Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tristement’

Amour est le soleil levant (Ase-Marie Nesse)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



Iceland Fish Deaths

Amour est le soleil levant
Sur les mers polluées

Poissons morts traînant vers le rivage
Le faux argent qui brille tristement.

(Ase-Marie Nesse)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la terre torride… (Remy de Gourmont)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2018



 

Diego Dayer blanc

Dans la terre torride, une plante exotique
Penchante, résignée : éclos hors de saison
Deux boutons fléchissaient, d’un air grave et mystique ;
La sève n’était plus pour elle qu’un poison.

Et je sentais pourtant de la fleur accablée
S’évaporer l’effluve âcre d’un parfum lourd,
Mes artères battaient, ma poitrine troublée
Haletait, mon regard se voilait, j’étais sourd.

Dans la chambre, autre fleur, une femme très pâle,
Les mains lasses, la tête appuyée aux coussins :
Elle s’abandonnait : un insensible râle
Soulevait tristement la langueur de ses seins.

(Remy de Gourmont)

Illustration: Diego Dayer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La lune aux yeux bleus (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



 

La lune aux yeux bleus

La nuit, les chevelures des femmes et les branches
des saules se confondent. Je marchais au bord de l’eau.
Tout à coup, j’entendis chanter : alors seulement
je reconnus qu’il y avait là des jeunes filles.

Je leur dis : «Que chantez-vous ?» Elles répondirent :
«Ceux qui reviennent». L’une attendait son père
et l’autre son frère ; mais celle qui attendait son fiancé
était la plus impatiente.

Elles avaient tressé pour eux des couronnes
et des guirlandes, coupé des palmes aux palmiers
et tiré des lotus de l’eau. Elles se tenaient par le cou
et chantaient l’une après l’autre.

Je m’en allai le long du fleuve, tristement, et toute seule,
mais en regardant autour de moi, je vis que derrière
les grands arbres la lune aux yeux bleus me reconduisait.

(Pierre Louÿs)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une dentelle s’abolit (Stéphane Mallarmé)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018



Illustration: Karen Lamonte
    
Une dentelle s’abolit
Dans le doute du Jeu suprême
A n’entr’ouvrir comme un blasphème
Qu’absence éternelle de lit.

Cet unanime blanc conflit
D’une guirlande avec la même,
Enfoui contre la vitre blême
Flotte plus qu’il n’ensevelit.

Mais, chez qui du rêve se dore
Tristement dort une mandore
Au creux néant musicien

Telle que vers quelque fenêtre
Selon nul ventre que le sein,
Filial on aurait pu naître.

(Stéphane Mallarmé)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En regardant la beauté (Anonyme)(maître Meng)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2018



Illustration: Edward Killingworth Johnson
    
En regardant la beauté des roses,
J’ai souri tristement
De mon rire imparfait.

(Anonyme)(maître Meng)

 

Recueil: Le livre des vingt et un poèmes
Traduction:
Editions: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

PROMENADE LE SOIR DANS LA PRAIRIE (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2018




    
PROMENADE LE SOIR DANS LA PRAIRIE
Thou-Fou

Le soleil d’automne a traversé la prairie, en venant de l’est ;
maintenant, il glisse derrière la grande montagne de l’ouest.

Il reste une lueur dans le ciel ; sans doute, le jour se lève, de l’autre côté de la montagne.
Les arbres sont couverts de rouille, et le vent froid du soir décroche les dernières feuilles.

Une cigogne veuve, regagne son nid solitaire, tristement et lentement,
comme si elle espérait encore voir revenir, celui qui ne reviendra plus.

Et les corbeaux font un grand bruit autour des arbres,
pendant que la lune commence à s’allumer, pour la nuit.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA LUNE AUX YEUX BLEUS (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018



Illustration
    
LA LUNE AUX YEUX BLEUS

La nuit, les chevelures des femmes et les branches des saules se confondent.
Je marchais au bord de l’eau.
Tout à coup, j’entendis chanter :
alors seulement je reconnus qu’il y avait là des jeunes filles.

Je leur dis : « Que chantez-vous ? »
Elles répondirent : « Ceux qui reviennent. »
L’une attendait son père et l’autre son frère;
mais celle qui attendait son fiancé était la plus impatiente.

Elles avaient tressé pour eux des couronnes et des guirlandes,
coupé des palmes aux palmiers et tiré des lotus de l’eau.
Elles se tenaient par le cou et chantaient l’une après l’autre.

Je m’en allai le long du fleuve, tristement, et toute seule,
mais en regardant autour de moi,
je vis que derrière les grands arbres la lune aux yeux bleus me reconduisait.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA FEUILLE SUR L’EAU (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018



Illustration: Nicolaï Astrup
    
LA FEUILLE SUR L’EAU
Ouan-Tsi

Le vent a décroché une feuille de saule ;
elle est tombée légèrement dans le lac et s’est éloignée, balancée par les vagues.

Le temps a effacé de mon cœur un souvenir, un souvenir qui s’est lentement effacé.
Étendu au bord de l’eau, je regarde tristement la feuille de saule qui voyage loin de l’arbre penché.

Car depuis que j’ai oublié celle que j’aimais, je rêve tout le jour, tristement étendu au bord de l’eau.
Et mes yeux suivent toujours la feuille de saule, et maintenant elle est revenue sous l’arbre,
et je pense que dans mon cœur le souvenir ne s’est jamais effacé.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les larmes (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



 

Les larmes

Larmes, qu’êtes-vous devenues,
Larmes si promptes à couler ?
Je pleurais rien qu’à voir les nues
Vers le nord tristement aller.

Je pleurais quand la tourterelle
Roucoulait ses tendres douleurs ;
Je pleurais lorsque, d’un coup d’aile,
Le vent brisait les douces fleurs.

Je pleurais lorsqu’aux jours d’automne,
Dans les bois errant triste et seul,
Je voyais leur pâle couronne
Couvrir le sol comme un linceul.

Tout ce qui se fane ou s’effeuille,
Le lys, la rose ou l’amitié,
Tout ce que la sombre mort cueille,
Avait sa part de ma pitié.

Sans pleurs je ne pouvais entendre
Un mot héroïque ou touchant,
Et combien n’en a fait répandre
La bergère avec un vieux chant!

Oiseaux de la mélancolie,
Vous vous abattiez sur mon sein,
Comme sur un roseau qui plie,
Le soir, tombe un nocturne essaim…

A toute image fugitive
Un soupir sortait de mon coeur,
Et mon émotion craintive
Se cachait au monde moqueur,

Maintenant dans la solitude,
On ne m’entend plus soupirer:
Brisé par tant d’ingratitude.
Pourquoi ne puis-je pleurer ? …

Tristesses encore inconnues,
Que je voudrais vous exhaler!…
Larmes, qu’êtes-vous devenues,
Larmes, si promptes à couler?…

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie bourdonne (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018




    
La pluie bourdonne, la pluie —
et le sursaut
des feuilles quand tombe l’eau,
la pluie tombe, tombe, tombe.

Assis recroquevillé
dans la lumière lustrée au blanc
terni — ne plus faire
un geste ne pas réfléchir.

La pluie laisse des stries grises
dans le ciel lisse et couvert —
les rideaux pendent
tristement, la journée longue.

(Herman Gorter)

 

Recueil: Ce que tu es
Traduction: Saskia Deluy et Henri Deluy
Editions: Al Dante

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »