Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘traverser’

LE CHANT DE LA SOURCE (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2021



Illustration
    
LE CHANT DE LA SOURCE

Si quelque chose nous protège et nous oublie dans
la dispersion des oiseaux et la gravité des voix,
c’est peut-être que nous avons nos racines dans la montagne
et que nous traversons l’épaisseur avec les muscles de l’air.

La lumière cherche un nid en nos mains
et l’eau parle de la clarté de l’ombre.

Entre le désordre et le bleu se dressent des formes
au rythme de la transparence et d’un sang de silex.

Certaines perdent leur éclat auprès d’une naissance
ou d’une matière ailée. Et le regard retourne à la
source obscure sous l’arbre du chant.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CLARTÉ (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2021




    
LA CLARTÉ

C’est la clarté qui palpe soudain le corps aveugle,
l’ouvre et le dissout. Et la langue prononce
l’écume et la danse lumineuse. Ce sont les flammes de la terre,
les gorges d’ombre, les veines vertes.
Toute la vie visible dans le silence qui respire,
et dans les allées les caresses traversées par les oiseaux.
Quel est celui qui dort parmi les fruits et les fleurs,
qui rit dans une demeure claire et scintillante
et se sent construit et dédoublé,
et rien d’autre que la volupté qui le soulève
dans la blancheur de l’espace où les éléments se joignent,
et où tout est le caprice d’un seul souffle clair ?

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jeux (Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2021



Dena Cardwell the-empty-chair-dena-cardwell

Jeux

Je ne suis pas bien du tout assis sur cette chaise
Et mon pire malaise est un fauteuil où l’on reste
Immanquablement je m’endors et j’y meurs.

Mais laissez-moi traverser le torrent sur les roches
Par bonds quitter cette chose pour celle-là
Je trouve l’équilibre impondérable entre les deux

C’est là sans appui que je me repose.

(Saint-Denys Garneau)

Illustration: Dena Cardwell

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faudrait ne pas chercher à dire (Gérard Bocholer)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2021




Illustration: ArbreaPhotos
    

Il faudrait ne pas chercher à dire
mais juste se laisser traverser par le souffle,

devenir si peu terrestre, si diaphane,
que la lumière pourrait s’écrire d’elle-même.

(Gérard Bocholer)

 

Recueil: Le poème Exercice spirituel
Traduction:
Editions: Ad Solem

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je rêve dans une langue qui n’est pas la mienne (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2021



    
Je rêve
dans une langue
qui n’est pas la mienne

D’antiques rumeurs de la Bible
la traversent

Derrière moi
le temps s’est fermé
comme la mer Rouge

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIENNE (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2021




    
VIENNE

Même le temps
traverse la ville en fiacre

Son cocher en livrée
roule de palais en palais
pour ramasser les rêves

Massés dans les rues
des milliers de morts
le saluent
avec des lumières scintillantes

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’air que je sens toujours prêt à manquer (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2021



Illustration: Georges Braque 
    
L’air que je sens toujours prêt à manquer à la plupart des êtres,
s’il te traverse, a une profusion et des loisirs étincelants.

(René Char)

 

Recueil:Lettera amorosa
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant d’insomnie (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2021



Illustration: Georges Braque   
    

Chant d’insomnie :

Amour hélant, l’Amoureuse viendra,
Gloria de l’été, ô fruits !
La flèche du soleil traversera ses lèvres,
Le trèfle nu sur sa chair bouclera,
Miniature semblable à l’iris, l’orchidée,
Cadeau le plus ancien des prairies au plaisir
Que la cascade instille, que la bouche délivre.

(René Char)

 

Recueil:Lettera amorosa
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce long pont (Santoka)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2021




    
ce long pont
une fois traversé
mon village natal

***

(Santoka)

 

Recueil: Santoka Zen Saké Haïku
Traduction: Cheng Wing fun & Hervé Collet
Editions: Moundarren

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

LONGUE, ENDORMIE (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2021



 

Illustration: John Everett Millais
    
LONGUE, ENDORMIE

Longue, endormie comme une énigme,
dans une verte agonie sous les eaux,
longue et lente, lontaine et presque aveugle,
tant soit peu divine dans un nuage
blanc et fluide, inachevée
dans une lumière de lymphe parmi le reflet des arbres
et les petits miroirs lisses
du fond de l’eau,
longue, endormie comme une énigme,
impétueusement silencieuse,
elle traverse les images scintillantes,
traîne derrière elle les feuilles desséchées,
et s’en va recueillir les caresses immobiles
dans son visage tremblant de lune blanche.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :