Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tourmentée’

Tout au bout de la peur (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2018



Tout au bout de la peur
Au large de ce récif noir,
Régions de vents et de mers tourmentées;
Jusques à quand cette mortelle terreur
Va-t-elle me retenir, m’emprisonner?

***

At the end of fear
Out over that black skerry,
Regions of wind and moiling sea:
How long will mortal terror
Withhold, imprison me?

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui me réchauffe, qui m’aime encore ? (Frédéric Nietzsche)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



 

Gao Xingjian escanear

[…]

Qui me réchauffe, qui m’aime encore ?
Donnez des mains chaudes !
donnez des coeurs-réchauds !
Etendue, frissonnante,
Pareille au moribond à qui l’on chauffe les pieds,
secouée, hélas ! de fièvres inconnues,
Tremblante devant les glaçons aigus des frimas,
chassée par toi, pensée !
Innommable ! Voilée ! Effrayante !
chasseur derrière les nuages !
Foudroyée par toi,
œil moqueur qui me regarde dans l’obscurité !
Ainsi je suis couchée,
je me courbe et je me tords, tourmentée
par tous les martyrs éternels,
frappée
par toi, chasseur le plus cruel,
toi, le dieu — inconnu…

[…]

(Frédéric Nietzsche)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Tourment (Halwâ al-Abbâr « al-Miknâsiyya »)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2015




Tourment

Naguère nos corps ne faisaient
qu’un seul corps, une seule âme.
Et toi, tu fus l’amant,
moi l’aimée, l’infortunée aimée.
A présent tu es mon seigneur et je suis ton épouse.

Voici le fruit d’une vie tourmentée
sur ce chemin plein de cailloux
que les orphelins appellent l’amour.

(Halwâ al-Abbâr « al-Miknâsiyya »)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :