes, je clame:

Que sont auprès de toi le vignoble au soleil,
Le céleste animal au pelage d’aurore
Empli de fraîcheur dès l’éveil
Ou bien encore
Le bercement matinal des buissons
Sur les coteaux intacts aux tendres mamelons !
Des baisers de la femme
Bouillonne sous ta peau
Toute la gamme.
Souvent j’ai peur, car nous formons un écheveau
Inextricable ! Et s’il me reste quelques fibres
Qui semblent libres,
Tu t’en saisis. Ô combien nous nous désirons !
Mais si c’est même amour que tous deux respirons,
Je le vis tel un roc dessous lequel j’enrage
Et toi comme un coussin plus léger que nuage.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vie et la mort, la souffrance et la joie (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Illustration: Etty Hillesum
    
La vie et la mort, la souffrance et la joie,
les ampoules des pieds meurtris, le jasmin derrière la maison,
les atrocités sans nombre,
tout est en moi et forme un ensemble puissant
et je l’accepte comme une totalité invisible
et je commence à comprendre de mieux en mieux pour mon propre usage
sans pouvoir encore expliquer la logique de cette totalité.
Je voudrais vivre longtemps pour être un jour en mesure de l’expliquer aux autres.
Mais si cela ne m’est pas donné eh bien, un autre le fera à ma place,
un autre reprendra le fil de ma vie là où il se sera rompu

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être poète (René Char)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2017



René Charjpg

Être poète, c’est avoir de l’appétit pour un malaise dont la consommation,
parmi les tourbillons de la totalité des choses existantes et pressenties,
provoque, au moment de se clore, la félicité.

(René Char)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Monsieur Monsieur aux bains de mer (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: René Magritte
    
Monsieur Monsieur aux bains de mer

Un jour près de la mer
Monsieur et Monsieur seuls
parlaient tranquillement
et mangeaient une pomme
en regardant les cieux.

— Voyez donc, dit l’un d’eux,
l’agréable néant!
et quel apaisement
quand l’abîme sans bord
mélange sans effort
les choses et les gens!
Pour qui ressemble à Dieu
les jours particuliers
ne sont pas nécessaires.

La question n’est pas là
Monsieur (répond Monsieur)
nous sommes éphémères,
or la totalité
de la grande Unité
nous étant refusée,
c’est par la quantité
que nous nous en tirons.
Et nous additionnons
et nous thésaurisons!
Donc la diversité
pour nous sur cette terre
est la nécessité.
Regardez ce poisson
qui n’est pas un oiseau
qui n’est pas une pomme
qui n’est pas la baleine
qui n’est pas le bateau…

— Ah, pour moi c’est tout comme,
interrompit Monsieur,
la baleine et la pomme
devant l’éternité

A ces mots le vent souffle
emportant leurs chapeaux
et les deux personnages
dans le ciel bleu et beau
s’effacent aussitôt.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans tout grondement de tonnerre (Abdelmajid Benjelloun)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Dans tout grondement de tonnerre, il y a la totalité indistincte
de toutes les paroles tonitruantes prononcées dans les temps reculés
par l’humanité durant un millième de seconde.

(Abdelmajid Benjelloun)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Infime passage de l’être (Fernand Verhesen)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2016



Fulgurant possible à saisir
Infime passage de l’être
Totalité dans un miroitement

(Fernand Verhesen)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La pierre (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2015




Un fragment contient la totalité
Un homme toutes les souffrances
Un rire toute la joie
Sur les routes de la terre et de la mer
Je vais vers des pays d’ardentes morsures
Alors que les heures s’égrènent
Sous une pluie de sable
Je traverse des forêts que couvent des oiseaux
Dans ce paysage diaphane
Je découvre la solitude
Et mon coeur poli par le silence
Ne bat plus qu’en sourdine
Je bois le lait des étoiles
Le vent liquide et frais
Et deviens la pierre qui ne souffre pas

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où commence la différence (Eric Brogniet)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2015




Où commence la différence
entre ta langue et la pierre

Un éclat d’écorce
un grain de poussière
disent la totalité vivante

Occupé
désoccupé
entre ciel et boue

Essentielle vacuité
pour graduer l’absence

Qualifier l’hypothétique
différence

(Eric Brogniet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »