Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘trompe’

Le pauvre héliotrope (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2018



 

[…]
Et le pauvre héliotrope tout petit pour contenir tant
de chaleur et de lumière
Ignorant les limites de son amour,
Alors qu’il fallait se fondre et non posséder,
Et que si le repos de l’être exige du silence qu’il absorbe
l’esprit,
Au poème de la douce chair il n’est de foudroyant éclair
A unir les deux pôles du désir
Que dans l’ultime nuit,
Le pauvre héliotrope réduit à ne plus se connaître
Se fane, penche la tête,
Et le présent cligne de l’oeil,
Tandis que quelque part sur la voûte du zodiaque,
Du côté opposé au soleil,
Les éléphants de l’éternité sonnent de la trompe,
Et la chair inassouvie souhaite la mort
A l’heure que s’émeut le premier duvet de l’amour.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le galet (Louis Bouilhet)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2018



Le galet

Rond, luisant et poli sous la vague marine,
Océan, je l’ai pris parmi tes flots amers,
Ce caillou blanc avec sa frange purpurine,
Comme un bijou tombé du vaste écrin des mers.

Mille ans, il a roulé sur le bord de cette onde,
Les flots jaloux, mille ans, l’ont ramené vers toi ;
Et peut-être, Océan, sous ta houle profonde,
Tu ne l’avais poli que pour qu’il vint à moi !

Je l’ai pris, ruisselant d’une écume embaumée
(Tel un avare prend un trésor), et joyeux,
Ô mer, je l’emportai loin de ta rive aimée,
Comme un gage d’ami qui nous fait ses adieux.

Et depuis, quand parfois je le contemple encore,
Frémissant, éperdu, je crois tenir soudain
Avec ses bruits, ses flots et sa trompe sonore,
Tout le grand Océan dans le fond de ma main !

(Louis Bouilhet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VOIX DU CHOEUR (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2017



LA VOIX DU CHOEUR

Combien souvent nous pleurons
Sur la médiocrité de notre vie !
Mais si vous saviez, amis,
Le froid et les ténèbres des jours futurs !

Maintenant, tu serres la main de l’aimée,
Tu joues, tu plaisantes avec elle ;
Tu pleures, si tu te crois trompé,
Ou si tu vois dans sa main un poignard,
Enfant, enfant !

Mensonge et perfidie sont sans mesure,
Et la mort est encore loin !
De plus en plus noir sera le monde terrible,
De plus en plus fou le tourbillon des planètes
Pendant des siècles, des siècles !

Et le siècle dernier, le plus effrayant de tous,
Nous le verrons, vous et moi.
Le péché sordide cachera tout le ciel,
Le rire se figera sur les bouches,
Devant l’horreur du néant !

Le printemps, enfant, tu attendras :
Le printemps te trahira.
Tu appelleras le soleil dans le ciel
Le soleil ne se lèvera pas.
Et ton cri, quand tu te mettras à crier,
Comme une pierre, retombera.

Soyez donc contents de votre vie,
Plus calmes que l’eau, plus humbles que l’herbe
Oh, si vous pouviez savoir, enfants,
Le froid et les ténèbres des jours qui viennent !

(Alexandre Blok)

Illustration: Hans Thoma

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PITIÉ DE L’AMOUR (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



 

LA PITIÉ DE L’AMOUR

Pitié plus qu’on ne peut dire
Se cache au coeur de l’amour,
Puisque tous ces gens qui trafiquent
Et le charroi des nuées,
Et tous ces vents froids qui soufflent
Sans fin leurs trompes de pluie,
Et ce bois de noisetiers sombre
Où l’eau court comme souris grises,
Tout menace l’être que j’aime.

***

THE PITY OF LOVE

A pity beyond all telling
Is hid in the heart of love :
The folk who are buying and selling,
The clouds on their journey above,
The cold wet winds ever blowing,
And the shadowy hazel grove
Where mouse-grey waters are flowing,
Threaten the head that I love.

(William Butler Yeats)

Illustration: Ai Xuan

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Emmêlements (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



Illustration: Marchal Mithouard
    
Emmêlements
attaques qui ressemblent à des plongeons
nages qui ressemblent à des fouilles
bras qui ressemblent à des trompes

Allégresse de la vie motrice
qui tue la méditation du mal
on ne sait à quel règne appartient
l’ensorcelante fournée qui sort en bondissant

animal ou homme
immédiat, sans pause
déjà reparti
déjà vient le suivant
instantané
comme en des milliers et des milliers de secondes
une lente journée s’accomplit

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE BLEU DE LA QUESTION (Salah Stétié)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2017



 

vache-10

LE BLEU DE LA QUESTION

L’homme est fait de la matière de l’arc-en-ciel
Il est couleur
Le jaune le bleu nilotique le noir le rouge d’Amérique
Le blanc, le blanc aussi, est couleur
D’autres couleurs existent que je ne connais pas
Qui sont à l’intérieur dans les cœurs et les âmes
Couleurs qui paraissent qui transparaissent
Dans les beaux yeux des femmes les yeux des hommes
L’iris et le frais cristallin des enfants
Iris bleu iris violet iris marron iris vert
Iris noir, tout ce champ de fleurs naïves
Tourné en grand jardin vers le soleil visible
Transparence de l’air feu de l’orage
Et l’invisible aussi
Que l’homme voit si même il dit ne pas le voir
Cela qui fait de nous l’humanité
Celle qui rêve et qui vit qui crée et souffre
Qui souffre et s’interroge
Et qui est vraie de la vérité des vraies racines
Hommes et femmes ayant rendez-vous de parole
Sous l’arbre des prairies
Leurs passions leurs récits leurs fables leurs poèmes
Conduits comme un troupeau vers la trompe d’Eustache
Mots chanteurs nidifiant
Puis, tout quitté, l’incompréhensible vache
Laboure avec ses cornes le bleu de la Question

(Salah Stétié)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec mes tympanons, ma trompe et mes timbales (Jean-Michel Maulpoix)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2017



Avec mes tympanons, ma trompe et mes timbales
Je chanterai sur un semblant d’air lyrique
Le grand tintamarre de la mer moderne et désuète
Pleine à ras bord de vieilleries et de trésors légendaires
Accrue de performances et de péripéties nouvelles
Traversée de cargos, de brise-glaces et de méthaniers monumentaux.

Ce sera une espèce inouïe de poème
Gonflé de belles images et de bons sentiments
Mimant à la manière antique le pathos de la mer et la discorde de ses bruits archaïques
Pressant l’accordéon du large au poumon bleu gonflé d’œdèmes
Faisant chanter ses boursouflures au pied des phares et des balises
Médusant ses moutons, ses mollusques
Soldant le gros temps à bas prix.

(Jean-Michel Maulpoix)

Découvert ici: https://litteratureportesouvertes.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voyez l’appétit féroce des comètes brochets (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Voyez l’appétit féroce des comètes
brochets poursuivant le menu fretin
moustiques hallucinants tout parés de
trompes et d’aigrettes
vers fantastiques pareils à des noyaux de pêche
dont la queue s’orne d’une couronne
rayonnante de poils et s’étire jusqu’aux
cantons les plus disgraciés de la création.
Qui purgera les mers de leurs bitumes ?

(Jean-Pierre Luminet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

JOURS PÉTRIFIÉS (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



JOURS PÉTRIFIÉS

Les yeux bandés les mains tremblantes
trompé par le bruit de mes pas
qui porte partout mon silence
perdant la trace de mes jours
si j’attends ou me dépasse
toujours je me retrouve là
comme la pierre sous le ciel.

Par la nuit et par le soleil
condamné sans preuve et sans tort
aux murs de mon étroit espace
je tourne au fond de mon sommeil
désolé comme l’espérance
innocent comme le remords.

Un homme qui feint de vieillir
emprisonné dans son enfance,
l’avenir brille au même point,
nous nous en souvenons encore,
le sol tremble à la même place,

le temps monte comme la mer.

(Jean Tardieu)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Branches sur le ciel rouge (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Branches sur le ciel rouge

Le chant élève, allège, dispose au don, donne sa mesure à celui qui chante.
Orgue des troncs, puissance chorale des hauts branchages, flûte du lever,
trompe du soir, sonnez dans le silence de l’âme.

(Luc Dietrich)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :